31 octobre, 2014
Accueil » POLITIQUE » ATELIER DU REPES : Les députes outillés sur la bonne gouvernance environnementale
ATELIER DU REPES : Les députes outillés sur la bonne gouvernance environnementale

ATELIER DU REPES : Les députes outillés sur la bonne gouvernance environnementale

Le Réseau des Parlementaires pour la protection de l’environnement au Sénégal (REPES) était, hier, en atelier sur le thème « la représentation nationale face aux défis de la gouvernance environnementale au Sénégal » ouvert par la 1ière Vice-présidente de l’Assemblée, Awa Gueye
Mamadou Lamine Thiam, Président du Repes, a, lors de l’ouverture de cet atelier, rappelé que malgré des résultats appréciables obtenus par le réseau, après trois législatures, le cap doit être maintenu, « afin que notre Assemblée nationale soit une vigie qui veille sur les dossiers environnementaux cruciaux, en menant résolument des actions de contrôle de la mise en œuvre de la politique environnementale ». L’ancien questeur de l’assemblée sous l’ère des libéraux a, par la suite, exhorté ses collègues à porter individuellement et collectivement ce flambeau de la représentation nationale. « Nous devons être, plus que jamais, volontaristes et prospectifs pour mieux répondre aux sollicitations souvent pressantes de nos populations. Je demeure convaincu que c’est seulement en s’attaquant à ces défis que nous allons améliorer l’efficacité de notre institution parlementaire », dira-t-il.

Ces deux jours d’atelier seront mis à profit, selon Lamine Thiam, pour revisiter des problématiques très actuelles comme la pêche, les aires marines protégées, la gestion des aires protégées et des zones humides. Le Président de l’Assemblée Nationale, Moustapha Niasse, représenté par la 1ière Vice-présidente, Awa Gueye, est d’avis que les parlementaires devront, « en tant que mandataires, lors du vote des lois, gérer l’approbation des conventions internationales, des délibérations sur les questions environnementales, l’adoption des lois des finances et s’assurer que les mesures prises sont bien en accord avec les préoccupations prioritaires des mandants et avec leurs intérêts à long terme ». En outre, le Président de l’assemblée a préconisé, en matière de protection de l’environnement, une gérance des ressources, « pour mériter un label écologique, en luttant contre les gaspillages de toutes sortes et en améliorant sensiblement son cadre de vie et de travail ».

Mamadou DIOUF

REWMI QUOTIDIEN