usain

Athlétisme: Usain Bolt reste le roi du 100 mètres aux JO 2016

Usain Bolt, 29 ans, a remporté pour la troisième fois de suite la médaille d’or sur 100 mètres aux Jeux olympiques, dimanche 14 août 2016 à Rio. Le Jamaïcain a devancé l’Américain Justin Gatlin et le Canadien Andre de Grasse en finale, avec un chrono de 9 secondes et 81 centièmes. Une victoire qui le propulse un peu plus encore au firmament de l’athlétisme et du sport.

Carl Lewis est désormais loin derrière. C’est du jamais-vu dans l’histoire de l’athlétisme et ça ne pouvait être que l’œuvre du plus grand sprinteur de tous les temps (au propre comme au figuré). Ce 14 août 2016 à Rio de Janeiro, après Pékin en 2008 et Londres en 2012, le roi Usain Bolt, « l’éclair », est devenu pour la troisième fois consécutive champion olympique sur 100 m. Avant lui, personne n’avait été titré trois fois sur la distance reine aux Jeux. C’est même « du jamais tenté », précise l’intéressé.

A nouveau, le Jamaïcain s’est pourtant fait peur avec un départ poussif. Mais une fois lancé sur ses grandes jambes, comme toujours… Un chrono de 9 secondes et 81 centièmes a finalement suffi au détenteur du record du monde (Berlin, 2009) pour rattraper et finalement dominer la concurrence. Un nouvel exploit en finale des JO, devant un stade olympique de Rio conquis. « La foudre » devance l’Américain Justin Gatlin (9’’89), suspendu plusieurs années pour dopage, et le Canadien Andre de Grasse (9’’91), qui vient compléter le podium.

A noter les belles 5e et 6e places du Sud-Africain Akani Simbine (9’’94) et de l’Ivoirien Ben Youssef Méité (9’’96). Le Français Jimmy Vicaut est 7e loin derrière Bolt. Pourtant, ces dernières années, l’avance du Jamaïcain sur la concurrence avait fondu régulièrement. Mais il a su reprendre le large ce dimanche au Brésil, grâce à une deuxième partie de course de folie en finale. Après avoir enregistré 1 centième d’avance sur Gatlin aux derniers Mondiaux, il est à 8 centièmes de lui dans cette finale des JO. S’il y avait un doute au départ, il n’y a pas eu photo sur la ligne d’arrivée.

jo

Et maintenant, le 200 mètres, « son » épreuve reine

Même si l’ombre d’une disqualification plane lourdement sur la performance jamaïcaine de 2008 au 4×100, depuis que Nesta Carter a été contrôlé positif, Usain Bolt va désormais tenter d’ajouter deux nouvelles médailles d’or aux sept qu’il a déjà glanées dans des JO. Histoire de rejoindre pour quelques instants les deux athlètes les plus titrés en athlétisme (nombre de médailles d’or remportées aux JO) : le Finlandais Paavo Nurmi, et le légendaire Carl Lewis, son éternelle cible.

Déjà dominée dans bien des secteurs par le Jamaïcain avant ces Jeux olympiques brésiliens, l’icône du sprint américain, l’homme des records que l’on pensait imbattables, et qui avait remporté deux titres olympiques sur 100 mètres en son temps, voit maintenant la légende jamaïcaine rafler une médaille d’or de plus que lui. Et il faudra compter sur Bolt au 200 mètres, sa spécialité, entre les 16 et 18 août. « La foudre » est double champion olympique sur cette distance, et détenteur du record du monde (Berlin, 2009 là encore).

Puis viendront les relais 4×100 mètres, le 19 août. Une épreuve en équipe sur laquelle les Jamaïcains et Bolt restent double champions olympiques dans l’attente d’une sanction sur leur performance à Pékin, et détenteurs d’un record du monde non contesté (Londres, 2012). Un dernier tour de piste pour Usain Bolt, histoire de repartir de ces JO 2016 sur un nouveau sans-faute, un troisième triplé historique. Son équipe, réserve comprise : Nickel Ashmeade, Kemar Bailey-Cole, Yohan Blake, Usain Bolt, Jevaughn Minzie, Asafa Powell.

JO 2016, finale du 100m, Rio de Janeiro. Bolt «éternel».REUTERS/Kai Pfaffenbach

Usain Bolt plie mais ne rompt pas, le signe de la sagesse

Ces dernières années, l’avance de Bolt, exubérant « showman » des pistes d’athlé, avait fondu régulièrement. Mais à Rio, il a repris le large une nouvelle fois. Pour Stéphane Diagana, ancien champion du monde du 400 mètres haies, le Jamaïcain a su se montrer sage, en amont de la compétition, et il a été récompensé. « Il n’a pas gagné qu’aujourd’hui, il a gagné dès le mois de septembre l’année dernière, quand il a choisi de ne pas aller courir les meetings », explique le Français.

Selon lui, le Jamaïcain « a dû écouter son entraîneur qui lui a dit :  » Tu te reposes maintenant, pour pouvoir reprendre tôt, parce que tu n’as plus 20 ans, l’histoire est différente.  » Je crois qu’il s’est construit une victoire dès ce moment-là, parce qu’on l’a vu arriver assez tôt en forme. Il a pu gérer, du coup, comme il n’était pas en retard dans sa préparation, les petits problèmes de blessures qu’il a rencontrés dans la saison, et arriver ici avec une marge suffisante pour remonter Gatlin qui était quand même bien parti. »

Plus d’une heure après sa victoire, dimanche, Bolt répondait encore aux questions des journalistes, s’arrêtant devant chacun d’entre eux, tout en saluant les dizaines de spectateurs énamourés encore agglutinés près de la zone presse. « Je n’ai pas pris un bon départ, concède la légende. Je savais que Justin, lui, ferait un meilleur départ que moi. Mais j’étais très confiant après les demi-finales. Je me suis dit  » ne panique pas.  » » Et de lâcher cette formule savoureuse, tout en paradoxe : « Il fallait que je prenne mon temps. »

C’est bon de franchir encore la ligne devant les autres, on se sent brillant. C’est un super sentiment et je suis content de moi. Après les demi-finales, je savais que j’allais encore gagner. Je devais juste jaillir et courir. Et c’est ce que j’ai fait
Usain Bolt, triple champion olympique sur l’épreuve du 100m

Voir aussi

arbitre-sngalais

CAN 2017 Malang Diédhiou, Djibril Camara et El Hadj Malick Samba sélectionnés

L’arbitre central Malang Diédhiou et ses assistants habituels, Djibril Camara et El Hadj Malick Samba, …