Accueil / ACTUALITES / Attaque à main armée à Vélingara : Un agent de la mairie blessé par balle, évacué à Tamba

Attaque à main armée à Vélingara : Un agent de la mairie blessé par balle, évacué à Tamba

C’est la panique à Vélingara où une attaque à main armée s’est soldée par un blessé, employé de la mairie de la commune. Cette attaque, la énième du genre, renforce les habitants de cette localité dans leur conviction que seul un commissariat de police serait à même de dissuader les malfaiteurs.

Source : Walfadjri

Après quelques mois d’accalmie, les bandits transfrontaliers ont repris du service dans le département de Vélingara. Dans la nuit de jeudi à vendredi, deux bandits, dont l’un était habillé en tenue militaire, ont attaqué le domicile d’Ibrahima Ndiaye, un employé de la mairie de Vélingara, situé au quartier de Thiankang. Ibou Ndiaye, comme l’appellent ses intimes, a été sauvagement battu, puis poignardé, avant de recevoir des balles au niveau du pied gauche qui s’est, finalement, fracturé. C’est aux environs de 3 h du matin que les deux malfaiteurs, encagoulés et s’exprimant en wolof, ont fait irruption au domicile d’Ibrahima Ndiaye qui dormait devant la porte de sa chambre afin de bénéficier de la fraîcheur de la nuit, à cause d’une forte canicule qui sévit dans la zone, faisant que la majorité de la population préfère passer la nuit dehors ou sous les vérandas. Apparemment, les malfrats avaient déjà localisé l’emplacement de la case du chef de famille, avant de passer à l’action. C’est ainsi qu’ils ont défoncé la porte, avant de s’introduire dans la chambre où se trouvaient ses enfants et son épouse.

Le vacarme provoqué par les coups de feu tirés par les malfrats pour neutraliser toute velléité de riposte pouvant venir du quartier, a réveillé Ibrahima Ndiaye de son profond sommeil. Il s’est, aussitôt, précipité dans sa chambre. Une fois à l’intérieur, il fera face à des bandits qui tenaient en respect toute sa famille sous la menace d’armes automatiques. ‘La meilleure manière de se défendre, c’est attaquer’, dit l’adage. L’ayant compris, Ibrahima Ndiaye engage une bagarre avec ces malfaiteurs qui prendront le dessus sur lui. C’est ainsi qu’ils l’ont poignardé à trois reprises, avant de fracturer sa jambe gauche par balles. Ensuite, ils ont fouillé la chambre, de fond en comble, pour faire main basse sur les recettes journalières issues des taxes municipales. Ils n’ont rien pu trouver, sinon un portable. Parce qu’Ibou Ndiaye avait, la veille, versé la totalité de la recette évaluée à 300 mille francs à la perception municipale de Vélingara. Face à ce constat d’échec, les bandits ont pris la poudre d’escampette en tirant plusieurs coups en l’air et se sont dirigés vers la frontière gambienne située à 19 km de Vélingara.

Avant d’être évacué d’urgence à l’hôpital régional de Tambacounda où il a été placé sous des soins intensifs, Ibrahima Ndiaye a perdu beaucoup de sang Toutefois, selon une source médicale autorisée, sa vie ne serait pas en danger.

Malgré leur réaction rapide, les gendarmes n’ont pu que constater les dégâts. D’ailleurs, les hommes du commandant Guèye ont ouvert une enquête pour connaître le mobile de cette attaque, mais aussi mettre hors d’état de nuire la bande armée qui écume cette partie du Fouladou.

Tout laisse croire que ces malfaiteurs qui avaient un accent gambien, ont des complices à Vélingara d’autant que seuls ceux qui sont proches d’Ibou Ndiaye ou travaillent avec lui devaient être au courant des fortes sommes qu’il verse quotidiennement au trésor public. Mais d’autres n’écartent pas la piste politique, car c’est quelqu’un qui gêne beaucoup ses adversaires de parti dans ce quartier populaire.

Les populations qui ont en mémoire l’assassinat du jeune Mama Baldé en 2002 par deux individus armés ainsi que les dizaines d’autres attaques à main armée, cambriolages et agressions qui ont été enregistrés dans la commune de Vélingara ces dernières années, vivent dans la psychose. En effet, cette nouvelle attaque a provoqué une véritable panique chez les habitants qui ne comprennent pas le gouvernement tarde à installer un commissariat de police dans cette commune dite rurale.


À voir aussi

Exclusif/ Un scandale de 150 milliards F à Air Sénégal SA

L’Etat du Sénégal a pris le Fonsis et le Ministère des Finances à qui il …

Regardez ces ânes qui traversent le péage