usps8x-HC

Attaque de Nice : « Un mouvement de panique incroyable ». Des témoins racontent

Un camion a foncé dans la foule qui était réunie sur la promenade des Anglais àNice pour assister au feu d’artifices, jeudi 14 juillet. Au moins 84 personnes ont été tuées, selon le ministère de l’intérieur. Les témoins évoquent des scènes d’horreur et de panique.

« On a entendu des bruits. Comme il y avait les feux d’artifice, on ne s’est pas inquiétés. C’est après qu’on a compris ce qu’il se passait », raconte Auriane sur France Bleu Azur. Cette habitante du haut du boulevard Gambetta est restée cloîtrée chez elle, comme le recommandait la préfecture.

Suivez notre direct :   Plus de 84 morts à Nice après qu’un camion a foncé sur la foule

Damien Allemand, journaliste à Nice-Matin, se dirigeait vers son scooter, garé près de la plage. Il raconte l’attaque sur le site Medium :

« La prom’ était noire de monde. (…) Au loin, un bruit. Des cris. Ma première pensée : un malin a voulu faire son petit feu d’artifice de son côté et ne l’a pas maîtrisé… Mais non. Une fraction de seconde plus tard, un énorme camion blanc filait à une allure folle sur les gens donnant des coups de volant pourfaucher un maximum de personnes. (…) J’ai vu des corps volercomme des quilles de bowling sur son passage. Entendu des bruits, des hurlements que je n’oublierai jamais. »

 Plusieurs témoins évoquent l’image choquante de « corps étendus sur le sol ». Revenu sur les lieux, Damien Allemand décrit « l’enfer » :

« Des corps tous les cinq mètres, sans vie, des membres… Du sang. Des gémissements. Les plagistes ont été les premiers sur les lieux. Ils ont amené de l’eau pour les blessés et des serviettes qu’ils ont déposées là où il n’y avait plus d’espoir (…). J’ai remonté la prom’ et j’ai pris conscience de l’ampleur du drame. »

« Un homme nous a ouvert, nous étions 150 »

Mélina Macri, 40 ans, était sur la plage Beau Rivage, au-dessous de la promenade des Anglais. Elle a trouvé refuge à l’entrée du vieux Nice, raconte-t-elle auMonde :

« On a vu des gens courir sur la plage en direction du vieux Nice en criant : “Il y a des coups de feu, courez !” On a donc couru sans trop savoir pourquoi. Un mouvement de panique incroyable (…). On a essayé d’entrer dans l’hôtel Mercure, mais il avait fermé ses portes, avec des gens réfugiés à l’intérieur, alors on a continué à courir jusqu’à l’entrée du vieux Nice, où un homme nous a ouvert les grilles d’un hangar (…). Nous étions 150 à peu près, nous sommes restés une heure et demie. »

« On courait en se tenant la main très fort pour ne pas se perdre, décrit au MondeCharlène Camin, qui était en terrasse avec son petit ami. On s’est réfugiés dans un autre restaurant (…), les gens essayaient de se cacher dans les toilettes, dans les cuisines. On a éteint les lumières pour être plus discrets. »

Emilie Blain, 27 ans, était, elle, à la hauteur de l’office du tourisme. « J’ai une entorse au genou, témoigne-t-elle au Monde, mais dans ces conditions, ton instinct de survie prend le dessus et tu cours malgré la douleur. » Elle s’est réfugiée dans un restaurant : « Il y avait une femme enceinte de presque neuf mois, elle a eu des contractions et a fait un malaise. Nous avons appelé les pompiers, cela prenait du temps pour les joindre mais ils ont fini par répondre. »

Voir aussi

sans-titre

PRISONS : LA PATRIE COMPATISSSANTE.

           Nous ne pensions jamais écrire un jour sur l’état de …