Accueil / FAITS DIVERS / Attentat à la pudeur : Le maniaque souille les habits d’une dame

Attentat à la pudeur : Le maniaque souille les habits d’une dame

Il est difficile de qualifier l’acte commis par B.D. qui paraît, de prime abord, un homme normal, donc jouissant de toutes ses facultés mentales. Il était poursuivi pour le délit d’attentat à la pudeur sur une dame répondant au nom de Kh.S., une cliente du Crédit agricole venue percevoir son salaire.

Source : Le Soleil
On se pose encore moult questions sur la mouche qui a piqué B.D. lequel se trouvait tout juste derrière la dame, au point de “ souiller ” les habits de celle-ci. Cela s’est passé en plein jour, au moment où tous les clients avaient les yeux rivés sur les caissiers. Le code de conduite mis en place par les responsables du Crédit agricole est bien respecté, c’est-à-dire se mettre dans les rangs comme tout le monde et attendre son tour. Profitant de la forte affluence qu’il faisait ce jour-là, B.D. s’est aussitôt placé derrière Mme Kh.S. qui ne constate les dégâts que quelques minutes plus tard.

En effet, pendant tout ce temps, un individu s’agitait sans cesse derrière elle. Intriguée, elle se retourne brusquement et voit B.D. qui avait déjà ouvert la braguette de son pantalon. En effet, il avait souillé les habits de la dame qui s’est aussitôt mise dans tous ses états. Le jeune homme, toute honte bue, se confond en excuses en présence d’une foule qui n’en revenait pas. Certains clients qui ont suivi la scène ont tout simplement voulu lyncher le “ voleur de plaisir ”. Heureusement pour B.D., les vigiles sont venus le sauver in extremis. Conduit à la police, il est passé aux aveux. Contre toute attente, il a tenté de se rebiffer lors de sa comparution au tribunal départemental de Thiès. Selon lui, il avait fait un faux-pas qui l’avait déséquilibré. Du coup, la dame l’accuse d’attentat à la pudeur.

En tout cas, ce raisonnement simpliste a étonné la présidente qui a eu pourtant à l’entendre, il y a quelques jours. “ Si vous persistez dans votre déclaration, je renvoie cette affaire pour la comparution de la partie civile ”, laisse entendre le substitut du procureur. “ Ce n’est pas la peine, Mme le procureur, je m’excuse. Par ailleurs, je suis malade. Il m’arrive de commettre de tels actes dans les lieux où il existe des attroupements comme les marchés et les séances de “ sabars ” (tam-tam) ”, se défend le prévenu. Ces propos ont, par moments, déclenché l’hilarité générale dans la salle et des “ ndeyssaan ” (sentiments de pitié) incessants. “ Restez tranquille. Vous êtes jeune encore. Vous êtes beau. Qu’est ce qui vous empêche d’aller flirter avec des filles de votre âge ou de chercher chaussure à votre pied ? Il y va de votre propre sécurité ”, lui conseille le maître des poursuites. Quant au président du tribunal, il lui a accordé une dernière chance en le condamnant à trois jours ferme en plus d’une amende de 20.000 francs.


À voir aussi

Escroquerie : Le commerçant qui gonflait son compte Wari, arrêté

Après avoir réussi plusieurs tentatives d’escroquerie de sommes d’argent destinées aux clients, le commerçant A. L.F a …

Thiès : Le corps d’un bébé découvert dans un dépôt d’ordures

Horreur à Thiès. Le corps sans vie d’un nouveau-né de sexe masculin,  a été découvert …