Accueil / International / Attentat dans l’Aude: la compagne du tueur fichée «S» pour radicalisation

Attentat dans l’Aude: la compagne du tueur fichée «S» pour radicalisation

Trois jours après l’attentat qui a frappé vendredi 23 mars les localités de Trèbes et de Carcassonne dans le sud de la France, les deux proches de l’auteur des attaques sont toujours interrogés par la police. Leurs gardes à vue ont été prolongées. L’assaillant qui s’est revendiqué de l’organisation Etat islamique au moment de ses actes, était fiché S. C’est-à-dire qu’il était suivi par les autorités pour radicalisation, et ce depuis plusieurs années. Sa compagne, l’une des deux personnes en garde à vue, est elle aussi fichée « S », indique ce lundi 26 mars l’Agence France-Presse (AFP) citant des sources concordantes.

La jeune femme de 18 ans toujours en garde à vue ce lundi matin est fichée « S » – pour « Sûreté de l’Etat » –, ont indiqué à l’AFP deux sources, une proche de l’enquête et une autre judiciaire à Paris. Elle était suivie par les services de renseignement et ne serait pas muette face aux policiers, indique à RFI une source proche de l’enquête. La compagne et un ami du jeune tueur jihadiste Radouane Lakdim, un jeune homme de 17 ans, avaient été arrêtés dans la nuit de vendredi à samedi. Leurs gardes à vue ont été prolongées dimanche et peuvent durer jusqu’à ce mardi.

Les enquêteurs cherchent toujours à déterminer les raisons du passage à l’acte de l’assaillant jihadiste et à trouver d’éventuelles complicités. Français d’origine marocaine, Lakdim était également fiché « S » et suivi depuis 2014 par les spécialistes du renseignement. Aucun « signe précurseur pouvant laisser présager un passage à l’acte terroriste » n’avait été décelé chez ce petit délinquant radicalisé, selon le procureur de Paris, François Molins. Au cours de la prise d’otage, le terroriste s’était présenté comme un soldat de Daech. Des notes faisant allusion au groupe Etat islamique ont par ailleurs été trouvées à son domicile.

Attaques en trois temps

Au supermarché Super U, où seule la station-essence a rouvert, les enquêteurs poursuivaient ce lundi matin leur travail sur les lieux. Les attaques terroristes de vendredi se sont déroulées en trois temps. Peu après 10h, Radouane Lakdim, a entamé son équipée meurtrière en volant une voiture à Carcassonne, blessant grièvement son conducteur portugais et tuant son passager, Jean Mazières, un viticulteur à la retraite.

Après avoir tenté de s’en prendre aux parachutistes du 3e RPIMa, il a tiré sur des CRS revenant d’un jogging, blessant un policier. C’est en criant « Allah Akbar » qu’il a ensuite surgi et fait feu dans le Super U, tuant un salarié quinquagénaire du supermarché, Christian Medves, et un client, Hervé Sosna, maçon retraité. Il a ensuite tiré sur le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame.

Au total, Lakdim a donc tué quatre personnes. Trois autres ont été blessées : un CRS, un gendarme du GIGN et l’automobiliste portugais, qui était entre la vie et la mort dimanche.

(Avec AFP)

À voir aussi

Vers un jugement de Yaya Jammeh

Plus de 20 mois après le départ en exil de l’ex-président Yahya Jammeh, la Gambie …

Afrique du Sud: Pik Botha est mort

Il était l’un des personnages clés de la transition de l’Afrique du Sud après l’apartheid. …