La femme enceinte suspendue à une fenêtre du Bataclan après l'attaque des kamikazes a retrouvé son sauveur.  Capture d'écran Le Monde

Attentats de Paris : la femme enceinte suspendue du Bataclan retrouve son sauveur

Il s’appelle Sébastien et est originaire d’Arles. Le jeune homme a livré un témoignage exceptionnel au journal La Provence dans lequel il révèle les circonstances de ce sauvetage.

Dans cette scène de panique, on pouvait apercevoir une femme suspendue à une fenêtre, demandant à l’aide et qui criait «Je suis enceinte ! » Ensuite elle était secourue par une personne qui la hissait depuis l’intérieur du bâtiment.

«En face de moi, il y avait deux fenêtres. À l’une d’elles, était suspendue une femme enceinte qui suppliait les gens en bas de la réceptionner si elle sautait. En bas aussi c’était le chaos. Je suis passé par l’autre fenêtre et je me suis accroché à une bouche d’aération. À 15 mètres du sol. J’ai tenu cinq minutes puis la femme enceinte, qui n’en pouvait plus, m’a demandé de l’aider à revenir à l’intérieur. C’est ce que j’ai fait.» livre ainsi Sébastien revivant la scène comme si il y était encore.

«Je ne sais pas où elle est allée ensuite. Je suis retourné à ma cachette qui n’était pas la bonne : cinq minutes plus tard, j’ai senti le canon d’une kalachnikov contre ma jambe.» explique ensuite Sébastien. Heureusement pour lui, il sera épargné par les kamikazes, qui voulaient semble-t-il garder des témoins de leurs actes odieux.

Recherche de son sauveur par Twitter

La jeune femme avait utilisé le réseau social Twitter pour retrouver son «héros». «La femme enceinte que vous avez tous vue en vidéo, suspendue à la fenêtre du Bataclan , appelant à l’aide, souhaite retrouver l’homme qu l’a hissée et par la même occasion sauvée. Juste pour lui dire « merci »» pouvait-on lire sur le message. L’appel a été énormément partagé et a fonctionné.

«Grâce à l’annonce sur Twitter, le frère de l’homme qui l’a aidée m’a contacté par mail, a confié un ami de la jeune femme au Huffington Post. J’ai vérifié auprès de lui et de mon amie qu’il s’agissait bien de la bonne personne, et ils ont pu s’échanger leurs numéros. Il va bien aussi et c’est également ce qu’on voulait tous savoir.» explique-t-il ensuite. La femme souhaite garder l’anonymat et retrouver un peu de calme dans sa vie. Mais entre temps elle aura dit «merci» de vive voix à son bienfaiteur.

Le Parisien.fr

Voir aussi

Quand une femme trompée souhaite une bonne année à son ex

« Graham, si elle est si bonne au lit, tu peux rester chez elle. » Depuis quelques …