Accueil / ACTUALITES / Attentats New-Zelande: le film du drame avec l’Imam Nigérian, ses fidèles tués sous ses yeux
imam new zelande

Attentats New-Zelande: le film du drame avec l’Imam Nigérian, ses fidèles tués sous ses yeux

Gamal Fouda était au bout de cinq minutes environ pour prononcer son sermon devant 200 fidèles depuis son pupitre surélevé lorsque certains d’entre eux ont commencé à sauter et à crier après ce qui ressemblait à trois coups de feu.

Il se demandait s’il s’agissait de jeunes jouant ou de bruits provenant de la chaîne hi-fi, a déclaré avec larmes l’imam de la mosquée Al Noor au Herald lors de sa première interview depuis l’attaque terroriste de vendredi après-midi. Gamal Fouda était sur le point de prononcer son sermon depuis environ cinq minutes lorsque le carnage a commencé à se dérouler ….

Gamal Fouda était sur le point de prononcer son sermon depuis environ cinq minutes lorsque le carnage a commencé à se dérouler.  Mais ensuite, un autre coup de feu a été tiré, cette fois plus près, et un Algérien a crié: « Ouais. Tir! » avant il a cassé une fenêtre.
« Ensuite, les tirs ont commencé lourdement », a déclaré Fouda.

« Les gens ont couru vers le grand trou [dans le verre]. La plupart des gens courent à travers la fenêtre. C’est pourquoi, sur le côté droit [du bâtiment], seulement quelques personnes ont été tuées. les uns sur les autres et ils se sont empilés les uns sur les autres. Il se tenait juste et les visait. «

Le tireur a méthodiquement traversé le bâtiment pour y exécuter des personnes.

« Chaque fois qu’il entendait un bruit venant de n’importe où, il tirait vers lui », a déclaré Fouda.

Imam Alabi, Lateef Zirullah, à gauche, et Fouda, s’adressent au héraut. Photo: NZME
Imam Alabi, Lateef Zirullah, à gauche, et Fouda, s’adressent au héraut. Photo: NZME
« Il a gardé la garde des gens, calmement, et il tirait et tirait et tirait et tirait.

« Nous ne pouvions même pas respirer à cause de la fumée et des balles qui volaient partout.

« Quand il serait à court de balles, nous ne savions pas s’il était parti à cause du silence. »

« Nous pensions qu’il se cachait en attendant … nous n’avons pas pu le voir. Et grâce à Dieu, il ne savait pas où nous étions.

« Il est revenu et il a recommencé à tirer. Ces personnes qui sont sorties de [se cacher], il leur a tiré dessus à nouveau. Parce que nous ne savions pas qu’il reviendrait. »

Le tueur a également projeté des balles sur les piles de corps, a déclaré Fouda.

Beaucoup de ceux qui se sont échappés se sont cachés dans le parking arrière de la mosquée, tandis que d’autres ont grimpé des barrières pour se mettre en sécurité.

Une personne qui essayait d’appeler le 111 a été repérée par le tireur et abattue

Fouda s’est caché avec d’autres personnes dans la pièce principale de la mosquée tout au long de la fusillade, qui a fait 43 morts dans sa mosquée.

Il suppose que le tireur ne savait pas que les femmes se cachaient dans une pièce séparée, leur sauvant la vie. Certaines femmes qui ont tenté de fuir ont été abattues.

« Je ne peux toujours pas croire que je suis en vie », a déclaré Fouda.

Lorsque le tireur est finalement parti, il a sauté dans sa voiture et a traversé la ville pour attaquer la mosquée de Linwood – où sept personnes ont été tuées par le même tireur isolé – un fidèle irakien a déclaré qu’il était parti. Ce n’est qu’alors que les survivants ont émergé.

Né en Égypte et formé, Fouda s’est entretenu aujourd’hui avec le New Zealand Herald aux côtés de son imam Alabi Lateef Zirullah, de Christchurch, qui a survécu au massacre de la mosquée de Linwood.

À Linwood, il y avait environ 80 fidèles, a déclaré Zirullah, un chef de prière.

Le tueur a commencé à tirer à l’extérieur de la mosquée vers 13h55, abattant un homme et sa femme à l’extérieur.

Zirullah était à l’intérieur lorsque la fusillade a commencé.

« Quand j’ai vu ces musulmans abattus, je viens de dire à nos frères: ‘Descends! Descends! Quelqu’un vient de tirer sur nos frères à l’extérieur de la mosquée’ ‘, a déclaré Zirullah.

« Personne ne m’a écouté jusqu’à ce qu’il arrive malheureusement par derrière et a tiré dans l’un de nos frères la tête par la fenêtre. Il l’a vu debout et l’a abattu par la fenêtre. Quand le verre s’est brisé et que le frère est tombé , tout le monde a compris qu’il fallait descendre. «

Zirullah s’est précipité à l’extérieur avec Abdul Aziz, un fidèle fidèle, qui a pris un appareil à cartes de crédit et a crié « Viens ici ».

Le tireur est retourné à sa voiture pour chercher une autre arme et Aziz lui a lancé l’appareil à cartes de crédit.

Le tireur a riposté et, alors que Zirullah tentait de verrouiller la porte principale pour protéger les fidèles à l’intérieur, Aziz, dont les deux enfants âgés de 11 et 5 ans étaient toujours à l’intérieur, s’est faufilé dans des voitures en stationnement alors que le tireur lui a tiré dessus.

Aziz a alors repéré le pistolet abandonné du tireur, l’a ramassé et a appuyé sur la gâchette, mais celle-ci était vide.

Le tireur a couru vers la voiture pour la deuxième fois, susceptible de saisir une autre arme.

« Il monte dans sa voiture et je viens d’avoir le pistolet et je l’ai jeté sur sa fenêtre comme une flèche et lui a soufflé la vitre », a déclaré Aziz.

Le pare-brise s’est brisé: « C’est pourquoi il a eu peur. »

Il a dit que le tireur le maudissait, criant qu’il allait tous les tuer. Mais il s’est éloigné et Aziz a déclaré qu’il avait poursuivi la voiture au feu rouge dans la rue, avant qu’elle ne fasse demi-tour et ne s’éloigne rapidement. Des vidéos en ligne indiquent que des policiers ont réussi à forcer la voiture à quitter la route et à traîner le suspect peu après.

Zirullah a alors commencé à appeler les services d’urgence et à tenter d’aider les mourants et les blessés.

Il a dit qu’il était prêt à mourir pour sauver son peuple.

« Je ne peux pas croire… je pensais être parti. J’étais prêt à mourir parce que je me sentais mal pour les frères », a-t-il déclaré au Herald.

Les deux dirigeants sont en état de choc depuis la fusillade, qui a fait 50 morts. Une douzaine de personnes sont dans un état critique.

Les deux hommes ont qualifié le tireur de criminel qui mérite la peine la plus sévère autorisée par la loi néo-zélandaise.

Fouda n’a dormi que trois heures depuis l’attaque.

Sa priorité maintenant est d’obtenir une liste définitive des morts et d’organiser leurs funérailles.

« Cela risque de prendre du temps – beaucoup de temps – et nous aurons besoin de beaucoup de personnes pour participer à cela », a déclaré Fouda.

« Un plan est en place et beaucoup de personnes apportent leur soutien aux familles touchées, qu’elles soient blessées ou décédées. Je leur demande de rester calmes et d’être patientes.

« Moi-même, quand je marche dans la rue ou quand je vais quelque part, j’essaie de me cacher parce que les gens… trop ils veulent poser des questions et pour le moment je veux juste rester calme, pouvoir aider la communauté. »

Fouda estime que ceux qui sont morts – « Puisse Allah leur donner la paix » – sont maintenant passés dans un meilleur endroit, « dans un monde de justice, meilleur qu’un monde d’injustice ».

Il a fondu en larmes lorsqu’il a envoyé ses condoléances à sa communauté.

« Vous êtes une famille », a déclaré Fouda.

« Je voudrais adresser mes sincères condoléances à tous les Néo-Zélandais. Vendredi, c’était une guerre contre tous les musulmans, mais je la considère comme une guerre contre tous les Néo-Zélandais et Néo-Zélandais.

« Nous n’allons pas avoir peur. C’est une guerre contre la paix et nous devons nous unir. La Nouvelle-Zélande est un pays pacifique et nous l’aimons et nous continuerons à aimer la Nouvelle-Zélande et les Néo-Zélandais. Cela ne devrait pas nous effrayer ni nous empêcher de travailler ensemble en tant que frères et soeurs, amis, dans ce beau pays. «

Les deux dirigeants islamiques ont exhorté leurs communautés musulmanes et tous les Néo-Zélandais à se lever contre le terrorisme.

À voir aussi

Les affres du ‘’Petrogate’’ 

Watergate, Irangate et j’en passe. Ils sont nombreux les scandales qui ont été éventrés par …

La nouvelle vie du ministre Mary Teuw Niane

le Pr Mary Teuw Niane, ancien ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de …