images (5)

ATTRAIT À LA BARRE PAR 22 RÉGIES PUBLICITAIRES- Le Maire Barthélémy Diaz renvoyé des fins de poursuite

 Les juges du tribunal correctionnel de Dakar ont renvoyé le Maire de Sicap-Mermoz-Sacré Cœur des fins de  poursuite. Barthélémy Diaz a été attrait à la barre par 22 régies publicitaires pour association de malfaiteurs, destruction de biens appartenant à autrui et vol. Les parties civiles ont été déboutées.

Maire de Sicap-Mermoz-Sacré Cœur, Barthélémy Diaz a gagné haut la main son procès qui l’opposait aux 22 régies publicitaires. En effet, en rendant sa décision, hier, le tribunal correctionnel de Dakar a renvoyé Diaz-fils, poursuivi pour association de malfaiteurs, destruction de biens appartenant à autrui et vol, des fins de poursuite. Pour les parties civiles qui réclamaient des dommages et intérêts à hauteur de 700 millions F Cfa, elles ont été tout simplement déboutées.

Les faits

C’est une association, composée de 22 régies publicitaires, qui avait attrait Diaz-fils devant dame justice pour les faits susnommés. Face au juge, Barthélémy Diaz a reconnu avoir donné des instructions à ses agents pour détruire des panneaux publicitaires. Et en donnant ces dites instructions, le Maire estime qu’il est en phase avec la loi dans la mesure où il a donné des sommations aux différents propriétaires des panneaux. « Si j’ai enlevé les panneaux publicitaires, c’est parce que leurs propriétaires avaient refusé de payer les taxes. Ils refusaient  de payer le droit qui a été fixé par le Conseil municipal et approuvé par le représentant de l’État du Sénégal qui est le Préfet de Dakar. Pour Bougane Guèye Dany, il avait implanté, illégalement, plus de 100 panneaux dans la Commune de Sicap-Mermoz-Sacré-Cœur », déclare le prévenu au juge.

Par ailleurs, le Maire a révélé que, pendant qu’ils crient sous tous les toits, les plaignants sont revenus par la petite porte pour négocier. « Ils ont reconnu que les anciens taux étaient dérisoires avant de proposer de nouveaux taux avec une hausse de 80%. Nous sommes en train de négocier pour harmoniser les taux au niveau de la Commune de Dakar. Ils ont changé les noms de leurs entités mais ils n’ont pas changé d’adresse sociale », ajoute Barthélémy.

Le juge a suivi la défense dans sa plaidoirie

Pour leur part, les parties civiles avaient réclamé la somme de 700 millions F Cfa pour toute cause et préjudice confondus. « Nous sommes dans un État de droit. Nul n’est au-dessus de la loi. On ne donne pas aux Collectivités locales des pouvoirs pour faire jouer l’arbitraire. La décision de Barthélémy n’a aucun fondement juridique, il s’agit d’un abus de pouvoir », peste la robe noire.

Invité à faire son réquisitoire dans cette affaire, le représentant du parquet avait requis l’application de la loi. Il faut dire que les avocats de la défense ont rejeté en bloc les plaidoiries des parties civiles. À en croire la défense, les régies publicitaires sont de véritables délinquants financiers qui étaient en train de se sucrer sur le dos des citoyens sénégalais. « Ces régies publicitaires ont installé, dans la capitale sénégalaise, une anarchie totale avec de fausses déclarations sur les recettes fiscales. Ils se font des centaines de millions sur le dos des Sénégalais », martèle Me Demba Ciré Bathily selon qui, les autorisations dont ces régies avaient bénéficié de 2004 à 2013 sont caduques. C’est sur le bénéfice de ces observations que la défense a plaidé pour le renvoi des fins de poursuite sans peine ni dépens. Ils obtiendront gain de cause car le tribunal a renvoyé leur client des fins de poursuite.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

telechargement-5

ÉRECTION D’UNE BUVETTE SUR LA CORNICHE Aby Ndour persiste, Atépa annonce une plainte…

Entre Aby Ndour et l’Association Sos Littoral, la guerre est à son paroxysme. Atépa a …