Accueil / TECHNOLOGIES / Les autorités russes font plier Google

Les autorités russes font plier Google

Le géant américain écope d’une amende de 438 millions de roubles pour pratiques anticoncurrentielles dans le secteur des smartphones.

L’Europe en rêve, la Russie l’a fait. L’Autorité de la concurrence russe (FAS) est parvenue à un accord avec Google. Elle s’inquiétait de la domination de l’américain dans les applications pour smartphones, du fait de la prédominance de son système d’exploitation, Android. Après deux années de procédure, le verdict est tombé. Le géant américain écope d’une amende de 438 millions de roubles (7 millions d’euros). Bien peu, pour un groupe qui a réalisé 90 milliards de dollars de chiffre d’affaires l’année dernière. Mais l’autre partie de la décision est plus lourde de conséquences.

Pour rétablir la concurrence, l’autorité russe demande à Google de faciliter l’arrivée d’applications rivales des siennes sur les smartphones. Il devra permettre l’installation d’autres moteurs de recherche que le sien sur l’écran d’accueil des smartphones russes sous Android. D’ici à quelques mois, les consommateurs russes pourront installer un autre moteur de recherche qui s’ouvrira par défaut sur leur mobile. Le russe Yandex devrait être le premier à en bénéficier. Son titre a d’ailleurs bondi de 5 % à la Bourse de Moscou dès lundi. Dans le même temps, Google ne pourra plus limiter l’installation de certaines applications par le consommateur sur son terminal. «Nous sommes parvenus à un accord qui préserve l’écosystème sous Android tout en offrant un environnement favorable aux développeurs pour qu’ils puissent assurer la promotion de leurs applications sous Android», a résumé Igor Artemiev, président de l’Autorité de la concurrence russe.

De son côté, la Commission européenne accuse également Google «d’abus de position dominante» dans les smartphones. Elle estime que le concepteur d’Android «prive les consommateurs d’un choix plus large d’applications et de services mobiles et freine l’innovation venant des autres acteurs». Une notification des griefs a été adressée au groupe il y a tout juste un an. La décision de l’antitrust européen pourrait être rendue dans les semaines qui viennent, alors que les Russes ont ouvert une brèche dans les défenses de l’américain.

le figaro

À voir aussi

Orange confirme sa stratégie et veut accélérer à partir de 2018

Orange vise une accélération de la croissance de ses résultats à partir de 2018 en poursuivant …

Téléphonie: le SMS fête ses 25 ans

Crée en 1992, le SMS, ou « short messaging system », célèbre aujourd’hui sa 25ème bougie. Après …