ECONOMIE

AUTOSUFFISANCE EN LAIT- Le Sénégal mobilise 4,5 milliards F Cfa

  • Date: 15 avril 2016

 Le ministre de l’Élevage, Aminata Mbengue Ndiaye, a lancé, hier,en marge de la 17èmeédition de la Fiara,  le«Programme régional de chaîne de valeur lait et énergie solaire ou Progrès-Lait ». D’un cout global de 4,5 milliards de nos francs, ce programme est destiné à valoriser l’autoconsommation nationale.

60 milliards F Cfa ! C’est ce que le Sénégal débourse, chaque année, pour importer du lait dans les quatre coins du monde. Une situation jugée paradoxale dans un pays à forte potentialité laitière.
C’est cette anomalie que le Programme régional chaîne de valeur lait et énergie solaire  ou «Progrès-Lait » cherche à corriger en valorisation les productions nationales au Sénégal.Faisant l’économie de ce projet sous-régional de grande envergure, le directeur d’Enda Energie, Sécou Sarr, a révélé que « Progrès-Lait », qui dure quatre ans, consiste à mettre à la disposition des éleveurs dans les villages des mini-plateformes et des plateformes solaires pour la conservation du lait, la mouture, la soudure et l’éclairage dans quatre bassins de production de lait au Sénégal et en Mauritanie. Le problème se pose selon M. Sarr  au niveau de la conservation, d’où l’appui énergétique que Enda Energie apporte aux communautés d’éleveurs pour leur permettre de conserver leur production jusqu’à son écoulement sur le marché. C’est dans ce cadre que 100 mini-plateformes solaires seront installés au niveau des villages pour plus de 2.000 petits producteurs, et 20 plateformes solaires pour la conservation et la pasteurisation du lait afin d’approvisionner les grandes entreprises de transformation. Ce n’est pas tout. Le « Progrès-Lait » va procéder au  raccordement de 1.000 ménages (soit 10.000 personnes) à travers des mini-réseaux et 20 infrastructures communautaires (2.000 personnes).Seulement, cet appui technologie devra s’accompagner d’un mécanisme de financement et de  renforcement des capacités organisationnelles des petits producteurs et le renforcement de la chaîne de distribution entre les unités locales et les industries laitières.

Embouchant la même trompette, le ministre de l’Élevage a souligné que le « Progrès-Lait », est en droite ligne des orientations stratégiques retenues dans le volet élevage du PSE, dans une perspective de réalisation de la sécurité alimentaire, d’amélioration des revenus et de préservation des ressources naturelles.Pour preuve, note Aminata Mbengue Ndiaye,  dans le Plan d’action prioritaire 2014-2018 du PSE, le chef de l’État a bien inscrit quatre projets d’élevage, pour une valeur globale de 28,679 milliards de francs Cfa. Parmi eux, « figure le Projet d’appui à la filière laitière, d’un montant de 8,124 milliards de francs Cfa », a-t-elle révélé.

½ milliard en équipement laitiers

Même si le  projet n’a pas encore bénéficié d’un appui des partenaires au développement, elle soutient que  l’État, sur son budget propre, a inscrit annuellement des dotations au niveau du Budget consolidé d’investissement (BCI), pour la réalisation d’un certain nombre d’activités qui y sont prévues. C’est ainsi qu’en 2015, l’État du Sénégal a appuyé les acteurs de la filière avec divers matériels et équipements laitiers d’un montant de 500 millions F Cfa, comprenant des véhicules frigorifiques, tricycles isothermes, réfrigérateurs, glacières et bidons à lait  et 08 tanks solaires de refroidissement du lait en cours d’installation. Pour cette année 2016, a-t-elle indiqué, l’État prévoit l’acquisition de matériels et équipements de transformation, de conservation et de commercialisation du lait dont les frigos et des chariots solaires pour un montant de 140 millions de nos francs.

À l’en croire, « ceux-ci devraient concourir à l’augmentation de la productivité du cheptel avec l’encadrement des petits éleveurs, l’amélioration génétique, le suivi sanitaire et la modernisation progressive des unités de production, de transformation et de distribution », a-t- elle rappelé. C’est pourquoi, parallèlement à l’appui  matériel de l’État, dira Aminata Mbengue Ndiaye, « j’ai initié une opération  pour renforcer le cheptel laitier national à travers la sélection des meilleures races locales et la diffusion de leurs gènes ; mais aussi par le biais de l’amélioration génétique en s’appuyant sur l’introduction d’animaux à haut potentiel laitier et sur l’insémination artificielle.»Malgré l’importation de centaines d’animaux de races européennes et brésiliennes, Aminata Mbengue Ndiaye reconnait malheureusement que l’impact tarde à se faire sentir au plan macroéconomique, compte tenu de l’effectif réduit importé et du coût élevé eu égard aux moyens de transport utilisés (camions et avions). C’est pourquoi, le ministre de l’Élevageprévoit d’imprimer une plus grande efficacité à la dépense publique pour passer de 100 à 1.000 animaux, par an, en utilisant le transport maritime pour réduire sensiblement les coûts d’acquisition.

Mouhamadou BA

Les Plus Populaires
Les plus commentés
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15