25 avril, 2014
Accueil » SOCIETE » Avec austérité : La ville de Podor accueille les croisiéristes
Avec austérité : La ville de Podor accueille les croisiéristes

Avec austérité : La ville de Podor accueille les croisiéristes

Devant faire découvrir ses hôtes des rencontres sur le fleuve, le Saint-Louis du Sénégal en passant par Richard-Toll, Dagana, le bateau de rêve de l’enfant a atteint sa limite, la ville de Podor, ce jeudi. Une occasion pour les croisiéristes de visiter le fief du lead vocal de ‘’dande léniol’’

Connu grâce au grand chanteur, Baba Maal, Podor ne répond pas à sa popularité. Austère, avec son climat chaud, en cette période de fraicheur, son sol argileux, sa flore quasi inexistante, ses bâtiments, marquant l’époque coloniale, multiethnique, par son brassage entre peulhs, toucouleurs, maures, la ville de Podor ne respire pas la gaité du melting-pot. Séparée de la Mauritanie par le fleuve, Podor vit mal. Tout y est urgence, selon les riverains. Propriétaire d’une boucherie, Ameth Dieng, atteste que les jeunes de sa localité ont du mal à subvenir à leurs besoins, « Il n’y a pas d’usine, ni de société, encore moins d’entreprise. A part le commerce, aucune activité dans cette ville. Ni Aissata Tall Sall, ni aucune des autres autorités compétentes ne nous viennent en aide », a-t-il confié. Pis, renchéri-t-il : « on reste 10 voire 15 jours après la fin du mois, sans avoir de l’argent. A Podor, les jeunes ne peuvent pas trouver du travail ». Dans la ville d’Aissata Tall Sall, il est impossible de trouver une banque, pour utiliser un distributeur automatique de billets, il faut aller jusqu’à Ndioum, à 53km de là.

Fifi, coiffeuse de profession, atteste avoir laissé les épingles pour aider sa restauratrice de maman. « C’est durant les fêtes que les coiffeuses de Podor se frottent les mains. Ici, les gens n’ont pas l’habitude d’aller se faire tresser dans les salons, les filles préfèrent se faire belles, en se tressant réciproquement. Le métier de coiffure ne vit pas dans cette localité qui ne compte que 7 salons », révèle la jeune demoiselle.

Cette austérité décriée par les jeunes, se confirme quand on observe les bâtiments ou, une fois arrivé au marché de Podor. A quelques encablures du fleuve, le marché de Podor, avec ses quelques cantines et étals, n’offre pas l’embarras du choix à la clientèle.

Fanta DIALLO depuis Podor

REWMI QUOTIDIEN