Accueil / ECONOMIE / Avec les chinois, le colon arabe est arrivé

Avec les chinois, le colon arabe est arrivé

Pendant que les entreprises du Golfe arrivent en force sur le continent africain après avoir déferlé sur l’Afrique du Nord, le développement de la finance islamique attire de plus en plus de banques occidentales. Cela ne manque pas d’intérêt…

Source : Sudonline
BANQUES ET INVESTISSEMENTS

C’est indéniable, les capitaux arabes s’intéressent et attirent de plus en plus de pays africains jusque-là « chasse gardée » des investisseurs occidentaux. Au Sénégal, l’actualité bruit encore de l’arrivée de Dubaï Ports World (DP World), un des leaders mondiaux de la gestion portuaire qui vient de rafler la concession du terminal à conteneurs en projet d’un montant évalué à 382 millions d’euros au Port autonome de Dakar, sous le nez et à la barbe de candidats prestigieux comme le Groupe français Bolloré, le Danois Maersk, numéro un mondial des porte-conteneurs, ou encore le consortium formé de l’association de CMA-CGM.

Au même moment, on annonce l’arrivée prochaine au Sénégal d’un autre gros investisseur de Dubaï pour la réalisation d’une zone économique spéciale en lieu et place d’un projet d’envergure d’une plateforme prévue initialement pour être financée par les américains à coup de 450 milliards de FCfa. A peine le débat sur ces différents projets commence à faire rage que les investisseurs de Dubaï sont encore cités dans la réalisation du projet faramineux de nouvelle capitale du Sénégal confiée aux sociétés dubaïotes Damag et Limitless, tandis que les préparatiifs de la prochaine Organisation de la conférence islamique (Oci) prévue à Dakar ont bien entendu bénéficié de financements… arabes du Koweit, cette fois.

L’anecdote fait place à des faits révélateurs au moins de deux tendances lourdes. La première, c’est la perte d’influence de la France en Afrique francophone. Le fait qu’une des compagnies françaises les plus « africaines » – Bolloré – se voit souffler un marché public stratégique – les concessions portuaires – dans un pays qui jadis fut le siège de l’AOF – le Sénégal – n’est pas anodin. La deuxième est relative à l’arrivée en force sur le continent des entreprises du Golfe.

On fait bien de parler du continent car hors du Sénégal et dans des secteurs aussi variés que la téléphonie mobile, on peut indiquer la mégacession de Celtel, achetée en avril 2005, pour 3,36 milliards de dollars par le koweitien MTC, mais aussi le rachat de la moitié du capital d’Atlantique Telecom par le groupe des Emirats Arabes Unis Etisalat.

Dans l’immobilier, on note la cession en septembre 2006 du quartier commerçant situé en bord de mer au Cap (Afrique du Sud) au groupe de Dubaï (encore eux) Istithmar, allié pour l’occasion à un partenaire britannique (montant de l’opération : un milliard de dollars).

Rappelons dans le domaine de la finance, l’activité du prince saoudien Al-Walid qui, en novembre 2004, a constitué le fonds Kingdom Zephyr Africa (dotés de 100 millions de dollars, investis notamment dans des banques au Ghana, au Nigéria, ainsi que dans le groupe de télécommunications Sonatel) et en juillet 2005, en partenariat avec HSBC, le HSBC Kingdom Africa Investments qui réunira jusqu’à 400 millions de dollars pour l’Afrique subsaharienne ;

Même dans les médias ils sont présents, notamment à travers l’investissement de 25 millions de dollars nécessaire au lancement de CNBC Africa qui a été financé à 70 % par un consortium de Dubaï ; etc. On peut aisément se demander si les pays africains en général ne cherchent-pas là des modèles de développement alternatifs à ceux proposés par l’Occident ou encore par la Chine.

Vraiment Halal ?

Un autre aspect de l’intérêt croissant que suscite le capital arabe est assez intéressant à analyser. Il s’agit du développement de la finance islamique qui attire de plus en plus de banques occidentales. C’est le cas de SGAM AI, filiale de la Société Générale de Paris qui vient de lancer une nouvelle offre à destination du Moyen Orient mais aussi de l’Europe avec des placements proposés qui sont garantis « 100 % halal ».

Réputé fermé, le monde islamique offre de belles opportunités au secteur bancaire. Née il y a trente ans, la finance charia compliant (compatible avec les préceptes du Coran) est en pleine expansion. Principale règle : l’usure est interdite. Largement répandue en Asie et au Moyen Orient, elle intéresse de plus en plus de banques occidentales. En 2003 et 2004, les banques françaises BNP Paribas et la banque Calyon ont ouvert des services spécialisés à Bahreïn. C’est désormais au tour de la SGAM AI, filiale de la Société Générale de proposer des investissements qui respectent les lois coraniques.

Ces placements islamiques sont toutefois encore peu commercialisés en Occident. Le Moyen-Orient concentre aujourd’hui la majeure partie de ce marché avec plus de 300 milliards de dollars. Une manne financière inestimable alimentée par l’argent du pétrole. L’Asie du sud représente 60 milliards et l’Europe à peine 5 milliards.

En 2004, le Royaume-Uni a été le premier pays européen à autoriser l’ouverture de banques islamiques et à prendre des mesures fiscales incitatives. C’est d’ailleurs l’Institut de la bourse britannique en partenariat avec l’Ecole supérieure des affaires libanaise qui a créé en octobre 2006 le premier diplôme mondial de finance islamique.

Pour la petite histoire, en 2004, un investissement de l’Al Dar Islamic Fund dans le groupe de cosmétiques français L’Oréal a été jugé non conforme parce que l’Islam interdit aux femmes d’utiliser des produits de beauté devant des étrangers. Un travail de surveillance que la SGAM AI a confié au cabinet Rating intelligence partners. Aussi, quatre experts de l’Islam garantiraient en permanence aux investisseurs le respect de la charia. En plein essor et suscitant de plus en plus d’appétit, la finance islamique a récemment posé ses valises à Dakar au Sénégal où s’est tenue durant une semaine, l’assemblée générale de la Banque islamique de développement(Bid) qui y dispose d’une filiale qui réalise tant bien que mal des performances.

Tout compte fait, il semblerait que c’est l’approche « business » de l’Afrique du capital arabe qui séduirait les Etats africains : ils seraient plus soucieux d’investissement que d’aide au développement. Mais les investissements arabes sont-ils pour autant fiables ? La question prend tout son sens dans le contexte marocain où, en 2003, l’année a été chargée d’événements de mauvaise presse pour l’investissement arabe. Une société qui opère dans le secteur du cuir, a été attrapée, la main dans le sac, en pleine fraude douanière.

Alors qu’elle déclarait exporter du cuir semi-fini, les contrôleurs ont découvert dans ses conteneurs de la matière brute. Celle-ci était alors interdite à l’export depuis la pénurie qui avait frappé le marché en 2001, suite à la demande massive du marché européen lors des crises de la vache folle et de la fièvre aphteuse durant lesquelles les carcasses des bêtes étaient incinérées avec leurs peaux. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres relativement à l’investissement arabe.


À voir aussi

Finances publiques : PEFA 2016 pour évaluer la performance du système de gestion

Le Ministère de l’Economie, des Finances et du Plan, en collaboration avec la Délégation de …

Consommation :Baisse de 0,6% de l’indice harmonise des prix en octobre 

La  diminution des prix des services de « communication » et des « produits alimentaires …