Accueil / ACTUALITES / Un avion-«Ndiaga Ndiaye» qui tombe, des policiers chassé du Darfour… Qui est encore fier du Sénégal ? 

Un avion-«Ndiaga Ndiaye» qui tombe, des policiers chassé du Darfour… Qui est encore fier du Sénégal ? 

REWMI.COM- A voir de près ce qui se passe dans notre pays, l’envie nous prend de crier très fort. Seulement, cela ne servira à rien. Ceux qui décident sont généralement sourds et ceux qui sont gouvernés font peu preuve de discernement, de responsabilité, de sens de l’intérêt général ou de civisme.

Dans ce kaléidoscope explosif, les drames se succèdent aux drames dans un rythme démentiel.

La preuve, on connaissait les cars Ndiaga-Ndiaye du nom de ce célèbre transporteur, voici maintenant arrivée l’ère des avions-Ndiaga-Ndiaye. L’avion de Sénégalair qui a fait un clash manquait de tout. Les normes techniques, administratives, humaines et autres étaient allègrement violées au vu et au su de tout le monde. Comme d’habitude.

Et pourtant, personne ne peut oublier que nous avions connu la catastrophe maritime la plus grave de l’humanité avec 2 mille morts et plus.

Depuis, nous en avons enregistrées d’autres comme le Dacca 2017, Betintti, les innombrables accidents de la route, les accidents domestiques, la mort des supporters de lAsc Mbour, etc.

Pendant ce temps, nous avons poussé l’irresponsabilité jusqu’à envoyer plus de 100 policiers sous-équipés au Darfour alors que chaque État contributeur avait reçu sa dotation d’appui financier de la part des Nations-Unies. Aujourd’hui, nous sommes, encore la risée du monde de la part d’un peuple intelligent peut-être beaucoup trop pour se contenter d’être comme les autres citoyens du monde.

Ici, on ne sait plus organiser des élections, respecter son adversaire, l’institution, la religion, l’Etat, nos propres règles de droit, etc.

Nous avons saboté notre école,  nos universités, tropicalisé nos diplômes, bafoué notre Justice, instrumentalisé les autres pouvoirs comme l’Assemblée nationale devenue l’une des plus médiocres d’Afrique.

Pendant ce temps, notre diplomatie piétine avec des échecs patents comme la perte du poste de Président de Commission de l’Union africaine au profit du Tchad, notre non-admission au sein du G5 Sahel, etc.

La réalité est que nous avons perdu nos repères, dormi sur nos lauréats et nous nous sommes faits rattrapés dans de nombreux domaines y compris dans le sport pour nos voisins.

Nous sommes victimes de notre paresse à travailler, réfléchir, faire des recherches, investir et gérer nos entreprises et simplement notre devenir.

Nous sommes également trop souvent malhonnêtes et susceptibles. Or, les seuls qui en profitent aujourd’hui sont les charlatans devenus les nouvelles références dans une société atteinte de folie collective.

Et n’allons pas chercher des coupables auprès de je ne sais qui. En réalité, nous le sommes tous et ce n’est que le début.

C’est pourquoi une race nouvelle de sénégalais voit le jour, celle des insulteurs publics. Voilà ce que produit une société à force de dérailler.

Malheureusement, les supposés régulateurs sont entrés dans la danse au point d’être submergés par le rythme endiablé de l’irresponsabilité.

Assane SAMB/Rewmi quotidien

À voir aussi

Relisez les GO de Cébé – Semaine du 18 au 24 septembre 2017-

GO : Eléphants …. blanchâtres   ‘’Yague bawoul dara. Wolaye !’’  Au début de la deuxième alternance, …

Polémique sur le dispositif de controle- le CDC sous controle de la Cour des comptes et de l’Ige

La caisse des dépôts et de consignations (cdc) est bien soumise à un dispositif de …