ACTUALITE

AVIS DE DÉCES POLITIQUE : Ci-gît Manko Wattu Sénégal

  • Date: 1 décembre 2016

Macky Sall et la coalition Benno Bokk Yakaar n’ont jamais eu en face d’eux une opposition, mais des oppositions animées par d’anciens Premiers ministres, d’ancien Ministres et Ministres d’Etat et des néophytes boulimiques en pouvoir et jamais assouvis. Ils donnent l’image d’une opposition unie alors qu’ils donnent de leur Manko Wattu Sénégal, l’apparence du néant.

Ils sont séparément ensemble, ne tenant pas le même langage car chacun a un agenda à lui. Ils se parlent sans s’écouter, se regardent  sans se voir et s’écoutent sans s’entendre.

Sur la plateforme qui sert de moyen de combat, ils n’ont pas la même vision et même sur la démarche à mener, leur voie et leur voix s’égarent en contradictions et paradoxes, virus qui met leur coalition en agonie. Et l’agonie s’accélère, faisant entendre les derniers soupirs de Manko Wattu Sénégal qui expire, succombe et…meurt !

Mauvaise foi, égoïsme et calculs électoralistes

Macky Sall a la chance de connaitre la grande partie de ceux qui animent les oppositions qui le combattent, les uns par jalousie, les autres par haine, d’autres encore par chantage. C’est d’ailleurs, la seule lecture de leurs sorties au vitriol.

D’un côté se positionne un drôle de trio qui constitue une si petite coalition totalement absente de l’arène : Souleymane Ndéné Ndiaye, Modou Diagne Fada et Aliou Sow, trois anciens du PDS, duveteux avec Macky Sall, leur « ami » d’hier qu’ils adoubent aujourd’hui subtilement. Ils ne sont pas des opposants, mais des calculateurs du Macky qui rôdent autour de Macky. Aliou Sow a déjà mordu au bout de l’hameçon avec une nomination au HCCT et il loue la politique de Macky Sall, considérant que le Sénégal est entre de bonnes mains.

Le calcul individualiste s’accommode ainsi de la mauvaise foi d’un trio qui prétend incarner une alternative !

Coups bas et fatales rivalités                                 

Il n’y a aucune sincérité dans Manko Wattu Sénégal. Ses membres sont des béliers dans un enclos qui font face à un commun adversaire, mais se donnent entre eux des coups de tête sur fond de contestation, de délation, de discordance et d’antagonisme.

Des intrus comme Malick Ndiaye y sèment le désordre. D’autres balancent, sous cagoule, dans la presse le contenu des réunions que certains journalistes exagèrent. En marge de l’audience que Macky Sall accorde à Manko Wattu Sénégal, les divergences mortelles ont encore jailli pour faire tomber la coalition dans une agonie dont le dénouement est son expiation politique.

Ses membres ne mènent qu’un combat pro domo. Aucun ne se montre capable de réaliser un nouveau projet alternatif à la politique de Macky Sall, ni même de le concevoir et de le proposer. Ils n’appliquent que la loi marécageuse du « Ote-toi que je m’y mette ».

 

Si Manko Wattu Sénégal meurt, c’est qu’il est arrivé à un point crucial du jeu politique où il ne peut point survivre par cette loi hors-la-loi qui l’a mené vers un inconscient suicide politique. Au lieu de saisir le dénominateur commun des revendications ouvrières, des aspirations de la jeunesse, de l’ensemble des problèmes de la Nation afin de constituer un bloc patriotique et crédible sur la base d’une vision commune et sincère, ils se sont fixés sur des questions politiciennes en se querellant entre eux en à plus finir.

 

Et ce n’est plus Macky leur cible, mais certains des leurs comme  Gackou et Decroix, qui furent pourtant aux premières loges du combat bien avant les néophytes qui  invectivent Macky et s’invectivent.

C’est comme s’ils n’aiment pas le Sénégal. Ils ne semblent aimer que le pouvoir et rien que le pouvoir. Pour eux, le Sénégal n’avance pas et est en crise.  Mais c’est leur Manko Wattu Sénégal qui est en crise. Quand un pays n’est pas en crise, c’est le sentiment de crise d’une opposition politique constitue la crise elle-même.

 

Cette crise est la raison des cassures internes et la création d’un nouveau pôle contre ceux qui se rendent à l’audience avec Macky Sall. Donc ce n’est ni la majorité présidentielle qui est en crise, ni le Sénégal. C’est Manko Wattu Sénégal lui-même qui est en crise. Il meurt et est mort malgré son bavardage surmédiatisé.

Leave your comment

Please enter your name.
Please enter comment.

1 2 3 4 5

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15