Tribunal_560

AVORTEMENT, DÉTOURNEMENT DE MINEURE, COMPLICITÉ D’AVORTEMENT- Un couple risque un an dont 6 mois de prison ferme

Un an dont 6 mois de prison ferme, telle est la peine que le représentant du ministère public a requis, hier, contre les nommés Mamadou Moustapha Bâ et Fatou Sow Diouf. Ils sont poursuivis pour avortement, détournement de mineure et complicité d’avortement. Délibéré, le 30 juin prochain.

Si le tribunal, en rendant sa décision, le 30 juin prochain, suit le procureur dans ses réquisitions, les prévenus Mamadou Moustapha Bâ et Fatou Sow Diouf risquent une peine d’emprisonnement d’un an dont 6 mois de prison ferme. Ils ont été attraits à la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar pour avortement, détournement de mineure et complicité d’avortement. S’agissant des faits, la tante de Fatou Sow Diouf constant que sa nièce souffrait des maux de ventre a informé le père de cette dernière pour la conduire dans un district sanitaire pour consultation. Avant même qu’ils ne sortent de la maison, la jeune fille a décidé de passer à l’aveu. Elle a déclaré que c’est Mamadou Moustapha Bâ qui lui a remis une substance à boire afin d’avorter. Élève en classe de 6e, la jeune fille est revenue sur les circonstances de sa grossesse. En effet, elle rendait visite, souvent, à son copain Moustapha avec qui, elle entretenait des relations sexuelles. C’est sur ces entrefaites qu’elle a contracté une grossesse. De peur que cette affaire éclate, Moustapha lui avait remis un liquide à boire pour avorter.

Malheureusement, ce médicament causera des maux de ventre à la fille, une semaine plus tard. Jugeant le comportement du mis en cause anormal, le père de la fille a traduit le sieur Bâ en justice. Selon lui, le prévenu fréquentait régulièrement la maison et, il partageait parfois le repas avec eux. Interrogé sur les déclarations de la fille, Mamadou Moustapha Bâ a balayé d’un revers de main les accusations de la fille. À l’en croire, il n’a jamais donné un quelconque médicament à la fille pour avorter parce qu’il n’a jamais entretenu de relations sexuelles avec Fatou Sow Diouf. Toutefois, il déclare : « J’avoue que la petite passait souvent me rendre visite. Cependant, on restait dehors pour flirter car l’endroit ne nous permettait pas de faire certaines choses ».

Malgré les déclarations du prévenu, le représentant du ministère public a déclaré que les faits sont constants. Sur ce, il demande au tribunal de déclarer les prévenus coupables d’avortement, détournement de mineure, complicité d’avortement et des les condamner à un an dont 6 mois de prison ferme.

Pour sa part, la défense a plaidé pour une application bienveillante de la loi. Pour le délit de complicité d’avortement, de renvoyer la fille des fins de la poursuite. Finalement, le tribunal a mis l’affaire en délibéré pour jugement devant être rendu le 30 juin prochain.

Cheikh Moussa Sarr

Voir aussi

images

POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA LOCALITE « And Défar Parcelles » s’engage

Journées de consultations gratuites, sensibilisation des populations, sont, entre autres, les activités qui ont été …