Le 14 mai dernier, le monde de la musique était en deuil : l’une des légendes du blues s’éteignait après une carrière éblouissante. Hospitalisé en avril dernier à cause de son diabète qui le faisait souffrir de déshydratation selon une de ses filles, le King of Blues avait finalement rendu son dernier souffle dans sa maison de Las Vegas.

Alors que la mort du B.B King avait officiellement été considérée comme naturelle, deux des filles du roi du blues, Karen Williams et Patty King, avaient émis certaines réticences. Quinze jours après le décès de leur père, elles avaient toutes deux pointé du doigt la culpabilité du manager de B.B King, Laverne Toney, dans un document destiné à la justice : “ Je pense que mon père a été empoisonné et que des substances étrangères lui ont été administrées afin d’accélérer son décès,” avait écrit l’une d’entre elles.

Le suspect avait alors rapidement démenti ces allégations que les avocats chargés de la succession avaient trouvé totalement “ridicules.” Afin de départager les deux camps, la justice avait programmé une autopsie sur le corps du chanteur ce qui avait attristé une partie des proches du musicien.

Celle-ci, dont les résultats ont été publiés hier, est sans appel. Le bureau du médecin légiste chargé de l’examen a finalement démenti les accusations des deux filles du chanteur dans un communiqué. “A ce stade, nous pouvons affirmer que M. King est mort de causes naturelles,” a-t-il estimé. Selon le spécialiste, à 89 ans, la légende du Blues était particulièrement malade. B.B King souffrait notamment de la maladie d’Alzheimer mais aussi de défaillance cardiaque, d’hypertension et (…)

Lire la suite sur gala.fr