Accueil / Uncategorized / Babacar Gueye: «On me prend pour un con»

Babacar Gueye: «On me prend pour un con»

Babacar Guèye en a «un peu marre de parler» de l’équipe nationale, mais il précise qu’il n’acceptera «plus de venir jouer parce qu’il y a un monsieur x ou y blessé». En clair : «Je n’accepterai plus d’être le pigeon», crache l’international sénégalais de Metz convoité par Lens, Lille mais qui pense qu’«Auxerre et Monaco peuvent être une bonne solution». Babacar Guèye livre aussi les clés de sa réussite cette saison.
L’équipe nationale n’est-elle pas votre fausse note cette saison ?

Oui ! L’équipe nationale, à vrai dire, j’en ai un peu marre d’en parler. Il s’est passé pas mal de choses qui n’ont pas plaidé en ma faveur. Le responsable, c’est qui ? Je ne le sais pas. Tout ce que je sais c’est qu’aujourd’hui je ne suis plus dans ma position d’avant. Quand je me disais tout le temps, qu’il faut que je sois convoqué en équipe nationale. C’est à eux de voir s’ils veulent me prendre. Ma priorité reste maintenant mon club, ce n’est plus l’équipe nationale. Ce qui compte le plus pour moi, c’est d’avoir un bon club où je pourrai jouer. Je n’accepterai plus de jouer pendant les vacances pour me blesser et être le seul perdant. Il m’est arrivé de rater la dernière coupe d’Afrique des nations à cause de ça. J’avais joué en ayant une douleur pendant presque toute la période des vacances et j’ai repris en étant blessé, je ne suis pas revenu et cela a fait que j’ai raté la dernière coupe d’Afrique. Aujourd’hui pour moi, la priorité n’est plus l’équipe nationale mais d’être performant avec mon club en jouant les matchs. Je n’accepterai plus d’être le pigeon, c’est-à-dire de venir jouer en équipe nationale parce qu’il y a monsieur x ou y blessé, ou parce qu’il y a des joueurs qui ne veulent pas jouer. Et s’ils sont disponibles on nous jette dehors. Si c’est ça je préfère rester dans mon club et continuer à travailler.

On vous sent dépité ?

Je ne suis pas dépité, j’ai l’impression seulement qu’on me prend pour un con. Je ne veux pas utiliser de gros mots, mais on me prend vraiment pour quelqu’un qui passe tout son temps à penser à l’équipe nationale. Ce n’est pas ça. J’ai toujours été patriote, j’ai toujours mouillé le maillot national, j’ai toujours été là pour l’équipe nationale. Il y a pas mal de joueurs qui sont là et qui choissent les matchs qu’ils veulent jouer ou pas et je n’ai plus envie qu’on me prenne pour un con. Ils n’ont qu’à prendre leurs responsabilités et convoquer les joueurs qui doivent jouer. Tout ce qui compte pour moi c’est mon avenir et mon club, si ça doit passer par l’équipe nationale, c’est bien. Sinon, tant pis. Aujourd’hui, j’ai plus envie qu’on me respecte.

Qu’est-ce qui ne va pas ?

Ce n’est pas à moi de dire ce qu’il faut faire ou ce qu’il ne faut pas faire. Tous les gens sont conscients des injustices. J’ai entendu dire par-ci et par-là que je n’avais pas l’expérience pour certains matchs. Comment peut-on dire des choses pareilles? Les matchs que j’ai joués en équipe nationale sont plus durs que la plupart des matchs qu’on joue jusque-là. Et j’ai toujours été là. Les journalistes, les supporteurs et même les dirigeants qui sont à la fédération en sont témoins. J’ai vraiment envie qu’on me respecte. C’est une erreur de me prendre pour un jeune qui ne sait rien ou qui ne peut rien apporter à l’équipe nationale. Ce n’est pas parce qu’on est arrivé en équipe nationale qu’on doit se permettre de dire certaines choses. Je me concentre sur mon club tout en essayant de continuer à faire de bonnes saisons.

Et si l’on vous convoque ?

Déjà, je ne pense pas qu’on va m’appeler. Je pense terminer ma saison et bien me reposer pendant les vacances pour pouvoir bien entamer la saison prochaine.

Vous n’avez vraiment pas la tête au match contre la Tanzanie ?

Je n’y pense même pas. Honnêtement je n’y pense même pas et je n’y pense même plus. Si je dois venir en équipe nationale pour jouer c’est pour discuter avec les entraîneurs et les dirigeants parce qu’il y a des choses que je ne vais plus accepter.

Parlons du Fc Metz ?

On a passé une saison exceptionnelle, on est super contents. On a bien entamé et bien terminé la saison. On a fait tout ce qu’il fallait et en conclusion, on a la montée et le titre de champion en prime. Donc, on est super contents. Le Fc Metz est premier de sa classe et retrouve sa place.

Qu’est-ce qui a fait la différence ?

On a su dès le début se mettre au diapason en faisant la différence dès le premier match. Cela a permis de gagner en confiance et avec la confiance, on réussit plus facilement les choses. On a aussi su gérer les moments difficiles. A chaque fois qu’on était en difficulté, on arrivait à revenir en décrochant au moins un match nul. Parfois, on parvient à gagner même en étant dominé. Tout cela a fait qu’on est aujourd’hui récompensé.

Vous vous êtes révélé buteur cette saison ; y a-t-il eu un élément déclencheur ?

Je pense que c’est le travail, j’ai beaucoup travaillé cette saison. J’ai rarement joué attaquant et j’étais super bien physiquement et ça m’a permis de marquer beaucoup de buts. J’ai toujours été buteur même si en Ligue 1 je n’avais pas la chance de marquer des buts. Ce qui n’a pas été le cas cette saison, j’ai eu beaucoup de réussite. C’est une satisfaction pour moi de marquer autant de buts.

Vous êtes convoité par Lille, Lens, Auxerre, Monaco et Portsmouth quel est le club qui vous tente le plus ?

Pour le moment, je suis en phase réflexion pour voir ce qu’il y a lieu de faire. Je suis en train de voir, si je dois partir ou rester au Fc Metz. Mais, quelle que soit la décision que je vais prendre, je vais discuter avec mon agent, mon père et Mady Touré qui est mon conseiller. Ensemble, on prendra la bonne décision.

Qu’exigez-vous pour rester au Fc Metz ?

Je vais en parler avec le président, mais déjà je pense qu’il faut qu’il fasse un effort pas seulement pour moi, mais pour la plupart des joueurs qui sont au Fc Metz. Il faut qu’on garde tous les joueurs qui sont là, on peut compter sur eux pour assurer le maintien en Ligue 1 la saison prochaine. Je sais que le club a pas mal de difficultés financières et il faut absolument vendre un joueur pour pouvoir gonfler les caisses. Mais, si je dois partir, ce sera pour un club où je vais jouer. Je ne vais pas partir pour partir, et ce n’est pas forcément pour un grand club. Le plus important pour moi sera de jouer, je dois encore beaucoup progresser.

Ne pensez-vous pas à l’As Monaco ?

Ça peut être une bonne solution. Auxerre aussi peut l’être, mais il faut voir ce que les dirigeants ont envie de faire et ce qu’ils veulent mettre sur la table. Il y a plusieurs paramètres qui font que pour le moment il n’y a rien de sûr, mais je pense que d’ici à une semaine les choses vont bouger.

Quel a été l’apport de Pape Malick Diop ?

C’est un grand joueur. Certains pensaient qu’il était fini, mais c’était une erreur. A voir Malick Diop jouer on a l’impression qu’il a 25 ans. C’est le défenseur qui nous a vraiment permis d’être aujourd’hui la meilleure défense du championnat et en plus de ça c’est un grand monsieur. Ce n’est pas quelqu’un qui a joué la coupe du monde et qui pense être un intouchable, il se remet constamment en question. Il nous apporte beaucoup en tant que grand frère et conseiller.

Dino Djiba et Momar Ndiaye ont connu une saison difficile…

Ils étaient blessés. Ils ont raté le début de saison et quand on est dans une équipe où ça marche bien du début jusqu’à la fin, c’est délicat pour la suite parce que les places sont vraiment disputées. Mais ce sont de grands joueurs et ils vont le montrer la saison prochaine avec le Fc Metz en Ligue 1.


À voir aussi

Ziguinchor après la pluie : Poubelles et ordures ménagères envahissent les rues

Des pluies fortes s’abattent depuis quelques jours à Ziguinchor. Poubelles et ordures ménagères ont fini …

Report de l’inauguration de Masslikoul Jinaan» : Serigne Khassim Mbacké menace

L’information selon laquelle l’ouverture de la grand mosquée mouride de Dakar, «Massalikoul Jinaan»,  est remise sine …