Accueil / ECONOMIE / Baidy Agne à Mody Guiro « La hausse de 64% n’est pas soutenable pour l’entreprise »

Baidy Agne à Mody Guiro « La hausse de 64% n’est pas soutenable pour l’entreprise »

Le Président du Conseil national du Patronat du Sénégal (CNP), M. Baïdy Agne, a profité de  la présence  du  Premier  ministre  et  de la Présidente du Haut Conseil du Dialogue social lors des « assises de l’entreprise », édition 2018, pour faire part de sa discussion avec Mody Guiro, le secrétaire général de la Confédération nationale des Travailleurs du Sénégal (CNTS).

Dans sa déclaration sur « l’environnement et la compétitivité des entreprises », M. Baïidy Agne, Président du CNP, est largement revenu sur son entretien avec Mody  Guiro avant la tenue de ces assises. « J’ai reçu le secrétaire général de la CNTS avant qu’il ne prenne son vol pour la Confédération syndicale internationale. Je lui ai dit qu’avant de décréter une marche syndicale, venez au moins nous voir pour qu’on se parle. Nous avons été toujours ouverts au dialogue avec  la CNTS et toutes les autres centrales syndicales de travailleurs », a expliqué M. Agne devant l’assistance. Pour ce qui est de l’augmentation de la prime de transport, le président du CNP a soutenu  que le patronat l’a déjà accordée depuis un an. Concernant la revalorisation du Smig (salaire minimum interprofessionnel garanti) et du Smag (salaire minimum agricole garanti), M. Agne a reconnu que depuis une dizaine d’années, il n’y a pas eu d’augmentation. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le patronat a donné son accord de principe l’année dernière. « Par contre, la hausse de 64% que vous demandez, elle n’est pas soutenable pour l’entreprise, vous le savez parfaitement. L’entreprise attend de vous une démarche raisonnable », a martelé Baïdy Agne. Quant aux conventions collectives, a-t-il ajouté, elles sont anciennes, mais vous (Mody Guiro) ne les avez  jamais dénoncées. Et pourtant, depuis nos assises de 2013, le patronal vous a invité à leurs réactualisations. « Vous avez deux conventions  sectorielles,  gardiennage et boulangerie, sous l’égide du Ministère du Travail, en cours de finalisation. S’il y a maintenant des cas d’entreprises où les droits des travailleurs ne seraient pas respectés,  c’est toujours possible, mais au moins présentez-nous cette liste et  nous les sensibiliserons », a laissé entendre le président du CPN. S’adressant à Mme Innocence Ntap Ndiaye, Présidente du Haut Conseil du Dialogue social,  M. Agne dira que le parti de l’entreprise se devait d’apporter cette clarification. « Ouverts au dialogue social, nous le sommes et notre tripartisme que nous construisons avec le Bureau international du Travail (BIT) en atteste. Ce qui est possible socialement et financièrement réaliste, l’entreprise y répond toujours  favorablement », a-t-il conclu.

Zachari BADJI

À voir aussi

Un Réseau d’organisations nationales de lutte contre l’impunité mis en place

Le Forum du justiciable annonce la mise en place un Réseau d’organisations nationales de lutte …

BRVM: Atépa reconduit  P. C. A

Les Assemblées Générales Ordinaires de la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM) et du Dépositaire …