Accueil / Contributions / BARTH’ ET LE(S) COUP(S) DU « SOMBRE HEROS » ! (Par Alioune Badara NIANG)

BARTH’ ET LE(S) COUP(S) DU « SOMBRE HEROS » ! (Par Alioune Badara NIANG)

On n’entend que lui, aussi on ne voit que ses gesticulations ubuesques et stériles à la Télé (Emission Sortie-Walf Tv), à la manière d’une promotion à la galerie du prêt-à-porter politique ! Mais baste. C’est clair que l’aventurisme du vaniteux Maire de Mermoz-Sacré Cœur, Barthélémy Dias, incapable d’inscrire ses actions de gouvernance locale dans le sens de l’histoire mais voulant se grimer en « rebelle», revêt tous les aspects de l’onirisme. Pense-t-il naïvement que pour être audible, pour être repris par les médias, il faut prendre le contre-pied de la doxa ? Fichtre, diantre, palsambleu, … ça sent la foutaise« Bartholâtre ». Scrogneugneu !

En vérité, et même si je crois voir des sourcils qui se froncent d’un coup…, l’ (in)honorable dépité (honorable député !) est entrain, ostentatoirement et avec amusement, de « perdre les repères » par l’ascenseur médiatique à coups de déversement de fiel ininterrompu, qui encombre et indispose. C’est peu même de le dire ! A coup sûr, les nombreuses exactions (attaques, menaces, démolitions..) de Barth « le maire » marquent une dérive très inquiétante, loin, très loin des valeurs de la République. C’est beaucoup. C’est trop.

Sans grande difficulté, relatons le cas, tout récent et très significatif, du différend qui l’oppose aux régies publicitaires, détenant des panneaux sur le territoire de sa commune, et duquel découle tout le reste.

Sur le principe, nous reconnaissons au fanfaron Maire, le bien fondé du paiement des taxes et autres redevances par les structures commerciales privées qui exercent dans la sphère de sa commune mais pour autant le démantèlement abusif de leurs panneaux (même sauvagement implantés) par « ses gosses » et par d’évidents procédés scéniques proches du one-man-show, ne se justifie point. Il nous pousse même à ne retenir que la forme brutale et non le fond. Et à ce jeu, le (son) geste est à considérer comme une œuvre d’insalubrité publique, ce qu’il reproche paradoxalement à ses « envahisseurs » non (mauvais) payeurs. Qui ne grognerait pas dans cette situation? D’autant que le mépris noté dans le comportement agressif et irresponsable du maire « démolisseur » (à l’opposé de la tendance de construction d’un Sénégal émergent dans lequel les populations aspirent à des personnels politiques au service de l’intérêt de l’état et des citoyens, avec une dose d’exemplarité…) ne démontre pas, loin s’en faut, une ignorance, mais plutôt de prendre ses désirs pour des réalités. Chiche !

Non, il n’y a pas à tortiller, Barth« le maire » a commis une puérilité qui entame gravement la pertinence de l’acte 3 de la décentralisation qui a fait des communes, des territoires de plein exercice. Ils ont tous les pouvoirs désormais y compris celui de police. Pour son cas, y a-t-il une raison d’écarter le soupçon de pathologie engendré par ces « pouvoirs » ? En tout cas, les indices s’accumulent tristement chez ce solitaire «à la gâchette facile ». Un coutumier du fait ? On se rappelle de la polémique sur la mort de Ndiaga Diouf, Barth « le maire » doit savoir que dans un pays de droit, on ne se fait pas justice soi-même ! (Re) joue –t-il avec les allumettes ?

Cela nous emmène à nous demander si Barth « le maire » qui est à lui seul oxymore, ignore ce qui le rend si impopulaire ? Visiblement oui, car avec échos et fracas, non content (conscient !) de son « record », c’est assez éberlué qu’on l’entend ainsi balancer quelques évidences qui sonnent comme un chapelet d’hérésie : « Ces malfrats déclarent cinq panneaux publicitaires à la municipalité que la mairie accorde. Mais en réalité, ils ont plus sur le terrain. », «Ils m’ont déclaré la guerre, je vais riposter jusqu’au dernier souffle.… ». Quelle arrogance, c’est touchant !

C’est connu que le trait essentiel de sa personnalité, qui se traduit dans son action, c’est  la fougue. C’est un état permanent chez lui. Est ce qu’il ne lui arrive jamais de se détendre ? Probablement la rage le maintien en vie. C’est pourquoi, il trépigne, proteste et s’indigne ; Il se perd en conf’ de paresse, verse dans la polémique, attaque des entrepreneurs méritants, aussi Maître Oumar Youm, un homme honnête et Ministre compétent, qu’il considère (dans son imaginaire) comme commanditaire d’un (virtuel) complot ourdi contre sa personne. C’est triste pour Barth « le maire » qui démontre par là,  qu’il demeure éternellement un enfant et refuse d’endosser sa responsabilité préférant justifier ses turpitudes en balayant devant la porte du voisin. Non mais et puis quoi, encore ? Oui, aucun doute, le n’importe quoi s’étend, inexorablement. Fastoche !

Et puis tiens, tant qu’on y est, l’acte de destruction a été posé en tant que Maire et il refuse ensuite de déférer à la convocation de la police, se réfugiant derrière son manteau de député. Une insoluble contradiction (doux euphémisme !) qui transmet, cependant, un message fort, celui de sa faiblesse qui fonctionne comme baume égotique. Disons les choses clairement : Entre juridique et politique, le mélange des genres est total dans sa tête, et l’embarras avec. On le sait tous ici, que c’est du charabia, là, son machin-truc. Qu’il arrête donc sa logomachie stérile. D’ailleurs, la levée de son immunité parlementaire s’impose pour qu’il puisse (enfin) s’expliquer. Tout le reste ne sera que cautère sur jambe de bois.

En ouvrant des fronts partout, Barth « le maire » semble ignorer que sa stratégie de diatribe excessive, qui ne manque pas de cynisme, constitue un navet sur toute la ligne, car ses discours enflammés, ses déclarations incendiaires, ne lui feront pas gagner la sympathie des Sénégalais. Pis, ses simagrées inconvenantes, malpropres, vicieuses et malhonnêtes, ont fini de rendre le personnage détestable. Monsieur « le maire » ou l’arrogance et la suffisance personnifiées, apparait aujourd’hui comme un « sombre héros » ! J’ose espérer qu’il saura réaliser qu’il n’est  pas (encore) à la hauteur pour faire un vrai «coup du sombréro », qu’il n’a pas l’étoffe de ce qu’il croit être.

Je le disais en introduction: Il ne semble pas que Barth «le maire », ait pris le temps de bien huiler sa stratégie (messianique !). Avec le temps, en mûrissant, il commencera à comprendre que le monde n’est pas peuplé de gens qui lui en veulent, juste de gens qui ne pensent pas comme lui. Il se rendra compte qu’il dépend d’eux bien plus qu’ils ne dépendent de lui. Ne me dites pas qu’il est « rebelle » à tout, y compris à la pensée !

Avec une telle inconvenante posture qui ne prête pas à son estime, de près ou de loin, Barth «le maire» risque fort de voir son avenir politique faire « bloup »…

On pourrait s’arrêter là.

Mais voilà : l’actualité aime les accumulations, Barth « le maire » aussi. N’est- ce pas qui menaçait de quitter la coalition Benno Bokk Yakaar si la nouvelle proposition de loi sur le règlement intérieur de l’Assemblée nationale était entérinée. Et oui ! Cher Barth, c’est le cas depuis hier …..

aliounebadaraniangjunior@gmail.com

Share This:

À voir aussi

Des diabétiques testent un « pancréas artificiel » associant smartphone et insuline.

Un « pancréas artificiel » actuellement testé par 45 malades dans neuf hôpitaux en France injecte à …