9742534-15714553

Barthélémy Dias : « Il y a un énergumène autour de Tanor Dieng qui joue un jeu… Le Président Macky Sall à défaut d’avoir un bilan (…) développe une stratégie qui est de diviser »

Responsable politique du Parti Socialiste et maire de la commune de Mermoz-Sacré Coeur, Barthélémy Dias s’est livré à coeur ouvert à DAKARACTU. Il est revenu sur la libération de Karim Wade, ses rapports avec Ousmane Tanor Dieng, Khalifa Sall et autres responsables du parti. Il a aussi expliqué sa prise de position à la convocation des jeunes du parti socialiste à la DIC.

ENTRETIEN

Karim Wade est sorti de prison. Le parti socialiste avait donné sa position officielle. Vous, est-ce que vous en avez ?

La position du parti socialiste est une position républicaine. Mr. Wade a été jugé par la justice sénégalaise, condamné et le Président Macky Sall a jugé dit-il, nécessaire de le libérer pour des questions humanitaires. A partir du moment où le Président décide d’exercer un pouvoir que lui confère la constitution, républicain que nous sommes, nous ne pouvons que constater. A titre personnel – vous me permettrez, parce que je ne suis pas là pour faire la promotion de Karim Wade et que personne ne compte sur moi pour le faire – je pense qu’il est bon de saisir cette opportunité pour demander au Président de libérer les jeunes de Colobane pour raison humanitaire. Je rappelle que dans la présence de ces jeunes de Colobane en prison, tous les leaders politiques que nous sommes, avons notre part de responsabilité. Et je me sens très mal à l’aise de savoir que ces jeunes sont toujours en prison. Et ce qui les a conduits en prison c’est un combat pour l’approfondissement de la démocratie sénégalaise. Et je rappelle que le Président de la République, responsable politique d’alors a une part de responsabilité dans cette affaire pour la simple raison qu’il fait partie de leaders politiques qui avaient appelé les jeunes à descendre dans la rue et à se battre pour le respect de la constitution sénégalaise. Je profite de cette situation pour vous dire qu’avec un groupe de jeunes dont Thierno Bocoum de Rewmi et des écologistes, (nous allons aussi tendre la main à d’autres), nous saisirons le Président pour qu’il gracie les jeunes de Colobane pour raison humanitaire.

Mais la présence d’un jet privé lors de cette libération nocturne de Karim Wade, le Procureur de Qatar, cela ne donne-t-il pas raison à ceux qui parlent de négociations ?

Je ne suis pas préoccupé par ce cas qui concerne les libéraux. Et Macky Sall vient de confirmer que son parti est d’obédience libérale. Je veux réitérer ma position, je veux dire que le Président Macky Sall n’est pas un ennemi, c’est un ami. Il travaille, c’est son devoir de travailler à obtenir un second mandat, nous on travaille à le faire partir  et à reconquérir le pouvoir. Vous comprendrez aisément que ce que les libéraux sont en train de concocter en leur sein ne peut aucunement me concerner.

Mais quand 50 milliards sont recouvrés dans cette traque des biens mal acquis, cela ne concerne pas seulement les libéraux, mais toute la population sénégalaise

Ce n’est pas la population sénégalaise qui a libéré Karim Wade, c’est Macky Sall qui l’a gracié, aux sénégalais de juger maintenant. C’est pour cela que je dis que ce que les libéraux sont en train de concocter aujourd’hui, cela les concerne, nous on concocte un autre plan.

Des jeunes du PS sont convoqués au niveau de la DIC, vous vous êtes fait leur porte-parole en demandant que « l’on arrête de les convoquer pour les beaux yeux du Président Macky Sall ». Pourquoi cette prise de position ?

Oui, pour les beaux yeux du Président Macky Sall, notre ami. C’est le Président Macky Sall qui a voulu d’un référendum. Et dans les mois à venir vous allez voir que ce référendum était pour régler un problème politique. Vous comprendrez que ce référendum a divisé le parti socialiste. Et le Président Macky Sall, à défaut d’avoir un bilan, un parti politique avec des jeunes et des femmes prêts à le défendre,  a développé une stratégie qui est de diviser pour mieux régner. Mais on divise ceux qui ont envie d’être divisé; ceux qui n’ont pas envie et ceux qui ont intérêt à travailler en vue de l’objectif qu’ils se sont fixés, eux ils resteront droit dans leurs bottes. Et les beaux yeux du Président Macky Sall c’est ce référendum.  Quand on suit un film, il y a un début et une fin. On ne doit pas dire on commence à la 15ème minute et on déroule cela jusqu’à la fin. Mais qu’est ce qui s’est passé à la 15ème minute ?
Les militants du parti socialiste ont estimé qu’ils ont été provoqués, et ils ont répondu à cette provocation en exprimant leur frustration. Ceci étant dit, les actes que ces jeunes ont posés ce fameux samedi sont des actes, condamnables, regrettables. Des actes même sanctionables dans le cadre des textes en vigueur dans le parti socialiste. La raison pour laquelle je dis que cette plainte n’est pas recevable, personne n’a été grièvement blessé, des chaises ont été cassées, des vitres et des tables. Et ces biens n’appartiennent pas à ceux qui ont pris l’initiative de déposer la plainte mais au PS. Moi qui suis député tous les mois on prélève sur mon salaire un montant reversé dans le compte du PS. En tant que maire certains ne sont pas à jour dans leur cotisation,  je reconnais que le premier contributeur du PS c’est Ousmane Tanor Dieng, il faut avoir l’honnêteté de le dire. Ils ont dit qu’il y a eu des nervis, un nervis ne détient pas une carte du PS, ces jeunes convoqués n’ont ni les gabarits, ni les profils de nervis. Donc cette plainte on considère qu’elle a pour but d’intimider ces jeunes, pour que pour les prochaines rencontres que le PS compte organiser personne ne vienne exprimer sa frustration, que l’on s’aplatisse come des béni oui-oui. Il en est hors de question. On ne posera pas des actes qui consistent à défigurer l’image du PS, mais des responsables ont engagé le PS lors de ce référendum.
Il n’y aucun article du règlement intérieur, un texte qui permette à un responsable fut il le secrétaire général du PS, d’engager le parti. Et je rappelle qu’au-delà de ma modeste personne, tous les responsables que je connais, respectent et ont tous de la considération pour Ousmane Tanor Dieng.
Mais il faut que l’on apprenne que le respect est réciproque. Parce que quand vous vous levez, vous engagez un parti sans avoir consulté vos responsables et que ceux-ci ne comprennent pas vos actes et expriment leur frustration, je pense qu’il y a eu une frustration, je pense qu’il y a eu une frustration. Ce qui est plus sage, ce qui relève de la camaraderie socialiste c’est de trouver des voies et moyens pour discuter, pour échanger. Et malheureusement ceux qui veulent donner l’impression que le PS s’est divisé en deux camps, pour ceux qui concernent les camarades de Dakar nous avons posé un acte fort pour prouver que nous sommes disponibles pour avoir l’unité et la cohésion.
Nous avons organisé un meeting à Dakar avec comme effigie symbolique, le visage du Président Léopold Sédar Senghor. Et ensuite la thématique de ce meeting c’était l’unité et la cohésion. Qu’est-ce que l’autre camp a posé comme acte ? Sinon continuer à verser dans la provocation avec des convocations à la DIC, qui n’ont aucun sens et qui ne sont pas fondées.
Je rappelle que ce parti a une culture de dialogue de concertation, et moi j’ai pris l’initiative d’aller rencontrer le président du conseil des sages, Nguirane Ndoye, le ministre-camarade Mame Bounama Sall pour essayer de voir ce que l’on peut faire. Mais je rappelle de Mars à Juillet, cela fait quatre mois, la direction du parti socialiste refuse de déposer un quelconque acte allant dans le sens de construire l’unité et la cohésion.  Et maintenant on veut nous dire d’aller répondre  à la Police, ces jeunes appartiennent au département de Dakar et nous sommes les responsables de ce département. Nous n’accepterons pas que ces jeunes soient trainés dans la boue, ce sont des enfants de responsables socialistes. Et je pense qu’il y a autre chose que le PS peut prendre comme option que de se donner en spectacle. Et le Secrétaire général du parti socialiste, que je connais, je peux prétendre dire que je connais l’homme, c’est un homme incompris, il s’est senti vexé dans sa chair. Je lui ai personnellement dit qu’on lui présente nos excuses. Mais il y a malheureusement des énergumènes qui sont autour de lui, et il y en a un, mais il sortira du bois, il est dans un jeu qui ne prospérera pas. C’est quelqu’un qui le jour dit au SG ce qu’il veut entendre, et la nuit il passe son temps à parler aux amis de Khalifa Sall pour voir comment se rapprocher.

Quelle est cette personne là ?

Je ne citerais pas de nom. Il me regarde, il se connait, c’est un énergumène devant l’éternel. C’est lui qui s’amuse à utiliser la presse, en montant les uns contre les autres.  Et même à prétendre que moi Barthélémy Dias j’aurais manqué de respect à Ousmane Tanor Dieng. Moi j’ai le courage de mes ambitions et de mes convictions. Je n’ai pas manqué de respect à M. Ousmane Tanor Dieng, et je ne manquerai jamais de respect à Monsieur Dieng. Et je lui dirai mes quatre vérités dans le cadre de mes convictions.  Et je prends à témoin le Président du conseil des sages qui lui-même a été coupé par ces mêmes énergumènes, qui ne voulaient pas le laisser développer son argumentaire et il leur a fait comprendre qu’il n’est pas venu pour qu’on le coupe. On n’est pas dans une réunion d’information, on est dans une réunion politique, d’échanges. On ne nous coupe pas, on nous écoute. Cela s’appelle respecter les gens.

Vous niez donc avoir tenu tête à Ousmane Tanor Dieng lors de ce secrétariat politique, comme il a été dit dans la presse

Ousmane Tanor Dieng est mon père politique, que cela plaise à certains et que ça déplaise à d’autres. Je ne suis pas en phase avec lui sur certains points, mais la politique « diaralouma yène gni ». Je ne lui manquerai jamais de respect, mais moi Barthélemy Dias, on ne me manque pas de respect, on m’écoute. Et j’ai vu dans la presse, qu’il y a une certaine personne qui se serait interposée entre Ousmane Tanor Dieng et moi. Cette personne est trop petite pour s’interposer entre OTD et moi.

Vous voulez parler d’Abdoulaye Wilane ?

Je ne cite pas de nom. Je dis que ces personnes sortiront du bois.  Je n’accepterais pas que certaines personnes se moquent d’Ousmane Tanor Dieng. La journée ils vont lui dire des choses qu’il a envie d’entendre, ils veulent manger à tous les râteliers. Nous on n’est pas pro-Khalifa ou pro-Tanor, nous voulons travailler pour que le PS puisse reconquérir et exercer le pouvoir. Et cela que tout le monde le sache ? Nous avons travaillé avec OTD, malheureusement cela n’a pas marché, lui-même a peut être considéré qu’il se peut qu’il n’envisage plus de se présenter à des élections, mais le PS est un parti qui regorge de ressources humaines de qualité, hommes et femmes, jeunes et adultes. Et quand on a une ressource humaine de qualité on doit l’exploiter de façon objective et constructive. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé que ce parti qui m’a tout donné, je suis prêt à tout perdre pour qu’il rayonne de tout feu. Et je gagnerai ce combat par la grâce de Dieu.

On vous a mis au rang des personnes qui défendent Khalifa Sall pour qu’il soit l’alternative à Tanor Dieng

Mais du moment où OTD n’envisagerait plus de se représenter, je n’ai jamais dit que Khalifa Sall serait le candidat du parti. J’ai dit que le département de Dakar, qui est dirigé par Khalifa Sall…vous connaissez un parti qui n’aimerait pas avoir Khalifa Sall dans ses rangs ? Un homme courtois, poli, compétent, un homme avec ses faiblesses et ses forces d’être humain. Je ne vois pas pourquoi des socialistes qui n’appartiennent pas à l’APR qui prétendent que Macky Sall, qui est notre adversaire politique, peut être le candidat du parti socialiste et que quelqu’un comme Khalifa Sall ne peut aucunement porter les couleurs du PS. Leurs idées ne prospèreront pas, et faites-nous confiance leur idée ne prospéra pas. Nous allons nous battre jusqu’au bout.

Mais Khalifa Sall ne semble pas être demandeur…

Mais ce n’est pas que Khalifa Sall semble être demandeur ou pas, le parti socialiste n’appartient pas à Khalifa Sall. Quand je dis qu’OTD n’est pas le PS certains montent sur leurs chevaux. Mais parce que ce sont de gens hypocrites. OTD est le SG du PS, je suis fier, qu’il soit mon SG. Le Pape au Vatican n’est pas la religion catholique, il est le  Chef de l’église catholique. Il faut qu’on arrête de verser dans le larbinisme politique pour faire plaisir à des gens. Au PS nous ne sommes pas obnubilés par une victoire aux élections, nous sommes obnubilés par une seule chose : perdre notre âme socialiste. Un parti qui ne compétit pas n’a pas sa raison d’être. Maintenant vous acceptez que si vous n’êtes pas retenu au premier tour, au deuxième tour vous devez accepter de travailler dans le cadre d’alliance. Et nous disons que le parti socialiste doit avoir une candidature, nous souhaitons que le candidat de Dakar soit porté par le parti. Si par extraordinaire, le candidat du PS n’arrive pas au deuxième tour, que quelqu’un comme Macky Sall soit au deuxième tour contre quelqu’un d’autre, nous le soutiendrons. Nous avons tout de même cheminé avec Macky Sall, nous le connaissons avec ses forces et ses faiblesses, ses qualités et ses défauts. Moi je ne suis pas prêt à faire partir Macky Sall par n’importe qui. Parce qu’il reste tout de même un homme qui peut diriger ce pays, même si actuellement il ne me donne pas satisfaction. La candidature du PS elle est indiscutable et non négociable.

Mais si Ousmane Tanor Dieng décidait d’être votre candidat en 2019 ? Est-ce que vous serez prêt à l’accompagner ?

Mais ça c’est tout à fait possible. OTD est le SG du PS. Mais à l’heure où on parle le SG a dit qu’il n’envisage plus de se présenter. Et nous au niveau de Dakar, on souhaite que Dakar porte la candidature du parti à travers le prochain congrès d’investiture. Et notre responsable départemental, c’est Khalifa Sall. Et je rappelle que c’est un homme qui a une carte de visite sur l’échiquier politique, c’est un homme accompli il a été député, membre du bureau de l’Assemblée nationale, ministre et aujourd’hui maire de ville. C’est un homme respecté dans le monde entier, j’en sais quelque chose, je l’ai accompagné un peu partout. De la même manière où j’ai accompagné Ousmane Tanor Dieng et je connais aussi la valeur de l’homme, c’est la raison pour laquelle j’ai dit que Ousmane Tanor Dieng est un homme d’état qui peut apporter énormément au Sénégal.

Le Haut conseil des collectivités territoriales devrait être dirigé par le SG de votre parti, on dit que 20 postes vous sont destinés. Comment appréhendez-vous tout cela ?

Je voudrais déjà dire que le PS ait 20 sièges ou pas, là n’est pas le plus important; le PS n’est pas un groupement d’intérêt économique. On n’est pas là pour des intérêts, des postes. Et je dis que moi Barthélémy Dias, je voterai la loi pour le HCCT parce que je considère tout de même que la proposition qui consiste à créer un HCCT est issue des assises nationales. Nous nous sommes battus pour la tenue de ces assises. Je dois rappeler que l’initiative est venue de politiques, mais de manière inclusive avec la société  civile, les partis politiques et le patronat. Que les gens arrêtent de penser que le HCCT a été créé pour caser des amis, et Ousmane Tanor Dieng. Que les gens arrêtent et acceptent que le HCCT ne soit pas une création du Président Macky Sall. Maintenant qu’Ousmane Tanor Dieng soit pressenti pour diriger ce haut conseil, un homme qui a un profil d’homme d’état, présidentiable, demain quand il sera à l’étranger avec ses collègues, vous pensez que ce serait une fierté de l’avoir à la tête de cette institution ou une honte ? Une fierté je pense. De toutes ces personnes qui sont pressenties pour diriger ce haut conseil, Ousmane Tanor Dieng a le meilleur profil.

Comment se passe votre deuxième mandat à la tête de la mairie de Sicap/Mermoz/Sacré-Cœur?

Mais très bien avec les populations et très mal avec l’Etat qui a décidé de ne pas nous laisser travailler. Ce n’est pas un débat pour moi, je suis conscient que l’Etat pour des raisons politiciennes, a décidé de nous bloquer. Nous avons fait preuve d’imagination à travers des partenariats publics-privés pour voir comment nous donner les moyens pour satisfaire les populations de la commune. Je remercie la SONATEL et sa fondation qui a décidé de réhabiliter toutes les écoles publiques dans la commune. En partenariat avec la fondation aussi nous allons raser le poste de santé de Mermoz /Sacré-Cœur et construire un vrai centre de santé avec une maternité digne de ce nom. Nous allons finaliser avec des groupes comme ECOBANK, et nous attendons aussi l’arrivée de la BHS. J’ai été élu pour me battre pour que les uns et les autres dans ce périmètre communal sachent qu’ils ont une responsabilité sociétale d’entreprise.

Les conflits avec le ministère du renouveau urbain et les magistrats, c’est de l’histoire ancienne maintenant

Je considère qu’il n’y a pas de ministre du renouveau urbain. Parce que pour moi le ministre du renouveau urbain est un jardinier qui se promène et je n’ai pas son temps. Le Président Macky Sall lui a confié une mission dans le cadre d’une politique sectorielle et malheureusement, il n’a rien compris. Et comme moi, je n’ai pas le temps de spéculer sur des détails, je considère que j’ai à faire à un jardinier et moi je vais m’occuper de l’essentiel. Le canal de Sacré cœur 1 sera curé et fermé par les soins de la commune. Pour le reste le jardinier n’a qu’à s’occuper de son jardin, il n’y a pas de problème…

Voir aussi

300x125_7a8bd6f725a464de3d419f09b584bdf5be2e7c81

La réponse de Abdoul Mbaye au PM