SPORT

BARTHÉLÉMY DIAS SUR LES NAVÉTANES- « Les fonds des ASC doivent revenir aux sports et non au football »

  • Date: 8 avril 2016

 On le connaissait bon politicien. Le Maire de la Commune de Sicap Mermoz, Barthélémy Dias est aussi un mordant du sport au point qu’il peut s’inviter dans la gestion des fonds alloués aux ASC. Il ne porte pas de gants pour en parler.

Pour certains, cela peut paraitre une immixtion  dans un domaine qu’il ne maitrise pas assez. Le jeune socialiste qui prône une gestion transparente ne voudrait pas dissocier la gérance des Associations Sportives et Culturelles (ASC). C’est un combat qu’il souhaiterait mené jusqu’au bout pour donner aux Navétanes ce qui lui appartient : les fonds alloués  à la jeunesse sportive. « Tous les fonds captés par les ASC doivent revenir aux sports et non au football. Dans ma  Commune, je suis à mon deuxième mandat,  je ne connais pas une ASC qui a déposé un bilan sportif ou culturel », déplore Diaz-fils.

Poursuivant ses critiques, le Maire de la Commune de Sicap Mermoz dénonce la tournure qu’a pris le mouvement ”Navétanes”. Selon lui, les ASC doivent se comporter comme des clubs de football professionnels, qui recrutent les jeunes pour leur payer un salaire. Cela fausse l’esprit des ”Navétanes” et des  pères fondateurs de ce mouvement, à l’image de Lamine Diack. « Nous avons une mission de ramener la jeunesse à son rôle.  Elle n’a pas pour rôle de compétir mais plutôt de se connaitre et un levier de développement pour son pays », a-t-il fait savoir.

Par contre, Barthélémy Dias épouse  l’idée selon laquelle les ASC doivent s’activer dans le développement. « Quand on voit ces jeunes à travers des pépinières, qui sont installées à l’arrière de l’hôtel de ville, ils ont développé des produits consommables et commercialisables. Je pense que cette jeunesse doit être encouragée, soutenue  et appuyée. C’est dommage que cette jeunesse a été laissée à elle-même. Et je pense que cette jeunesse devrait être dans ces ASC pour mener leurs activités », plaide-t-il.

Après un rappel à l’ordre, Dias tempère. « Je lance un appel aux autorités administratives à aider ces jeunes. Ce n’est pas un appel qui consiste  à dénigrer une frange de la jeunesse au détriment d’une autre », soutient-il.

Ibrahima Khalil DIEME

 

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15