Accueil / POLITIQUE / Bataille pour le controle de Thiès : Les hostilités ont démarré entre le Pds et le Front Siggil Senegal

Bataille pour le controle de Thiès : Les hostilités ont démarré entre le Pds et le Front Siggil Senegal

La ‘bataille des législatives’ est bien lancée à Thiès contrairement à l’idée que certains se faisaient de la situation politique dans la cité du rail. En effet, bon nombre d’observateurs avaient fini, compte tenu du boycott brandi par l’opposition dite significative, de considérer Thiès et sa région comme sans grand en jeu électoral. C’était sans compter avec la ferme volonté du Parti démocratique sénégalais de reconquérir ce bastion perdu et la détermination des partis membres du front Siggil Senegal, notamment le Rewmi, de garder la haute main sur Thiès.

Source : Walfadjri
Le Pds a engagé la bataille pour la reconquête de Thiès. Non seulement pour conserver ses acquis, mais aussi pour prouver à l’opinion qu’il est encore bien présent dans la cité du rail. Mais, l’opposition dite significative n’entend pas se laisser faire et poursuit, à travers le Front Siggil Senegal, sa campagne de sensibilisation pour le boycott des élections législatives. Ainsi, la descente dans la région de Thiès des deux camps (parti au pouvoir et opposition boycotteuse), pendant le week-end dernier, est-elle perçue comme le début des hostilités.

Dans la matinée du samedi, deux grosses pointures du Pds, le ministre de l’Equipement, Habib Sy, et la secrétaire générale nationale des femmes de ce même parti, Aminata Tall, étaient dans la cité du rail, s’essayant chacun de son côté à une véritable opération de charme visant à récupérer le maximum de militants du parti Rewmi. Le ministre de l’Equipement était à la Chambre de commerce où il recevait des femmes commerçantes et des entrepreneurs qui se réclament de Rewmi. De son côté, Aminata Tall devisait avec l’aAssociation nationale des épouses de cheminots et des travailleuses cheminotes qui avaient fait d’elle la marraine de leur mouvement.

Malgré le cachet économique que les parties ont essayé d’imprimer à ces différentes rencontres, de forts relents politiques étaient perceptibles. Car, il ne s’agissait de rien de plus que d’une grande opération de pêche dans les eaux de l’ex-Premier ministre et président du Rewmi. Une affirmation que conforte, d’ailleurs, la présence sur les lieux de la candidate libérale à la députation, Adja Anta Dièye, ainsi que d’une forte délégation représentant le ministre de la Santé Abdou Fall connu pour le combat farouche qu’il ne cesse de mener pour la reconquête de la cité du rail. L’enveloppe d’un million de francs remise par Aminata Tall de la part du secrétaire général national du Pds aux épouses de cheminots militerait aussi dans ce sens.

Pendant qu’à Thiès-commune s’ouvrait la grande chasse, une forte délégation du front Siggil Senegal composée d’Ousmane Tanor Dieng, Abdoulaye Bathily, Amath Dansokho avait pris ses quartiers dans la ville de Tivaouane pour rencontrer les militants afin de les informer sur les raisons et le bien fondé du mot d’ordre de boycott des élections législatives. Ainsi, Tivaouane sera la première étape de la tournée régionale de sensibilisation et de fidélisation des militants conduite par Ousmane Tanor Dieng. Une tournée qui entre dans le cadre du Plan d’action que le front entend dérouler avant le démarrage de la campagne électorale. Dans la cité religieuse, le député Talla Diouf, député rewmiste, s’est voulu très rassurant. Pour lui les chiffres sont assez éloquents pour démontrer que le Pds et sa coalition sont minoritaires dans le département de Tivaouane. Le travail va consister, selon lui, à faire de sorte que la majorité qui se dégage dans la combinaison des électeurs de l’Afp, Rewmi et la Ps en plus de ceux des autres partis membres du front, s’abstienne de toute participation aux élections. Un travail auquel Ousmane Tanor et sa délégation convient tous les responsables de la localité. A Thiès où la délégation a été reçue hier, au Cyber Campus, le discours n’a pas varié.

Dans une salle archi-comble, le Premier secrétaire du Parti socialiste reviendra très amplement sur les raisons qui fondent le boycott des élections. ‘Si nous avons décidé de ne pas prendre part aux législatives, c’est parce que nous estimons, non seulement, que le fichier n’est pas fiable, mais aussi que les conditions d’élections libres et transparentes ne sont pas réunies’, a laissé entendre Ousmane Tanor Dieng. Et d’ajouter que le combat qu’ils engagent est citoyen car, pour eux, il ne sert à rien d’aller siéger dans une Assemblée nationale où ils ne pourront pas défendre dignement les intérêts du peuple.

Des propos partagés par Pape Diouf de Rewmi qui, après avoir prié pour que l’exemple thiessois pendant l’élection présidentielle fasse tâche d’huile, s’est félicité de ce qu’il y ait encore de nos jours des gens qui préfèrent leur dignité aux milliards qu’on leur propose. ‘Heureusement que, dans ce pays, il y a encore des gens qui ont plus de dignité que d’appétit’, a-t-il dit. Une pierre dans le jardin d’Awa Guèye Kébé et des futurs transhumants ?

La bataille des législatives est, ainsi, lancée et devra se poursuivre puisque le front Siggil Senegal a profité de l’occasion pour annoncer sa ferme volonté de battre campagne avec un programme bien ficelé. Car, ces membres ont tenus à préciser que ‘la campagne électorale ne suspend ni les libertés encore moins la Constitution’.


À voir aussi

Subvention de la Cojer : Macky bloque les 5 millions

Les jeunes du parti présidentiel n’ont plus d’espoir. Pour cause, le président de la république …

Carte nationale d’identité : La validité prorogée jusqu’au 31 août 2018

Repoussée une énième fois par le Président de la République, la date d’expiration des anciennes …