Accueil / FAITS DIVERS / Bavure policière à Kolda : Le collégien blessé à pris une balle à hauteur de la côte

Bavure policière à Kolda : Le collégien blessé à pris une balle à hauteur de la côte

Le collégien blessé lors des échauffourées de samedi à Kolda n’a pas été atteint par des éclats de grenade lacrymogène, mais bien par une balle réelle qui s’est logée à hauteur de la côte droite. Et Ousmane Dabo se trouve toujours interné au service de réanimation du bloc opératoire de l’hôpital régional de Kolda. Issu d’une famille très modeste, les frais d’hospitalisation de cet orphelin de père constituent pour sa mère une charge financière trop lourde.

Source : Walfadjri
On avait vite fait d’affirmer que le collégien Ousmane Diao a été blessé, samedi dernier, à Kolda, par des éclats de grenade lacrymogène. Mais il n’en est rien du tout. Ousmane Diao est l’une des victimes des échauffourées ayant opposé les forces de police aux jeunes de Kolda, samedi dernier, après l’inhumation de Dominique Lopy. Le jeune collégien a une balle encore logée à hauteur de la côte droite. Donné pour mort le week-end dernier, Ousmane est toujours interné au service de réanimation du bloc opératoire de l’hôpital régional.

Elève en classe de 5e au collège Cem 2 de la commune, Ousmane Diao avait été atteint par une balle perdue alors qu’il prenait son bain à son domicile.

Ressortissant du village de Sintiang Demba Ansanta, dans la communauté rurale de Pata (nord de Kolda), ses frais d’hospitalisation constituent pour sa mère une charge financière assez lourde. ‘Ousmane est orphelin de père. Depuis son admission à l’hôpital, j’ai vendu ma vache que mon défunt époux m’avait laissée en guise de cadeau de mariage à 175 000 F Cfa. Mais les ordonnances sont chères à l’hôpital où chaque matin, on nous présente une ordonnance de plus de 15 000 F Cfa pour les soins d’Ousmane’, confie sa mère, ajoutant être obligée de ‘prendre en charge les frais d’hospitalisation, ceux de la radio et de l’opération, estimés à plus de 300 000 F Cfa’. Une situation inquiétante pour ses parents qui appellent au secours des bonnes volontés pour une meilleure couverture médicale.

Ceci pousse Bassa Diawara à affirmer que ‘la situation est inquiétante et désolante’. Coordonnateur du Comité d’appui et de soutien au développement économique et social (Casades), M. Diawara faisait face à la presse mercredi dernier. ‘Les autorités doivent immédiatement réagir face à ce mal qui risque d’affecter le système scolaire’, alerte-t-il. Pour l’heure, ‘seule une autorité, venue nous rendre visite, nous a donné 50 000 F Cfa’, confie la mère de la victime qui continue, toutefois, de bénéficier de l’appui de Cheikhna Yaffa, tuteur d’Ousmane à Kolda.

A l’hôpital, le personnel médical est conscient des difficultés liées à la prise en charge sanitaire de l’enfant dont les parents sont de conditions modestes. L’évacuation à Dakar d’Ousmane n’est pas, pour autant, une solution. Car, selon une source de l’hôpital, il faudra encore attendre la guérison de la blessure, avant de penser à extraire la balle placée à hauteur de la côte droite.

Au cours de ce même point de presse, le coordonnateur du Casades a plaidé pour le départ des policiers du Groupement mobile d’intervention (Gmi). ’La présence des bérets rouges à travers la ville envenime la situation’, explique-t-il, prétextant que ’c’est une cohabitation dangereuse dans la mesure où les populations sont très remontées contre la police après ce qui s’est passé’. Un propos qui devrait laisser de marbre Me Ousmane Ngom, lui qui a martelé à travers la presse qu’il est inadmissible et inacceptable qu’on s’en prenne à l’autorité de l’Etat.

Le Casades n’est pas la seule structure à sortir du mutisme après la double tragédie qui a endeuillé Kolda avec la mort de Dominique Lopy et de Djitala Mané. Le ministre des Forces armées et maire de la commune, Bécaye Diop, a lui aussi fait face à la presse mardi pour répondre, entre autres, à ceux qui demandent à Me Ousmane Ngom de démissionner pour leur dire qu’ils se sont trompés de cible. Au moment des faits, Me Ngom était à Médina Gounass et que c’était lui qui assurait l’intérim. Or, lui, ne démissionnera jamais !


À voir aussi

Escroquerie : Le commerçant qui gonflait son compte Wari, arrêté

Après avoir réussi plusieurs tentatives d’escroquerie de sommes d’argent destinées aux clients, le commerçant A. L.F a …

Thiès : Le corps d’un bébé découvert dans un dépôt d’ordures

Horreur à Thiès. Le corps sans vie d’un nouveau-né de sexe masculin,  a été découvert …