Accueil / POLITIQUE / Bilan des trois ans de Macky Sall à la Primature

Bilan des trois ans de Macky Sall à la Primature

Macky Sall II est arrivé après sa démission-reconduction suite à la victoire Me Wade au sortir des élections de février 2007. L’homme devra conduire le nouveau gouvernement jusqu’aux élections législatives prochaines. Nommé en avril 2004, M. Sall aura battu les records de longévité aux côtés de Me Wade. Très effacé, l’homme a réussi à gagner la confiance du président de la République. Grand maître-d’œuvre de sa politique, il aura piloté une équipe gouvernementale dont les priorités seront essentiellement orientées vers la réalisation de grands travaux. Mais, la grande déception dans cette démarche aura été la non-satisfaction de la demande sociale du fait d’un coût de la vie de plus en plus élevé.
Pendant les trois années passées à la primature, les grands chantiers du chef de l’État n’ont pas du tout souffert en réalisations. Ainsi, dès sa nomination le 21 avril 2004 et sa déclaration de politique générale le 20 octobre de cette même année, l’ont pouvait sentir à travers la déclinaison de son programme, la place primordiale accordée à la mise en place d’infrastructures modernes pour le Sénégal. Le démarrage de ces travaux ne tardera guère comme annoncé par le Premier ministre. Aussitôt, l’on assistera à la réalisation effective du tronçon Malick Sy-Patte d’oie avec à son compte un pont et un échangeur moderne.

Selon Diène Farba Sarr, conseiller spécial de Macky Sall, « cela à été possible grâce à l’option de l’État qui a consisté à avoir un fort taux de participation en termes de financements en ce qui concerne ces grands travaux ». Cela, poursuit-il, est « une nouveauté en termes d’option qui est de prendre l’État comme une alternative des bailleurs de fonds pour ce qui est des contributions ». Autrement dit, souligne-t-il, « il ne s’agit pas pour l’État de se substituer totalement aux bailleurs mais de prendre une large part dans ces programmes d’infrastructures. »

A cet effet, précise le chargé des grands travaux, « un fonds spécial d’un montant de 74 milliards représentant un emprunt obligataire logé à la Bceao a servi au financement de l’autoroute Malick Sy-Patte D’oie à hauteur de 50 milliards tandis que les 24 milliards restant ont servi de renforcement des infrastructures ferroviaires ». Notamment, ajoute-t-il, « avec le remplacement successif des anciens matériaux et la construction d’un mur de protection de Dakar à Mbao ». De même, signale-t-il, « à côté du programme de mobilité urbaine, des routes et autres pistes non revêtues ont été réalisées dans le pays, ce qui fait qu’en 6 ans, nous avons fait dix fois mieux en infrastructures routières que les socialistes pendant leurs quarante années de gestion du pays ». Toujours dans la même lancée, explique le conseiller de Macky Sall, « il en est de même sur le plan de l’éducation, de la santé pour ne citer que ces deux domaines ».

Oubli des ventres des Sénégalais

Cependant, si en matière d’infrastructures, le règne de Macky à la station primatoriale a été irréprochable, de l’avis du sociologue Kaly Niang, « il a par contre pêché en ce qui concerne la demande sociale ». Mieux encore, dit notre analyste, « tout se passe comme si Macky a été nommé pour achever les grands chantiers de Me Wade en oubliant le ventre des Sénégalais ». La liste est trop longue : « cherté du coût de la vie, hausse des denrées de premières nécessitées, avec comme conséquences, crise scolaire et autres insécurités », se désole-t-il. La priorité des Sénégalais c’est, déclare-t-il, « le panier de la ménagère au lieu d’une vision politicienne qui vise à montrer les grands travaux à travers une maquettisation des chantiers ».

En plus de cela, affirme-t-il, sur le plan politique, « à côté du non-respect des libertés individuelles, nous avons assisté à un Parlement qui n’a fait qu’appliquer les décisions de l’Exécutif sans réellement les discuter, ce qui d’ailleurs pose le problème de la séparation des pouvoirs ». En gros, conclu le sociologue, « nous avons assisté à un bilan mitigé où la priorité a été les infrastructures au détriment de la demande sociale »


À voir aussi

Cena: La démission de Doudou Ndir réclamée

La Coalition Taxawu Sénégal hausse le ton pour exiger la démission du président de la …

Affaire Karim: l’arrêt de la Crei annulé

Le Comité des droits de l’homme des Nations Unies vient de décider qu’ une procédure …