Accueil / ACTUALITES / Blanchi par le juge du tribunal correctionnel Alboury Ndao réclame 500 millions à Karim Wade

Blanchi par le juge du tribunal correctionnel Alboury Ndao réclame 500 millions à Karim Wade

Les avocats de Pape Alboury Ndao ont animé, hier, un point de presse. Lors de cette rencontre, les confrères de Me El Hadj Diouf ont réclamé 500 millions à Karim Wade pour, disent-ils, préjudice subi.

Le procès opposant l’expert comptable Pape Alboury Ndao à Karim Wade n’a pas encore connu son épilogue. En conférence de presse, hier, les conseils de l’expert ont décidé d’engager des poursuites contre Wade-fils, après la décision du tribunal de blanchir leur client.  «Nous avons gagné et nous allons faire appel. Nous estimons qu’Alboury a souffert pendant un an. Il a perdu des marchés. Pendant un an, il n’a pu voyager. Alors, si le juge admet qu’il n’a rien fait, qu’il déboute Karim Wade, ne serait-ce que pour ces attaques dont il a fait l’objet, le juge doit lui accorder des dommages et intérêts. Et nous considérons que Karim Wade doit réparer ce préjudice. C’est ce que dit la loi. Nous réclamons ainsi 500 millions de francs, en guise de dommage et intérêts, à Karim Wade», a dit la robe noire. Relaxé par le juge du tribunal correctionnel de Dakar, Pape Alboury répond à Karim Wade et à ses avocats. «Je confirme, je persiste et je signe que le compte de Singapour existe. C’est une réalité. Les détails précis et l’ensemble des mouvements ont été contenus dans le rapport. Je l’ai transmis à la Crei. J’affirme donc que les éléments contenus dans mon rapport le confirment», a insisté Pape Alboury Ndao. S’adressant à la partie civile, l’expert a déclaré : «franchement, j’ai été surpris par cette citation et ces faits qui me sont reprochés. Ceux qui me connaissent doivent savoir que je ne m’abaisserai jamais à faire du faux. Voyant leur démarche, j’ai compris qu’ils m’ont traité de menteur, pour divertir l’opinion. J’estime de mon point de vue qu’il est temps que ces pourfendeurs nous laissent en paix. Personnellement, je promets de me mettre au service de la loi pour les traquer. Je ne compte pas reculer d’un iota pour apporter mon soutien à la justice de mon pays.» Face aux journalistes, hier, l’expert a dit assumer les mentions inscrites dans son rapport qu’il a remis à la Cour de répression de l’enrichissement illicite.

C.M.SARR

À voir aussi

Lutte contre le changement climatique- l’Afrique lance sa plateforme à Bonn

La Journée de l’Afrique a été célébrée ce 15 novembre au cœur de la COP23 …

Conférence annuelle des chefs de parquet la question de la détention au cœur de la nouvelle politique pénale

Après quelques années d’inertie, la conférence annuelle des chefs de parquet a eu lieu, hier. …