Accueil / FAITS DIVERS / Blanchiment de capitaux et complicité, le Directeur commercial d’Orange Guinée et sa femme risquent gros

Blanchiment de capitaux et complicité, le Directeur commercial d’Orange Guinée et sa femme risquent gros

Le Directeur commercial d’Orange Guinée, Mamadou Lamine Koné, et sa femme, risquent gros. Ils ont comparu, hier, à la barre de la Cour d’appel de Dakar pour blanchiment de capitaux et complicité. Le maître des poursuites a requis 2 ans contre le sieur Koné et un an de prison ferme contre son épouse. Ils seront édifiés le 22 janvier prochain.

Le Président de la Cour d’appel de Dakar a ouvert, hier, le dossier du Directeur commercial d’Orange Guinée, Mamadou Lamine Koné, et sa femme, Ndèye Awa Niang. Ces derniers sont poursuivis pour blanchiment de capitaux et complicité. Il ressort des débats d’audience que le sieur Koné a été employé par la Sonatel depuis cinq années maintenant, en qualité de directeur commercial de Orange. Il avait un salaire de 2,1 millions de nos francs, entre autres avantages. Cependant, un audit interne a été ordonné et mené par la Cellule nationale de Traitement de l’Information financière (CENTIF). Un trou de 800 millions de francs a été noté dans ses caisses. Sommé d’apporter des explications sur ce manquement, le mis en cause a préféré à prendre la poudre d’escampette. Il s’est rendu à Freetown avant de rallier les Usa. Malgré son absence, les enquêteurs ont continué leurs recherches avant de découvrir que le sieur Koné avait transféré au total 96 millions dans les différents comptes bancaires de son épouse, Awa Niang. Interrogée, la dame a reconnu les transferts, arguant que l’argent que son mari lui envoyait, provient des tâches qu’il lui confiait. Par ailleurs ; après contrôle, les enquêteurs n’ont retrouvé que 260.960 francs CFA dans le compte.

Sa seconde épouse, Mame Ndella Mbodj, résidant en Guinée, a été également interpellée, mais a bénéficié d’un non-lieu. Toutefois, les enquêteurs ont retrouvé 144 millions de francs CFA. A la barre du tribunal, le mis en cause a soutenu avoir aidé son épouse à faire son business, mais aussi, qu’il a acheté un bus et un terrain. A l’en croire toujours, il avait un projet d’acheter une villa et ses deux épouses avaient cotisé respectivement 16 et 27 millions de francs CFA. Cependant, renseigne-t-il, ce projet n’a finalement pas vu le jour. Sur une question de savoir pourquoi il a quitté la Guinée, le mis en cause a rétorqué que c’est pour des raisons humanitaires. S’agissant des transferts d’argent, il les a reconnus, soutenant toutefois que cet argent provient d’une activité parallèle qu’il mène en Guinée, sans en dire plus. Suffisant pour son avocat de dire au tribunal qu’il est difficile dans cette affaire d’asseoir le caractère illicite de ces fonds. Ainsi, la robe noire a-t-elle demandé l’infirmation de la première peine à titre principale et la relaxe au bénéfice du doute à titre subsidiaire. Pour l’épouse, l’avocat a également soutenu que sa condamnation procède d’une erreur. C’est la raison pour laquelle il a sollicité la relaxe de la dame Ndèye Awa Niang. Pour terminer, le maître des poursuites a aussi demandé l’infirmation de la peine. Cependant, il a requis 2 ans de prison ferme contre le sieur Koné et un an contre son épouse. L’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 22 janvier prochain.

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Espagne: La vraie histoire de Maguette Ndiaye égorgée par son mari

Maguette Ndiaye, 25 ans, a été égorgée devant ses deux filles par son mari, Bara …

Le batteur de tam-tam vole le scooter de son ami et simule une agression

Un mois de prison ferme, c’est la peine prononcée, hier, contre le batteur de tam-tam, …