ACTUALITE

Blocage de l’examen du Ceap du Crfpe

  • Date: 5 novembre 2016

Les examens que le ministère de l’Education organisait hier sur toute l’étendue du territoire pour les instituteurs adjoints en stage de capacitation au niveau des centres régionaux de formation des personnels de l’éducation (Crfpe) ont été perturbés et interdits par les enseignants. Ces derniers qui arguent que le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, a organisé cet examen pour les humilier et montrer leur carence au grand public, se sont passés le mot pour envahir les centres d’examen. A Rufisque par exemple, les copies ont été déchirées et les enseignants qui voulaient composer ont été sortis manu militari par les grévistes. A rappeler que ce test national est destiné au corps des instituteurs adjoints qui étaient en formation diplômante pour renforcer leurs capacités en vue d’améliorer leur niveau. Ces derniers suivaient des cours pendant les vacances du 1er août au 30 septembre. Après les cours, cet examen devrait leur permettre d’acquérir le Cap (certificat d’aptitude pédagogique) pour avancer. C’est vrai que le prétexte de cette formation est le niveau très faible noté chez les enseignants. Ces derniers étaient sélectionnés par cohorte pour subir cette formation de mise à niveau.

Interpelé sur ce sujet, Mohamed Moustapha Diagne, Directeur de la Formation et de la Communication revient le bien fondé de la mesure et dénonce l’intoxication notée dans cette affaire. Ces instituteurs adjoints ont été recrutés le plus souvent sans formation du temps du volontariat, dit-il. Avec ce  programme Moustapha Diagne révèle que chaque année, une cohorte de 4800 enseignants est sélectionnée pour leur mise à niveau. «Le ministre a décidé de leur faire une formation pour la qualité du système. L’an dernier nous avons organisé le test national, avec les syndicats. On a vu les résultats. En fonction du niveau, le ministre a décidé qu’il fallait réguler, agir sur le contenu et sur le niveau. Les plus faibles devraient faire trois ans de formation, les moyens, deux ans, et les niveaux acceptables seulement une année. Le test est obligatoire. Sur les 14 académies, les 7 ont refusé de faire le test», laisse entendre le Directeur de la Formation et de la Communication du ministère de l’Education. Pour ce dernier, sur la qualité, il n’y aura pas de compromission car l’Etat fait des efforts et les enseignants doivent aussi faire des sacrifices. Pour M. Diagne il y a une intoxication et certains auraient signifié aux enseignants que ceux qui sont faibles seront exclus du système et que le ministre veut les humilier alors que tel n’est pas le cas

L’As

2 Comments

  1. c’est honteux pour nous qui sommes des enseignants.Comment un enseignant qui évalue son élèves par une dictée peut-il refuser de subir une évaluation sur la dictée? Qu’est-ce que cela prouve ?Peut-etre qu’il y a ceux qui n’ont pas de niveau dans le système? Cela a pour conséquence le bas niveau des élèves.Un poéte disait :honte aux poètes qui se mutilent et s’en vont inutiles par les portes de la cité

  2. je ne comprend plus les enseignants comment peuvent-ils refuser la qualité?
    peut être qu’ils savent déjà qu’ils n’ont pas le niveau pour enseigner. Par cet acte c’est eux même qui s’humilient
    Le ministère de l’éducation nationale doit maintenir sa position et sanctionner les fautifs , ce que lui qui ne passe pas cet examen doit pas être titulariser ni avancé

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15