Mankeur Ndiaye, Ministre des Affaires étrangères du Sénégal
Mankeur Ndiaye, Ministre des Affaires étrangères du Sénégal

BLOCUS TRANSGAMBIENNE : DAKAR ET BANJUL N’ONT PU S’ACCORDER SUR UN LIEU POUR LEURS CONCERTATIONS (MANKEUR NDIAYE)

(APS) – Le Sénégal et la Gambie ne sont pas parvenus à s’accorder sur un lieu où tenir leurs consultations visant à mettre fin au blocus de la transgambienne, la voie de contournement passant par le territoire gambien pour rejoindre les régions méridionales sénégalaises, a annoncé, jeudi, à Dakar, le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur, Mankeur Ndiaye.

Les transporteurs sénégalais imposent depuis février dernier un blocus de cette voie, pour protester contre une surtaxe qui leur serait appliquée en territoire gambien. Une situation à laquelle les deux pays tentent de trouver une solution.

« Nous avions accepté l’offre gambienne de tenir une réunion de consultation à Dakar, les 31 mars et 1er avril derniers », a rappelé Mankeur Ndiaye, à l’ouverture de la 36e réunion ordinaire du Conseil de médiation et de sécurité (CSM) de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

La Gambie, par la suite, « a souhaité le report de cette réunion à une date ultérieure’’, avant de proposer « de nouvelles dates, les 5 et 6 mai, mais en changeant de lieu » pour proposer Banjul, a déclaré M. Ndiaye à des journalistes, en marge de cette rencontre à laquelle participaient les ministres gambiens de l’Economie et des Finances, de l’Intérieur et des Affaires étrangères.

Le Sénégal, de son côté, « a maintenu sa position de tenir la rencontre aux dates retenues par la Gambie », et à Dakar comme initialement retenu, a relevé le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur.

« Nous leur avons dit qu’il était convenu que la réunion se tienne à Dakar, donc nous maintenons cette position », a-t-il dit, ajoutant que les deux pays ne sont pas parvenus à s’accorder sur ce point.

Depuis lors, a fait savoir Mankeur Ndiaye, « nous en sommes à ce stade et nous espérons que les choses vont bouger pour que nous puissions nous retrouver et trouver une solution à l’amiable ».

Selon le patron de la diplomatie sénégalaise, « le Sénégal a marqué son accord et sa bonne volonté sur toutes les propositions gambiennes, notamment l’ordre du jour, la première date proposée et le lieu ». Le reste tient au « respect des engagements’’ souscrits par les deux parties, a-t-il fait valoir.

« Nous attendons que les choses bougent’’ dans le sens d’un « compromis, parce qu’il ne peut y avoir que la paix entre les deux pays. C’est un seul peuple dans deux Etats différents », a dit le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’extérieur.

Voir aussi

Rama-Yade-300x193 (1)

FRANCE-AFRIQUE Rama Yade cherche à se faire sponsoriser par des palais africains

L’ex secrétaire d’état aux Droits de l’Homme sous Nicolas Sarkozy, Rama Yade, entame ce jeudi …