Accueil / ECONOMIE / Boubacar Samb, président du Comité scientifique du MEDS- «Le post-forum sera l’étape cruciale pour l’offre massive d’emplois»

Boubacar Samb, président du Comité scientifique du MEDS- «Le post-forum sera l’étape cruciale pour l’offre massive d’emplois»

Dans une interview exclusive accordée à Rewmi Quotidien, le président du Comité scientifique du Meds, Boubacar Samb, nous plonge au cœur de la 17ème édition du Forum du 1er emploi  prévu les 06 et 07 février. Tour en rappelant que le Meds est surtout l’émanation des PME et des TPE, un trait d’union entre secteur informel et secteur structuré. Entretien exclusif !

Quel est le concept Forum du 1er emploi ?

Le Forum du premier emploi a pour vocation de faciliter l’insertion des jeunes dans le secteur productif. Et initialement, c’est-à-dire au début des années 2000, la problématique de l’emploi se caractérise principalement par la difficulté du nouveau diplômé à trouver un accès chez l’employeur, soit pour l’obtention d’un stage ou pour un apprentissage à un emploi. Nous avons, à partir de là, développé le concept du Forum du premier emploi qui offrait au jeune diplômé l’opportunité de se préparer à un entretien d’embauche à travers l’atelier Training qui se déroule un mois avant l’évènement, et bien sûr le forum qui ouvre les portes de l’entreprise aux jeunes diplômés pendant deux jours à travers des B to B. Aujourd’hui, 17 ans après, dans la quête de solutions au chômage, cette problématique a évolué avec la progression du chômage des jeunes non qualifiés ou sans formation, mais aussi avec la contraction du champ de l’offre d’emplois, obligeant aux jeunes diplômés ou jeunes professionnellement qualifiés à se prendre en charge eux-mêmes, en créant leurs propres entreprises par le biais de l’auto entreprenariat. Et il est heureux aujourd’hui que l’Etat du Sénégal ait réagi à ce problème en changeant de paradigme au niveau de la formation professionnelle et technique, mais surtout avec la création du fonds pour l’auto partenariat qui aidera les jeunes à créer et à lancer leurs propres entreprises. Vous comprendrez, à partir de là, la pertinence du partenariat entre le MEDS et le Ministère de l’Emploi pour l’organisation de cette 17ème édition du Forum, dont le concept s’articulera autour du guichet unique pour l’auto entreprenariat, du B to B classique, de l’exposition sur le dispositif actuel et reformé de l’Etat pour l’emploi des jeunes et du Forum d’échange.

Quelle est la contribution du Forum du 1er emploi à la problématique du chômage ?

 Ce forum a déjà permis à des milliers de jeunes d’entretenir d’abord l’espoir pour leur avenir professionnel. Il a surtout contribué à l’insertion de la plupart d’entre eux. Avec le nouveau partenariat entre le secteur privé, nous ambitionnons prendre pour point de départ le forum, et prendre en charge les différentes requêtes individuelles pour trouver ensemble des solutions à l’emploi. C’est-à-dire que le post-forum sera l’étape cruciale pour l’offre massive d’emplois.

Le Ministre Abdoulaye Diop a annoncé 1590 emplois destinés aux jeunes cette année. Des propos qu’il a tenus lors de la 17ème édition de l’atelier training en prélude du forum du 1er emploi. Comment seront répartis ses emplois entre les jeunes ?

Je n’aurai pas la prétention de m’exprimer à la place de l’autorité publique, mais dans nos travaux, nous avons surtout ciblé les secteurs à haute intensité de main d’œuvre, notamment le BTP, le secteur agricole et les nouveaux métiers (nouvelles technologies).

Quelle est votre analyse de la situation de l’emploi au Sénégal ?

Le premier constat à faire est d’ordre économique, car il existe pour l’instant un fort décalage entre notre  potentiel d’emploi ou nos besoins en emplois et le stock de la demande d’emplois. Et c’est pourquoi nous devons explorer notre potentiel économique que nous offre aujourd’hui le cadre macroéconomique national pour booster l’économie et l’emploi. De façon générale, on est aujourd’hui dans une situation où les profondes transformations socio-économiques déjà projetées doivent s’accélérer sur le terrain.

Comment trouvez-vous le moral des entrepreneurs Sénégalais ?

Je parlerai plutôt de l’entrepreneur communautaire au sens de l’UEMOA, de ses relations avec le secteur privé hors UEMOA et enfin de ses capacités à développer ses parts de marché dans l’économie mondiale.

Et pour parler du Sénégal, je dirai que la stabilité sociale et politique constante du pays a fini par installer un environnement des affaires propice à l’entreprenariat.

Quels messages clés avez-vous envie de transmettre au Gouvernement, aux jeunes et aux entrepreneurs ?

Je leur propose de constituer une plateforme unique d’échanges autour de la problématique sociale et de l’emploi.

Foncer, oser, innover, réinventer l’entreprise : Le MEDS fait rêver. Quels sont, selon vous, les freins qu’il faut lever pour booster le secteur privé ?

Il faudra d’abord lever les contraintes qui existent au niveau communautaire car nous devons aller au-delà des accords et des textes de réglementation afin d’apporter de l’oxygène à l’économie de l’UEMOA et au secteur privé communautaire. Enfin, nos politiques nationales ont besoin d’espace pour une parfaite réalisation des différents programmes.

Quelles sont, selon vous, les qualités que doit avoir un chef d’entreprise ?

Il existe pour moi différents modèles de chef d’entreprise. Mais les valeurs suivantes doivent être à la base de l’entreprenariat : intégrité, persévérance et rigueur.

Qu’est-ce qui fait la différence entre le MEDS et les autres organisations patronales ?

Le MEDS est de façon générale une complémentarité du patronat sénégalais car il est surtout l’émanation des Petites et Moyennes Entreprises (PME) et des TPE. Mais le MEDS se veut être le trait d’union entre le secteur informel et le secteur structuré. Au final, l’optimisation de notre démarche permettra certainement l’émergence de plusieurs entrepreneurs locaux et la naissance de plusieurs entreprises au Sénégal.

Mouhamadou BA

À voir aussi

Exploitation du fer avec les Turcs: Atépa demande à Macky de surseoir au contrat

Pierre Goudiaby Atépa, un des candidats à l’élection présidentielle, n’est pas du tout d’accord avec …

Suspension d’importations d’huile d’arachide: La mesure est entrée en vigueur depuis hier 

Le Ministre du Commerce, Alioune Sarr, a présidé une réunion sur la signature du Protocole …