Bousculades meurtrières de Mouna- Impostures saoudiennes et carences sénégalaises

L’édition du Hajj 2015 restera dans les annales de l’histoire comme l’une des plus meurtrières, avec un bilan qui va, sans doute, dépasser les 1.000 morts ! Mais au-delà de l’émotion, de la résignation et de la fatalité, le moment est venu, pour toute la Ummah islamique, de s’interroger sur les défaillances et autres manquements qui sont à l’origine d’un tel drame. Et, vu les informations glanées sur place par les journalistes,  il ne fait aucun doute que les autorités saoudiennes, par des erreurs, des errances et des errements incompréhensibles, ont causé la mort de centaines de fidèles, endeuillant du coup, d’innombrables familles dans les quatre coins du monde. Mais, ce qui est le plus choquant dans cette affaire, c’est l’insolence de la classe dirigeante de Riyad qui a d’abord jeté l’anathème sur les pèlerins africains, avant de stigmatiser l’indiscipline des autres pèlerins non saoudiens. Des propos qui frisent l’imposture et qui ont poussé les musulmans éparpillés à travers la planète, à monter au créneau, pour flétrir «des déclarations mensongères», avant de demander des excuses publiques au royaume. D’autres réclament des comptes et exigent une réorganisation totale du Hajj, qui inclurait les compétences des autres pays musulmans. Cette tragédie, qui a attisé le feu entre l’Arabie saoudite et l’Iran – son ennemi irréductible -, a mis à nue l’incompétence et le manque d’ouverture de la dynastie régnante des Al Saoud qui, à la suite d’une alliance incestueuse avec le colonisateur britannique et les djihadistes wahhabites, ont usurpé le pouvoir dans cette partie de la Péninsule arabique, avant d’en faire une monarchie héréditaire.

Quid de la façon dont les autorités sénégalaises ont géré cette tragédie ? Elles ont, une fois de plus, étalé leur incurie et leur amateurisme, comme c’est d’ailleurs le cas dans beaucoup de dossiers. Dès le début, le Commissariat général au pèlerinage est passé à côté de la plaque et le gouvernement s’est embourbé dans un laxisme déroutant qui s’est illustré par un dépassement des quotas. A l’arrivée, des candidats au Hajj ont été laissés en rade à l’aéroport de Dakar… Et plus grave, après la catastrophe, le Sénégal n’a pas osé hausser le ton et demander des explications à l’Arabie saoudite dont la responsabilité est entière dans cette tragédie. Au lieu de ça, notre pays a préféré se réfugier derrière un deuil national de trois jours… En outre, médecin après la mort, le ministre des Affaires étrangères, Mankeur Ndiaye, s’est rendu ce week-end à La Mecque. Pourquoi faire ?

Dans l’attente d’une réponse à cette question, nous nous contentons d’apprécier, malgré tout, la prestation héroïque des «Lionnes» du basket qui ont dédié leur trophée aux martyrs de Mouna. Piètre consolation !

Serigne Saliou SAMB

Voir aussi

Anniversaire- Les employés du groupe Promoconsulting couvrent Président Mbagnick Diop de cadeaux

Mbagnick Diop a soufflé une bougie de plus hier, mercredi 18 janvier 2017. Ses employés …