(From L) German Chancellor Angela Merkel, British Prime Minister David Cameron and French President Francois Hollande meet during a European Union (EU) summit dominated by the migration crisis at the European Council in Brussels, on October 15, 2015.  AFP PHOTO / POOL / ALAIN JOCARD / AFP / ALAIN JOCARD
(From L) German Chancellor Angela Merkel, British Prime Minister David Cameron and French President Francois Hollande meet during a European Union (EU) summit dominated by the migration crisis at the European Council in Brussels, on October 15, 2015. AFP PHOTO / POOL / ALAIN JOCARD / AFP / ALAIN JOCARD

Brexit : 5 clés pour se faire une idée

Véritable cauchemar pour les europhiles, libération pour les eurosceptiques… Le Brexit, comprenez sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, se jouera le 23 juin. Lors d’un référendum, les Anglais seront appelés à voter en faveur ou non du maintien du pays dans l’UE.

Alors que les sondages redonnent les deux camps au coude-à-coude, le Premier ministre britannique, David Cameron, a tenté d’expliquer une nouvelle fois ce week-end aux téléspectateurs qu’une victoire du “Leave” (Départ) serait “irréversible”. Quelles seraient les conséquences sur le pays si ce scénario se produisait ?

Le coût

Selon les experts, une sortie de l’UE coûterait des milliards d’euros au Royaume-Uni : quelque 56 milliards de livres (78 milliards d’euros) par an pendant 10 ans. Ce départ signifierait un recul massif du commerce extérieur pour le pays, notamment avec le retour des barrières douanières.

D’après les estimations de plusieurs organismes,  le PIB du pays pourrait chuter de 9 %, selon une étude de la London School of Economics (LSE). Cela représenterait une perte équivalente à celle pendant la crise financière de 2008.

Le ministre de l’Economie français, Emmanuel Macron, a estimé ce week-end que les Britanniques, s’ils souhaitaient conserver un accès au marché européen, devraient contribuer au budget de l’UE, comme le font la Norvège et la Suisse.

L’UE serait également impactée. La fondation Bertelsmann évoque des pertes de 0,3% du PIB par habitant en France comme en Allemagne. Mais le pays qui aurait le plus à perdre en la matière serait l’Irlande. Certains prédisent un effondrement de 2,7% du PIB par habitant.

La City plierait bagages ?

La City de Londres, première place financière d’Europe, pourrait s’installer à Paris. La baisse de la livre sterling pourrait donner envie à certaines entreprises et investisseurs de fuir le Royaume-Uni. A ce jour, ce pays compte plus de 40% des sièges sociaux européens des 250 plus grandes multinationales.

Les visas pour voyager et travailler

Autre conséquence : les Français et autres citoyens de l’UE devraient, si le camp du Brexit l’emportait, se munir de visa pour pouvoir circuler au Royaume-Uni mais aussi d’autorisation des services d’immigration britannique pour travailler. 1,7 million de ressortissants de l’UE seraient concernant par ce changement de statut. Ils peuvent actuellement vivre et exercer un métier librement sans permis ni carte de résidence.

Les étudiants étrangers verraient leur facture augmenter. 11.000 euros. C’est le montant que pourraient débourser les élèves Erasmus pour faire un an d’étude en Angleterre, soit près de dix fois ce qu’ils payent aujourd’hui.

Les migrants de Calais

En mars dernier, Emmanuel Macron a prévenu qu’en cas de Brexit, la France ne retiendrait plus les migrants de Calais. Pour le ministre français, l’accord en vertu duquel le contrôle des frontières britanniques s’effectue côté français pourrait être remis en cause si le Royaume-Uni sort de l’Union européenne.  David Cameron, le Premier ministre britannique, a repris à de multiples reprises cet argument en avertissant les électeurs britanniques qu’en cas de Brexit il “n’y aurait rien qui empêcherait des milliers de personnes de traverser la Manche du jour au lendemain”.

Un référendum pour l’indépendance de l’Ecosse ?

Une sortie du Royaume-Uni entraînerait-elle l’indépendance de l’Ecosse ? C’est une éventualité. Les Écossais n’entendent pas quitter l’UE dans le sillage du vote “Leave”, selon les derniers sondages. Les leaders du SNP, le Scottish National Party (parti indépendantiste écossais), ont annoncé qu’en cas de victoire du Brexit le 23 juin, ils organiseraient un nouveau référendum sur l’indépendance du pays.

L’Europe : en sortir ou pas ?

Le 23 juin prochain, lors d’un référendum, les Britanniques décideront s’ils veulent ou non rester dans l’Union Européenne. Faut-il se réjouir d’une éventuelle sortie de la Grande-Bretagne ou au contraire faut-il la craindre ? Franck Edard reçoit Charles de Marcilly, responsable du bureau bruxellois de la Fondation Robert Schuman, et Nicolas Kirilowits, journaliste spécialiste de l’Europe.

Voir aussi

cooperation_senegal-japon

Réhabilitation du port de Dakar: Le Japon injecte 22 milliards

Le Japon vient de mettre à la disposition du Sénégal des financements d’environ 22 milliards …