BUDGET DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE- L’allocation journalière d’un détenu passe de 721  à 1.000 F Cfa

Le Projet de budget 2016 du ministère de la Justice a été voté par les députés, à l’unanimité, hier, à l’Assemblée nationale. Sans surprise, il a connu une hausse de plus de 2 milliards F Cfa. Cette hausse permettra, entre autres, de prendre en charge le relèvement de l’allocation journalière d’un détenu qui passe de 721 F Cfa en 2015 à 1.000 pour l’année prochaine.

 Le budget 2016 du ministère de la Justice a connu une hausse de plus de 2 milliards F Cfa. Il est passé de 27.689.503.660 F Cfa en 2015 à 30.301.657.420 F Cfa. Soit une hausse de 2.612.153.760 F Cfa en valeur absolue et 9,43% en valeur relative. Les dépenses de fonctionnement ont subi une augmentation significative de plus d’un milliard 500 millions de francs Cfa. Elles sont passées de 5.291.939.000 F Cfa en 2015 à 6.837.799.000 F Cfa pour l’année 2016. Cette hausse permettra, entre autres, de prendre en charge le relèvement de l’allocation journalière d’un détenu qui passe de 721 F Cfa en 2015 à 1.000 F Cfa pour l’année prochaine. Les moyens de fonctionnement de la nouvelle École nationale d’administration pénitentiaire (Enap), le paiement des frais d’acte et de contentieux qui se chiffrent à 278.310.426 F Cfa, les dotations de costumes d’audience aux magistrats et greffiers pour 100.000.000 F Cfa et enfin l’appui aux Chambres criminelles nouvellement créées dans les tribunaux de grande instance, pour un montant de 113.000.000 F Cfa.

Les dépenses de transfert courant ont aussi connu une hausse. Elles sont estimées à 1.749.772.000 F Cfa contre 1.543.862.000 F Cfa en 2015, soit une augmentation de plus de 205 millions de francs Cfa. Les dépenses de transfert assurent un meilleur fonctionnement de l’administration judiciaire. Les dépenses de personnel, quant à elles, ont subi une baisse de plus de 148 millions F Cfa. Elles ont été arrêtées à la somme de 18.066.086.420 F Cfa contre 18.214.702.660 F Cfa en 2015. Une diminution qui résulte de la non-inscription des lignes budgétaires relatives au transport et à l’hospitalisation des agents de l’État. L’autre équation qui reste le budget alloué pour la traque des biens supposés mal acquis reste inconnue. À noter qu’une vingtaine d’anciens collaborateurs de l’ancien  président Abdoulaye Wade sont dans le collimateur de cette juridiction spéciale.

Ibrahima Khalil DIEME

Voir aussi

SITUATION EN GAMBIE C’est la guerre

C’est hier à minuit que la Cedeao a décidé de déclencher la guerre en Gambie …