Accueil / ECONOMIE / Bureau de prospective économique Un moyen pour valoriser le travail des chercheurs

Bureau de prospective économique Un moyen pour valoriser le travail des chercheurs

La Primature, à travers la Cellule d’Analyses économique (CAES), en collaboration avec l’Initiative Prospective agricole et rurale (IPAR), a organisé un panel sur le thème « l’apport des Think Tank dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques au Sénégal ». C’est dans le cadre la célébration au Sénégal de la journée internationale des Think Tank.

« Nous allons mettre en place un bureau de prospective économique. Le décret a été adopté en conseil des ministres. Il va être signé dans les prochains jours et nous allons travailler beaucoup avec les chercheurs », a annoncé Moubarak Lô, ministre en charge de la cellule d’analyse économique et conseiller du Premier ministre. C’était lors d’un panel sur « l’apport des Think Tank dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques au Sénégal ». Les Think Tank sont des centres de recherche dans le monde qui essayent d’accompagner  les décideurs politiques et autres acteurs pour qu’ils prennent en  charge  les préoccupations des populations.

« Nous sommes d’avis que le gouvernement doit mettre en place un programme Think Tank dans le budget d’Etat. C’est inacceptable que, chaque année, les partenaires au développement  fassent des appels à contribution et que l’Etat ne le fait pas », a souligné Moubarak Lô. Pour lui, l’essentiel des activités sera effectué avec ces centres. C’est la première fois qu’une rencontre de cette nature est organisée. Il s’agit de bâtir un partenariat entre l’Etat et les «Think Tank» en créant un lien favorisant leurs contributions dans l’élaboration, le suivi de la mise en œuvre et l’évaluation des politiques publiques. A l’en croire, il sera envisageable que ces centres de recherche suggèrent un rapport contributif car le Sénégal va préparer le prochain plan d’action du PSE. De ce fait, avec leur indépendance scientifique, expertise et détachement, ceux-ci peuvent aider le gouvernement en lui proposant  des solutions  à long terme pour les politiques publiques. Quant au Dr Cheikh Oumar Ba, Directeur exécutif de l’Initiative Prospective Agricole et Rurale (IPAR), il a salué la mise en place du  bureau  de prospective économique. «C’est ce qu’on attendait de l’Etat du Sénégal de ce partenariat. Nous sommes prêts à les  accompagner, mais qu’il respecte notre indépendance», a fait savoir  le Dr  Ba. Selon lui, c’est important qu’ils arrivent à travailler avec le gouvernement du Sénégal en l’accompagnant sur le long terme. C’est  pourquoi, dira-il, « nous avons pensé qu’il est important que les recherches qui se font au Sénégal soient utilisées par les décideurs  politiques ».

Zachari BADJI

À voir aussi

Ecosystème marin : Les scientifiques sénégalais appelés à jouer leur partition

L’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts) a réuni, depuis hier à Dakar, …

Industrialisation de l’Afrique : Akinwumi Adesina mise sur la formation professionnelle et technique

Le Président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a présidé hier …