ACTUALITE

BURKINA- Les magistrats meurent …. mystérieusement

  • Date: 18 décembre 2015

 

 Et de deux ! Cela a commencé avec la disparition du juge Salifou Nebié, membre du Conseil constitutionnel. Le corps du magistrat avait été retrouvé dans la nuit du 24 mai 2014 sur une route non loin de Ouagadougou. Une mort qui était intervenue au moment où le pouvoir tenait à modifier l’article 37 de la Constitution pour ouvrir la voie à une candidature de Blaise Compaoré, et que le magistrat s’y était opposé…

Un premier rapport d’autopsie produit par un médecin burkinabé affirmait qu’il s’agissait d’un homicide. Un autre médecin légiste, Français concluait que le juge constitutionnel était décédé « des suites d’un accident de la circulation ». Un an après les conclusions contradictoires de deux rapports d’expertise sur les causes de la mort du juge constitutionnel, Salifou Nebié, les magistrats réunis au sein du Syndicat autonome des magistrats burkinabés (Samab) s’inquiètent sur les suites de l’enquête.

Mais à peine commençait-on à faire le deuil de ce grand magistrat réputé pour son courage, que voilà de nouveau un autre, mêlé au dossier du premier, part aussi sans crier gare.

En effet, le  juge Théophile Nana vient de décéder  le 4 décembre dernier, des suites d’une courte maladie, dans  des circonstances qui emmènent à se poser des questions. Impliqué dans la sensible affaire Nebié, c’est sous sa  houlette que justement  le procureur du tribunal de grande instance de Ouagadougou s’est vu contraindre d’ouvrir une information judiciaire sur les causes de la mort de ce magistrat,  car ce dernier s’était opposé aux réformes constitutionnelles introduites par Blaise Compaoré.

Mais encore plus curieux, avant  sa mort, Théophile avait confié à certains collègues qu’il subissait de nombreuses pressions. Sans citer de nom, il avait demandé à être dessaisi du dossier, après avoir affirmé que ceux qui exerçaient ces pressions sur lui, entendaient voir basculer le dossier dans un sens… ou l’autre.
Avait-il vu venir ?

Cébé

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15