20 avril, 2014
Accueil » FAITS DIVERS » C.O Ba, surpris dans les toilettes de la mosquée des Hlm avec un jeune écolier
C.O Ba, surpris dans les toilettes de la mosquée des Hlm avec un jeune écolier

C.O Ba, surpris dans les toilettes de la mosquée des Hlm avec un jeune écolier

S. Diallo est un môme qui ne se laisse pas violer sans piper mot. Derrière ce petit minois aux traits fins, S. Diallo cache une force de caractère. Chétif avec un corps frêle, certes, le petit chérubin de 8 ans élève en classe de CE 1 a montré qu’il n’était pas une poule mouillée. Et le 25 janvier 2013, le talibé (élève coranique) de 20 ans converti en cireur de chaussures, l’a appris à ses dépens. CO Ba qui aurait essayé d’abuser de lui, a vus les gros yeux inoffensifs du gamin devenir agressifs, le temps de s’opposer à sa demande d’enlever son pantalon. Hier jeudi, devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, bras croisés sur une plate poitrine, S Diallo a raconté au juge comment le prévenu C O Ba poursuivi d’attentat à la pudeur avec violence et pédophilie, a voulu abuser de lui dans les toilettes de la mosquée des hlm. « Il s’est enfermé avec moi dans les toilettes, il m’a demandé, s’agrippant à ma ceinture d’enlever mon pantalon », se souvient, épaulé par un papa hochant la tête, le petit garçon. Avec courage le garçon s’est révolté et a dit « Non !»

Mais le prévenu nié en bloc. A toutes les questions qu’on lui pose, épaule basculé d’un côté, tête penchée à droite, il répond : « Non, c’est faux…je ne l’ai pas fait. » Mieux, alors que le papa dit que le prévenu était l’ami du grand frère de la victime, il dit : « Le garçon m’a confondu avec un autre. » Mais l’enfant a expliqué que Bâ avait l’habitude de lui donner 100 francs CFA. Ce jour, après la prière du vendredi, il lui a demandé de le raccompagner à la mosquée pour prier. « Il m’a dit de lui garder son téléphone le temps qu’il prie », avise S Diallo. Mais tout s’est accéléré lorsque le gamin a voulu faire pipi. « Il m’a demandé d’aller dans les toilettes de la mosquée. Quand j’y suis rentré, il m’a rejoint, a fermé la porte et enlevé son pantalon, il m’a demandé d’en faire autant, j’ai refusé. » Au juge d’ajouter : « Vous ave refusé d’ouvrir la porte, et vous prétextiez toujours une constipation pour ne pas ouvrir la porte à ceux qui y toquaient. » Avec la déclaration du témoin, le prévenu s’est vu complètement mouillé dans cette affaire de mœurs. « J’étais malade lorsqu’un garçon est venu me dire qu’un homme s’était enfermé dans les toilettes. Quelque temps plus tard, un autre est venu me dire que l’homme avait laissé sortir l’enfant et refuse de sortir », témoigne le responsable de la mosquée. Qui poursuit : « Lorsque je suis venu, j’ai même pleuré en voyant comment l’enfant tremblait. J’ai défoncé la porte. Dès qu’il est sorti, il avait la main sur le pantalon et son membre était en érection. » Malgré cette déclaration, le prévenu qui avait demandé pardon au père de la victime et confirmé les déclarations de l’enfant dans l’enquête préliminaire, a encore servi un : « Non, je ne l’ai pas fait… Ils m’ont confondu. » Au juge de lui dire, face à son air dérangé : « êtes-vous normal ? » Mais le prévenu, tête toujours penchée d’un côté évite de croiser les regards des autres et se terre dans son mutisme.

Pour le procureur, Seydina Omar Diallo, les faits sont constants. Il a requis 5 ans de prison ferme. Le délibéré est fixé au 5 février 2013

Source l’Observateur