Accueil / ACTUALITES / Caisse d’avance ou fonds politiques Les receveurs-percepteurs se perdent dans la caisse

Caisse d’avance ou fonds politiques Les receveurs-percepteurs se perdent dans la caisse

Les percepteurs municipaux ont indiqué qu’il n’existe pas de texte qui indique que les collectivités locales doivent disposer de fonds politiques. Mais, le maire de Dakar a défendu depuis toujours que les fonds de la caisse d’avance sont des fonds politiques. Hier, ses avocats semblent pousser les percepteurs à confirmer effectivement l’existence de ces fonds politiques.

Depuis le début du procès, le maire de Dakar a soutenu que les fonds contenus dans la caisse d’avance sont des fonds politiques. Mais, il a été contredit par les percepteurs municipaux qui estiment que les collectivités locales ne disposent pas de fonds politiques. En posant des questions au percepteur Mamadou Oumar Bocoum, Me François Sarr, avocat de la défense, lui a demandé de confirmer qu’il n’y a pas de fonds politiques dans la nomenclature budgétaire du Sénégal. « Non, pas à ma connaissance », a-t-il dit. Me Sarr de relancer : « connaissez-vous le décret numéro 2012-673 du 04 juillet 2012 abrogeant et remplaçant le décret numéro 2004-A320 du 30 09 2004, portant nomenclature budgétaire de l’Etat et les rubriques : 6401 Fonds secrets ; 6493 Fonds de solidarité africaine ; 6494 Fonds spéciaux ; 6495 Fonds politiques ; 6496 Exonération et compensation douanières ; 6497 Fonds d’intervention fiscale ; 6499 Autres faits courants ?». « Je viens de le voir », a répondu M. Bocoum. « Donc, nous pouvons bien conclure qu’il y des fonds politiques dans la nomenclature budgétaire  du Sénégal », a encore insisté la robe noire. « Oui, selon les termes du décret », a déclaré le percepteur. Cette réponse a permis à un autre avocat de la défense de dire à Khalifa Ababacar Sall : « Est-ce que vous avez remarqué, M. Khalifa Ababacar Sall, que les percepteurs persistent à dire qu’il n’existe pas de fonds politiques au Sénégal ? ». « C’est cela qui me fait sourire. Les percepteurs ont dit que les fonds politiques n’existent pas au Sénégal. Et aujourd’hui (hier), ils ont disent le contraire. Mais ils savent que le dispositif qui est là a été mis en place par l’Etat. Pourquoi on mettrait à la disposition du maire une caisse d’avance ? Les faits sont têtus et les faits sont que dans cette caisse d’avance, il y a des fonds politiques. Les percepteurs peuvent se défendre comme ils veulent, je le leur concède et je ne les jugerai pas », a dit Khalifa.

Cheikh Moussa SARR   

À voir aussi

SJD doit 26 milliards aux Entreprises

Le Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc) est en eaux troubles. Il doit de l’argent …

Forum ministériel sur l’habitat : Macky dessine son type d’habitat

Construire des villes africaines modernes, respectueuses de nos traditions de solidarité, abritant des populations qui …