SANTE

CAMPAGNE ANTI-TABAC- La nicotine divise la Société civile

  • Date: 12 février 2016

Au Sénégal, la Société civile veut faire respecter la loi anti-tabac votée en 2014, qui n’a jusqu’ici été suivie d’aucun décret d’application. C’est ainsi que le mouvement « No Smoke Revolution » a lancé une fausse campagne publicitaire pour  sensibiliser les jeunes sur les méfaits du tabac. Mais cette  initiative n’agrée pas la coalition mondiale contre le tabac qui rue dans les brancards.

Dans les artères de la ville de Dakar, dans les bus et Tatas, l’on remarque des  panneaux ou affiches publicitaires pour une marque de bonbons appelé « Nicoteen », dont l’emballage ressemble à celui d’un paquet de cigarettes. Il est écrit comme message : « Nicoteen, à consommer sans modération. Nicoteen Sénégal ». Derrière la publicité se cache en réalité une campagne sur les méfaits du tabagisme chez les jeunes. Ils ne le savent pas encore, mais les confiseries au packaging rappelant celui de cigarettes ne seront jamais vendues au Sénégal. En conférence de presse, hier, Karamoko Badiane et Malika Touré, à l’origine du concept « Nicoteen »  soutiennent que ce sont les fumeurs de demain qu’on essaye de protéger. Face aux réglementations européennes de plus en plus restrictives, les industriels du tabac misent sur l’Afrique et sur sa jeunesse. « On s’est battu pour installer cette loi. Il faut que, effectivement, que cette loi soit implémentée », a expliqué Karamoko Badiane.

Selon Malika Touré, c’est une occasion d’expliquer de façon très pédagogique certains articles de la loi anti-tabac sur nos différentes plateformes. Ainsi, dit-elle, cette campagne se justifie par le  besoin de ramener le débat sur le tabac au niveau de la scène médiatique. À cet effet, une pétition a été lancée dans les réseaux sociaux pour une implémentation rapide de la loi anti-tabac au Sénégal. Le président de l’Afrique sans tabac et de la coalition mondiale contre le tabac, Amadou Moustapha Gaye, proteste contre la campagne « Nicoteen » au Sénégal et demande son arrêt. « Nous demandons la cessation immédiate de cette publicité qui viole la loi et la convention de l’Oms (Ndlr : Organisation mondiale de la santé), heurte notre conscience et met dangereusement en danger l’intégrité sanitaire de la jeunesse africaine et mondiale », a-t-il souligné. Selon lui, « cette publicité transgresse les dispositions de la Convention cadre de l’Oms pour la lutte anti-tabac notamment en son article 13 par rapport à la publicité en faveur du tabac, la promotion et  le parrainage, et elle viole la loi anti-tabac du Sénégal, loi n° 2014-14 du 28 mars 2014, votée le 14 mars 2014 par l’Assemblée nationale du Sénégal ».

Mouhamadou BA

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15