Accueil / POLITIQUE / Campagne pour le boycott des législatives : L’opposition investit les ambassades à Dakar

Campagne pour le boycott des législatives : L’opposition investit les ambassades à Dakar

Dans le cadre de sa campagne d’information et de sensibilisation sur le boycott des élections législatives, le Front Siggil Sénégal a décidé de soumettre un mémorandum aux représentations diplomatiques pour leur expliquer les véritables raisons de sa non-participation au scrutin du 3 juin. La révélation a été faite par Pape Diop du Rewmi, à la maison du parti, vendredi, date de clôture de ladite campagne dans la région de Dakar.

Source : Walfadjri
Dans ce mémorandum seront répertoriés ‘tous les griefs pour leur expliquer les raisons du boycott des élections législatives par nos partis’, confie le chargé de la vie politique du Rewmi. Selon Pape Diouf, il est normal de rencontrer les représentations diplomatiques au Sénégal pour les édifier sur les ‘tenants et aboutissants du boycott des partis les plus représentatifs avec au moins 40 % de l’électorat sénégalais’. Parce que les représentants diplomatiques ont, entre autres missions, de rendre compte de ce qui se passe dans leur pays d’accueil.

Pour sa part, le secrétaire général du Pit, Amath Dansokho, a renseigné que cette campagne de sensibilisation menée par les partis regroupés dans le ‘Front Siggil Sénégal’ est la plus grande campagne politique de l’histoire du Sénégal. Dans la foulée, le patron du Pit invitera ses camarades à faire face à Abdoulaye Wade. ‘Nous avons la force de lui barrer la route…’, lance Dansokho à ses militants. Car, accuse-t-il, ‘son intention est de faire tout pour avoir la majorité à l’Assemblée nationale et faire passer son fils président de la République’. C’est l’une des raisons qui expliquent selon Amath Dansokho le refus du dialogue du chef de l’Etat.

Même son de cloche chez Massène Niang de Msu, qui convie à son tour les militants à porter le message des leaders à la base. ‘Il faut sensibiliser les militants à la base et leur expliquer le pourquoi du boycott. Les leaders ne peuvent pas aller partout, c’est à vous de diffuser le message’, a-t-il expliqué.

Revenant sur les manquements notés à l’élection présidentielle, Ousmane Tanor Dieng indique qu’il ‘existe des indices qui nous donnennt le droit de ne pas aller aux élections législatives’. Et de citer comme exemple un bureau de vote de Turin (en Italie) où il y a eu un inscrit et… 315 votants. De même qu’au bureau de vote de Kati (Mali), le nombre d’inscrits est de un et le nombre de votants… 111.

La campagne d’information et de sensibilisation des leaders du ‘Front Siggil Sénégal’ sur le boycott des élections législatives a ainsi été clôturée dans la région de Dakar.


À voir aussi

Le 27 juin 2011, le jour où Karim devait être tué

La charge est lourde et grave. Elle porte les empreintes de Samuel Sarr via son …

Affaires Karim, Khalifa et Imam Ndao: Amnesty International épingle le Sénégal

Dans son rapport sur l’examen périodique universel des Nations-unies, Amnesty international  met en doute l’indépendance …