Accueil / ECONOMIE / CAMPAGNE POUR UNE AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE:La promotion des filières riz et oignon en toile de fond

CAMPAGNE POUR UNE AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE:La promotion des filières riz et oignon en toile de fond

En vue de permettre une autosuffisance alimentaire dans notre pays et un commerce équitable, la campagne de promotion des filières, riz et oignon a été lancée, hier.

Le Sénégal est un pays en voie de développement dont 70 % de la population s’active dans l’agriculture. En plus, notre pays consomme du riz brisé venant de l’Asie et se compte parmi les plus grands consommateurs de riz en Afrique de l’Ouest. Ceci pour dire que le Sénégal dépend toujours du riz importé. C’est ainsi que le Réseau Africain pour le Développement Intégré (Radi) en partenariat avec African Network for Integrated developpment (Anid) a lancé, hier, une campagne de promotion des filières riz et oignon en vue de permettre, selon ladite structure une autosuffisance alimentaire dans notre pays et un commerce équitable.

Cette campagne, selon les organisateurs, se déroulera sur le terrain par une coalition d’acteurs comprenant entre autres des producteurs, des syndicalistes, des Ong, des groupements de femmes, des associations, des consommateurs et des journalistes. Par ailleurs, elle verra la participation des producteurs de nos voisins Maliens et Burkinabé. Toutefois, il a été demandé aux producteurs Sénégalais de s’adapter à la demande des populations et de moderniser leur production. Selon Alioune Cissé, directeur de la régulation du commerce, ‘ »il n’appartient pas à l’État d’écouler vos produits mais de vous aider à les commercialiser ». Par ailleurs, les participants ont dénoncé le riz parfumé et les Ogm qui sont sur nos marchés et proposent ainsi aux Sénégalais une consommation de nos produits locaux.

Car, si l’on en croit les participants, « seule la consommation locale permet le développement économique d’un pays. Il nous appartient de défendre notre intérêt car la consommation locale est notre seule sortie ». Par contre, selon les chiffres de Omc, le Sénégal dépense, chaque année environ 100 milliards de Fcfa pour importer le riz brisé alors que le degré de satisfaction à la demande en Afrique de l’Ouest est estimé pour notre pays à 19,1 %. En ce qui concerne l’oignon, elle arrive en première position en termes de budget de consommation des ménages, avec 20 % de dépenses en légumes.

En outre, l’objectif de cette campagne, notent les initiateurs est de promouvoir une volonté politique adaptée à des stratégies de productions agricoles accompagnées de mécanismes de protections efficaces aptes à soutenir ces deux filières dans la perspective de substituer progressivement les productions nationales aux importations.


À voir aussi

Fonds africain de développement- Le Japon accorde 700 millions de dollars américains

L’Agence japonaise pour la coopération internationale (JICA) a signé un accord de prêt de 73,601 milliards …

DPEE- Le secteur secondaire se bonifie de 14% en décembre 2017

Le secteur secondaire au Sénégal s’est bonifié de 13,6%, en fin décembre 2017, comparativement au …