SPORT

CAN JUNIOR Koto réussit la passe de trois

  • Date: 27 juillet 2016

 Joseph Koto, l’entraîneur de l’équipe du Sénégal des moins de 20 ans, a réussi la passe de trois en qualifiant les Juniors à la phase finale de la CAN de la catégorie, après avoir conduit les locaux aux CHAN de 2009 et 2011.Koto qui avait déjà qualifié l’équipe locale au Championnat d’Afrique des nations (CHAN) 2009 et 2011, réussit ainsi la passe de trois avec les Juniors qu’il dirigeait depuis la CAN 2015.Mais pour la dernière édition, le Sénégal n’avait pas eu besoin de passer par les éliminatoires en étant le pays hôte de la compétition. Mais il réussit le tour de force d’atteindre la finale après des débuts difficiles (défaite, nul et victoire) de la compétition et une demi-finale de la Coupe du monde la même année.Pour l’ancien joueur de la Jeanne d’Arc né en 1960, c’est quand même un grand fait d’armes d’autant plus qu’il a rarement fait l’unanimité autour de sa personne n’ayant jamais réussi à s’imposer sur le banc d’un club. Toujours critiqué, le technicien sénégalais qui a été plusieurs fois second, a pourtant à la sueur de son front, conforté sa place parmi les meilleurs du football national en gagnant deux tournois de l’UEMOA en 2009 et 2010.A contrario, le double échec du Sénégal aux phases finales du CHAN 2014 et 2016, démontre que le travail abattu avec les Lions locaux par Joseph Koto, était loin d’être une sinécure. S’il n’avait pas encore eu le privilège de démarrer comme tête d’affiche, Koto a cumulé les rôles d’adjoint aussi bien en club qu’en équipe nationale où il a fait ses débuts en 2001 avec Mayacine Mar au tournoi Amical Cabral.Un démarrage couronné de succès, l’équipe du Sénégal A’ composée d’une belle génération de footballeurs avec Kalidou Cissokho, Ousmane Ndoye, Abdoulaye Diagne Faye et Pape Waigo Ndiaye pour ne citer que les plus connus, avait raflé la mise. Cette expérience de second, il l’avait poursuivi aussi bien en club que dans les équipes nationales, préférant ne pas se mettre en avant jusqu’à son intronisation avec l’équipe nationale locale pour les éliminatoires du CHAN 2009.Mais en dépit de ces qualifications au CHAN et de ses victoires au tournoi de l’UEMOA et ses stages couronnés de succès à Clairefontaine en France, il tardait à convaincre certains observateurs. Comme l’ancien ailier international qui avait eu du mal à se faire un nom en équipe nationale dans une génération exceptionnelle avec des joueurs de la trempe de Baba Touré décédé ce samedi, Roger Mendy, Oumar Guèye Sène et Jules Bocandé, le technicien ne paie pas de mine.S’il avait brillé lors du match de qualification contre le Zimbabwe pour la CAN 1986, Koto n’a joué aucun match une fois les Lions arrivés au Care (Egypte). Communicateur moyen n’ayant pas la faconde d’un Demba Ramata Ndiaye, Joseph Koto qui n’avait que le terrain pour briller, avait donné le bâton pour se faire battre après l’élimination à la CAN 2013 contre la Côte d’Ivoire (2-4 et 2-0).Koto avait ainsi donné du grain à moudre à ses contempteurs alors qu’il venait de remplacer au pied levé le Français Pierre Lechantre qui a refusé de venir après avoir donné son accord de principe. Et les critiques ont continué à l’entourer quand il a été nommé au poste d’entraîneur des Juniors.Des observateurs allant jusqu’à se demander si la FSF ne faisait pas l’éloge de l’échec en confiant les rênes de cette équipe à un technicien qui venait de se faire éliminer de la CAN 2013 avec des débordements qui ont valu au Sénégal de lourdes sanctions. Avec la qualification à la CAN des moins de 2017 en passant devant la Tunisie (2-1 et 2-0) et le Ghana (3-1 et 0-1), l’escouade de ses contempteurs va se réduire comme une peau de chagrin.S’il ne sera jamais ce technicien fort en stratégies et en analyses tactiques, l’enfant de la SICAP qui a été approché pour devenir sélectionneur du Bénin, le pays d’origine de ses parents, poursuit sûrement mais lentement sa voie. A la phase finale de la CAN des moins de 20 ans, Koto de la SICAP Liberté, l’enfant de la Jeanne d’Arc de Dakar, sait que lui ne sera donné d’autant plus que des, observateurs, après cette belle qualification, se plaisent à rêver d’un sacre en Zambie.

Georges Emmanuel Ndiaye avec APS

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15