Accueil / ACTUALITES / Candidature de Me Wade validée par le Conseil Constitutionnel Comme prévu

Candidature de Me Wade validée par le Conseil Constitutionnel Comme prévu

La journée a été longue hier. Très longue et plein de suspense. Un vendredi qui restera une date à retenir dans l’histoire politique du Sénégal. Sans surprise et comme tout le monde s’y attendait, d’ailleurs, le conseil Constitutionnel a validé la candidature de Me Abdoulaye Wade qui va se présenter pour un troisième mandat. «Le droit a été bafoué. Au regard de la loi constitutionnel c’est-à-dire l’article 27 et 104, la candidature de Wade ne peut pas être valable. Il faut souligner, également, qu’il n’y a pas de spécialistes de droit constitutionnel parmi les cinq sages du Conseil Constitutionnel car, ils ont tous un passé pas du tout clair», a révélé le professeur Babacar Guèye pour qui, il y a encore des voix de recours pour invalider la candidature de Wade. Accusant le Conseil Constitutionnel de n’avoir pas dit le droit, le juriste dit son mal de voir le Conseil bafouer une institution qu’est la Constitution et aussi le droit. Pour ce professeur, les cinq sages ont été soit manipulés soit corrompus par le pouvoir, comme l’avaient avancé plusieurs observateurs, convaincus que cette décision a été préparée par le pouvoir, depuis le séminaire, organisé sur la question, avec des juristes étrangers.

Un coup préparé depuis…

La nouvelle Constitution, elle, a été mise en place en 2001. La limitation à deux mandats, stipulée dans le nouveau texte, n’aurait donc commencé à courir qu’à partir de sa réélection, en 2007. L’idée a été nourrie des signatures du droit constitutionnel et du droit public français: Dominique Chagnollaud, Didier Maus, Charles Zorgbibe, Michel de Guillenchmidt ou encore Bernard Chantebout, auteur d’une contribution écrite. De plus, il serait question aussi de largesses du président de la République aux membres du Conseil Constitutionnel, avec une dotation de véhicules, sans oublier une augmentation de 5 millions sur le salaire des magistrats. En dehors des salaires, notoirement, améliorés des cinq juges, leurs conditions de déplacement (classe affaires, per diem, indemnités…) seraient alignées sur celles des membres du gouvernement. Et nombre d’activités entreprises par la haute juridiction seraient directement financées par le budget de la présidence de la République. Aussi, le verdict prononcé, hier, par le conseil constitutionnel ne devrait-il surprendre les observateurs avertis. Après l’annonce de la liste des candidats, le camp d’Abdoulaye Wade a décidé de déposer des recours contre Idrissa Seck, Macky Sall, Cheikh Tidiane Gadio et Diouma Dieng Diakhaté. Youssou Ndour a, également, annoncé une réclamation pour battre en brèche les arguments du Conseil constitutionnel. «Nous avions déposé 13.000 signatures, alors qu’ils en demandaient 10.000. Nous avions recueillis 25.000 signatures, au moment du dépôt. A ce jour, nous avons 78.000 adhérents. Donc, dire que nous n’avons réussi qu’à avoir 8.000 signatures, est insensé. Nos avocats vont déposer un recours, dès demain. Nous pensons que la candidature de Youssou Ndour gène et que la question ne va pas se régler au plan juridique mais, aura une solution politique», a indiqué Aliou Ndiaye, le directeur de Campagne du chanteur.

Une longue journée de prière à la place de l’Obélisque

Comme, s’ils le savaient, après avoir sacrifié à la prière du vendredi sur la vaste esplanade qui a servi de cadre à tant de mobilisations populaires, les militants du M23 sont restés sur place, attendant la décision du Conseil constitutionnel, qui avait jusqu’à minuit, ce vendredi soir, pour dresser la liste des candidats admis à concourir pour l’élection présidentielle du 26 février prochain. Ce fut une forte mobilisation qui a vu la présence de plusieurs leaders de l’opposition dont Ousmane Tanor Dieng, Cheikh Bamba Dièye, Landing Savané, Maguette Thiam, El Hadji Momar Samb, Gaston Mbengue, Amath Dansokho, Dialo Diop et des responsables du mouvement « Y en a marre », entre autres.

Sambou BIAGUI


À voir aussi

Election au Mali: Macky a félicité IBK

Le Président Macky Sall a appelé, hier, son homologue malien, Ibrahim Boubacar Keïta, pour le …

Un neveu du Président Senghor arrêté aux Etats-Unis

Marco Senghor,  neveu du président Léopold Sédar Senghor a été arrêté la semaine dernière par …