26 novembre, 2014
Accueil » ECONOMIE » CAPITAL Nouvelles opportunités de financement en vue pour les Pme/Pmi : La Bnde bientôt fonctionnelle
CAPITAL Nouvelles opportunités de financement en vue pour les Pme/Pmi : La Bnde bientôt fonctionnelle

CAPITAL Nouvelles opportunités de financement en vue pour les Pme/Pmi : La Bnde bientôt fonctionnelle

Près de cinq ans après qu’elle a été initiée, la Banque nationale de développement économique va enfin pouvoir démarrer ses activités. Elle a obtenu son agrément la semaine dernière. Son directeur général a tenu hier un point de presse pour dérouler les objectifs de la nouvelle structure.
Ce sont les Pme/Pmi qui vont s’en réjouir. Ces sociétés qui voient 51% de leurs demandes de crédits rejetées pourront à nouveau nourrir l’espoir de développer leurs activités. La Banque nationale pour le développement économique (Bnde), qui ambitionne d’être un instrument financier pour les accompagner dans leur développement, a finalement obtenu son agrément la semaine dernière.

D’après les projections de son directeur général, M. Thierno Seydou Nourou Sy, c’est en fin janvier 2014 que la structure pourra démarrer ses activités. «Nous voulons être au Sénégal, une banque universelle nationale de référence, innovante accessible et un partenaire privilégié des Pme/Pmi», a-t-il déclaré hier lors d’une rencontre avec la presse à l’hôtel Radisson Blu. Les stratégies développées par Thierno Seydou Nourou Sy et son équipe devraient permettre de résoudre le problème d’accès au financement de ces organisations financières.

La Bnde veut en effet d’ici 2018, s’affirmer comme le leader du financement des Pme au Sénégal. Délaissées par le système bancaire, par défaut de fonds de garantie ou de structuration, ces entités économiques vont être mieux accompagnées pour sortir de cette situation, grâce au mode opératoire imaginé. «Nous avons mis en place un système qui va nous permettre de lever ces contraintes-là en donnant la possibilité aux Pme de mieux s’organiser et en essayant de trouver les garanties qu’il faut pour les accompagner», annonce M. Sy. Ce dernier mise beaucoup sur la baisse des taux d’intérêts, par l’éradication du coût du risque.

De plus, les sociétés labellisées par l’Adpme seront éligibles pour bénéficier de financement à un taux inférieur de un point au taux de base de la banque. Cela va permettre de baisser le taux de mortalité des Pme sénégalaises, qui est aujourd’hui de 75%, en leur facilitant l’accès au financement.

La Bnde qui est née des cendres du Fonds de promotion économique (Fpe), a mis du temps à se mettre sur pieds. De nombreux blocages ont retardé son agrément. Initié depuis 2008, le processus de création a été plombé par des problèmes dans la constitution du capital, ainsi que dans le respect des normes de bonne gouvernance édictée par la Banque centrale, la faible mobilisation des compétences et expertises requises, la configuration du business plan du projet entre autres. On peut citer parmi ces problèmes, le fait que l’ancienne administratrice du Fonds avait, dans la perspective de création de la Bnde, créé une société fictive, mise en place avec des capitaux du Fpe, pour prendre d’importantes actions dans le capital de la future banque de développement.

Aujourd’hui, l’Etat du Sénégal qui détenait plus de 80% du capital, a amorcé un processus de désengagement et se retrouve avec 25% du capital. Après réexamen de son dossier, la Commission bancaire de la Bceao a donné un avis favorable. Désormais, le principal actionnaire se trouve être Bridge Group. La Caisse de sécurité sociale, Nma Sanders, L’Ipres, Axa assurances, Babacar Ngom de Sedima, Mamadou Racine Sy etc. siègent aussi au conseil d’administration. Depuis, le capital est passé de 6 à 11 milliards de francs Cfa, assurant plus de solidité à cette nouvelle banque.

Le Président du conseil d’administration, Théophile Turpin, a invité les Sénégalaises et les Sénégalais à s’approprier la banque qui est en train de naître. Cette banque qui s’annonce comme un outil de développement du Sénégal. En plus des Pme, la Bnde cible aussi les grandes entreprises, le secteur public, les institutions de micro finance, les institutionnels, les particuliers, les professionnels, la diaspora etc.

Le Quotidien