Imam Massamba Diop, président de l'Ong Jamra
Imam Massamba Diop, président de l'Ong Jamra

CARICATURE DE LA PHOTO DE SERIGNE TOUBA- Jamra  fustige l’insidieuse rivalité de Jeune Afrique, avec Charlie Hebdo V!

 Jamra et Mbañ Gacce ont dénoncé la courte mémoire sélective de Jeune Afrique, et son insidieuse rivalité avec Charlie Hebdo.

  La caricature de la photo de Serigne Touba, malgré les excuses du magazine panafricain, continue toujours de soulever des vagues. Selon Jamra, « c’est  ramer à contre-courant du principe éthique journaliste le plus élémentaire que de se laisser aller à la folle tentation du «buzz» médiatique ; de parader fièrement, fut-ce le temps d’une rose, sous les feux de la rampe, d’en récolter furtivement quelques fruits infects, pour ensuite se confondre en plates excuses ! Trop facile ! Le mal est déjà fait ! » En effet, rappelle Imam Massamba Diop dans un communiqué parvenu à nos soins, lorsqu’il y a un an, presque jour pour jour, l’Imam Ratib de la Grande Mosquée de Touba, Serigne Moustapha Léye, délivrait, à l’occasion de la «Salaatul Jumah» du vendredi 16 janvier 2015, en présence du Khalife Serigne Sidy Makhtar Mbacké, un sermon mémorable pour dénoncer fermement « ceux qui avaient pris fait et cause pour cet insolent organe de presse, qu’est Charlie Hebdo » (qui, sous prétexte de liberté d’expression, avait agressé la sacralité du personnage du Messager d’Allah), les musulmans sénégalais étaient loin de s’imaginer que la prochaine cible des snipers de l’intégrisme laïc serait ce saint homme, qui fait la fierté du Sénégal et de la Oummah islamique, Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké.  Après que son «Jumeau» eut essuyé, quasiment à la même période, l’agression classique du blasphème, devenu, par la force des choses, un détestable fonds de commerce !

Qu’il s’agisse des bravades à répétition de Charlie Hebdo ou de la profanation de l’effigie du saint homme de Touba, par l’Hebdomadaire parisien Jeune Afrique, ces agressions médiatiques ont en commun, pense Jamra,  le fait qu’elles heurtent la conscience des croyants dans ce qu’ils ont de plus cher, leur Foi ! L’histoire donne encore raison à l’intellectuel musulman Tariq Ramadan, qui avait depuis longtemps mis en garde sur les risques que comporte cet « humour de lâche », qui peut mettre le feu aux poudres. Pour des mobiles bassement mercantiles.

Aussi, Jamra & Mbañ Gacce félicitent-ils  le Khalife général des mourides, Serigne Sidy Makhtar Mbacké, pour la fermeté dont il a fait preuve, fustigeant l’effronterie dont s’est rendu coupable l’hebdomadaire Jeune Afrique.

M.BA

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …