CARTE D’IDENTITE BIOMETRIQUE- Encore un mort à Ziguinchor

La série macabre se poursuit pour les candidats à l’obtention de la carte d’identité biométrique. Après le décès enregistré en début de semaine à la préfecture de Guédiawaye à Dakar, un autre cas vient d’être signalé à Ziguinchor. Il s’agit encore d’un homme du troisième âge. 

Répondant au nom de Sidy Seydi, il a rendu l’âme ce mercredi 30 novembre à l’hôpital de la Paix de Ziguinchor où il a été évacué depuis vendredi des suites d’un malaise qui l’avait frappé alors qu’il faisait la queue à la préfecture de Ziguinchor pour se faire établir une carte d’identité biométrique.

Une source proche de la famille du défunt affirme que le vieux Sidy Seydi, qui habite le quartier Kadior de Ziguinchor, sera inhumé ce jour même vers 17h au cimetière musulman de Belfort.

Avec ce nouveau décès, l’attention est attirée avec acuité sur les dures conditions imposées aux populations pour l’obtention d’un droit aussi élémentaire que celui de la détention d’une carte d’identité nationale, fut-elle biométrique et de la CEDEAO.

Rappelons qu’à l’instar d’autres villes ou départements du pays, Ziguinchor qui compte plus de 300 mille habitants, ne dispose pour le moment que d’une seule commission de confection de cartes d’identités numériques. D’où l’urgence d’agir vite pour limiter les dégâts.

En tout état de cause, la clameur populaire et les récriminations unanimes d’hommes politiques et de responsables de la société civile, dénonçant les conditions d’obtentions de cette CNI et les morts d’hommes qu’elles entrainent, appellent les autorités étatiques à de nouvelles mesures qui abrègent la souffrance des citoyens en général et des personnes âgées en particulier.

Voir aussi

ÉLECTIONS DE REPRESENTATIVITE DES SYNDICATS  Mansour Sy incite le Cusems à la grève

Si le Président de la République n’intervient pas, les enseignants vont passer à la vitesse …