18 avril, 2014
Accueil » ACTUALITES » Ce très cher Michael Jackson
Ce très cher Michael Jackson

Ce très cher Michael Jackson

C’est vendredi qu’auront lieu les funérailles de Michael Jackson. Le chanteur sera inhumé dans la plus stricte intimité, plus de deux mois après son décès, au prestigieux cimetière de Forest Lawn à Glendale, dans la banlieue de Los Angeles. La dépouille mortelle du chanteur, décédé à l’âge de 50 ans, reposera dans ce cimetière où reposent déjà de nombreuses célébrités. Alors que les fans pleurent la star, les financiers sont déjà au travail, car la mort du chanteur laisse entrevoir une entreprise très lucrative.

Source : Rfi

La Jacksonmania est belle et bien en route et n’est certainement pas prête de s’arrêter. Au risque d’en choquer certains, le roi de la pop est plus riche mort que vivant. Car depuis le 25 juin dernier, date de sa mort, l’ensemble de sa discographie s’est vendu à plus de 4 millions d’exemplaires aux Etats-Unis. En France, ce sont 500 000 CD qui se sont arrachés en un mois et les disquaires ont du mal à fournir. Sur internet c’est aussi la folie, les plates-formes de téléchargement sont saturées. De même pour les DVD, les fans du chanteur s’arrachent les clips, et veulent revoir des images de l’artiste. Sur You Tube, la vidéo de Thriller a été vue 45 millions de fois et sur les radios le nombre de passages de ses chansons a augmenté de 1 700%.

Une manne pour l’industrie du disque

La firme Universal a bien l’intention de continuer à exploiter le filon puisqu’elle annonce déjà pour le 27 octobre la sortie d’un nouvel album composé de remixes des titres des années Motown. Il faut s’attendre, dans les mois prochains, à la sortie de nouveaux albums avec des chansons inédites, car, selon des proches de l’artiste, des centaines de chansons restent en souffrance dans des tiroirs. En effet, à chaque album que Michael Jackson enregistrait, des dizaines de titres étaient laissés de côté.

Après les CD et les DVD, Michael Jackson inspire un film. C’est Sony Pictures, propriétaire des studios Columbia Pictures qui va le produire. Il a déboursé 50 millions d’euros pour acheter les quatre-vingt heures de répétition du spectacle intitulé «This is it » que Michael Jackson devait donner à Londres avant de partir en tournée.

Le titre le plus vendu au monde

C’est une grande première, car l’artiste n’avait jamais commercialisé une seule image de ses concerts. La sortie du film est prévue pour le 30 octobre. Outre les dernières images, juste avant sa mort, le film montrera une nouvelle version de Thriller en 3D. Thriller qui est le titre le plus vendu au monde, avec 118 millions d’exemplaires. Il sera par la suite commercialisé en CD et en DVD.

Les libraires, également, n’échappent pas à la Jacksonmania puisque depuis fin juin on assiste à une déferlante de biographies, plus ou moins sérieuses et bien souvent écrites à la hâte, mais qui profitent de la vague d’émotion chez les fans. Et ce sont les livres consacrés à la star qui ont occupé, tout l’été, les meilleures ventes.

Une telle machine a besoin d’experts confirmés pour être gérée.

Et ils ne sont pas trop de deux, les gestionnaires de la fortune de Michael Jackson rivalisent d’imagination. En l’espace de deux mois ils ont déjà signé pour plus de 80 millions de dollars d’accords commerciaux et espèrent d’ici la fin de l’année 100 millions de dollars de revenus supplémentaires. Un contrat de 15 millions de dollars a été conclu avec Universal pour la commercialisation de produits dérivés. Casquettes, T-shirt, porte-clés, calendriers à l’effigie de l’artiste devraient prochainement inonder le marché. Au delà de ces recettes, l’exploitation du ranch de Neverland est à l’étude.

Les financiers pensent également à l’ouverture d’un musée avec un parc d’attraction à Las Vegas. Les gestionnaires estiment que la marque « Michael Jackson » devrait rapporter un chiffre d’affaires annuel de 50 à 100 millions de dollars. L’opération devrait être juteuse, et une fois que gestionnaires, éditeurs et financiers seront servis, il devrait rester de quoi éponger les dettes laissées par Michael Jackson, estimées à un demi milliard de dollars.