Cécile Faye, directrice du stade LSS : «La vidéo du stade fonctionne et nous avons pu identifier l’auteur du vol dans le vestiaire»

L’OBS – Trouvée dans son bureau, la Directrice du Stade Léopold Sédar Senghor a bien voulu évoquer les différents incidents notés le week-end dernier et qui interpellent sur la gestion de l’infrastructure dont elle a en charge l’administration.

 Samedi dernier, à l’occasion du gala de la Fondation Afrivac, il y a eu deux incidents déplorables qui ont défrayé la chronique : un cas de vol dans un vestiaire de footballeurs internationaux invités à l’événement et un incendie avec les projecteurs de la tribune découverte qui ont pris feu. Pouvez-vous nous dire, à votre niveau, ce qui s’est réellement passé ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il est bon de rappeler qu’habituellement, nous n’organisons pas des matchs de ce genre. Depuis que je suis là, c’est le premier gala qui est organisé au stade et si nous avons accédé à la requête des organisateurs, c’est parce qu’on a tenu en compte le caractère social, pour la cause des enfants d’Afrique. Il est également bon de préciser que quel que soit l’événement organisé ici, la sécurité est de la responsabilité des organisateurs. Même quand il s’agit d’un match de l’Equipe nationale de football par exemple, tout le dispositif de sécurité est mis en place par la Fédération sénégalaise de football qui organise. Pour ce qui concerne ce gala, l’organisateur était bien sensibilisé à ce propos. Nous ne pouvons pas mettre le stade à disposition et devoir prendre la responsabilité de mettre une personne derrière chaque participant. Le jour de l’événement, nous remettons les clés de toutes les salles dont ils ont besoin, y compris celles des vestiaires. Il leur appartient de savoir qui mettre devant chaque porte pour en assurer la sécurité. Nous n’avons pourtant pas manqué d’attirer leur attention sur le volet sécuritaire lors de toutes nos réunions. Nous n’avons cessé de leur dire : «Attention, ne mettez pas derrière les portes des gens qui vont déserter leurs postes quand le match va commencer.»

Au-delà de cet aspect sécuritaire, il y a un dispositif de vidéosurveillance qui avait été installée il y a deux ans, à la veille du match contre l’Egypte, qui marquait le retour de l’Equipe nationale de football dans ce stade. Fonctionne-t-il toujours ? Si oui, est-il mis à contribution pour démasquer le ou les auteurs du vol déclaré ? Si non, qu’est-ce qui justifie son arrêt ?

On en a parlé à plusieurs reprises à chaque fois qu’il y a un événement au stade. Le dispositif est bien en place et fonctionne parfaitement. Le problème, c’est qu’il y a encore des réglages à faire avec l’entreprise qui a effectué les installations. L’installation a été bien exécutée, mais il faut des gens bien formés pour manipuler ce matériel. La preuve, le jour du match, la vidéo installée dans le couloir des vestiaires fonctionnait. Le technicien qui a installé le dispositif est venu aujourd’hui (Ndlr : hier) et nous avons pu visionner les images et ainsi identifié l’auteur du vol déclaré. Maintenant, ce que nous pouvons faire dans ce cas et c’est ce que nous avons fait, c’est de mettre à la disposition de l’organisateur les images en question. C’est à lui de voir la suite à donner à cette affaire.

Quand vous faites allusion au personnel adapté pour manipuler le dispositif de vidéosurveillance, vous voulez dire qu’à votre niveau, il n’y a pas d’agents capables d’effectuer ce travail. Pourquoi vos éléments n’ont pas été formés en ce sens ? N’y avait-il pas dans le cahier de charges une obligation de l’entrepreneur de former votre personnel après avoir installé le matériel ?

Nous y travaillons, justement. Mais vous savez, c’est tout un processus. On ne peut pas nous former nous-mêmes, donc il faut trouver les voies et moyens pour y arriver, en formant aussi bien le personnel militaire que celui civil du stade. Mais cela n’empêche pas que, quand il y a un besoin ponctuel, on puisse faire appel aux techniciens qui ont fait l’installation pour exploiter les images.

 Quid de l’incendie survenu à la tribune découverte ?

C’est un fait qui peut arriver partout. Heureusement d’ailleurs que cela ait eu lieu lors de cet événement, ce qui a pu permettre de circonscrire très vite les flammes. Si cela s’était déroulé pendant une nuit où il n’y avait pas d’événement, cela aurait été catastrophique. Mais, pour vous rassurer, depuis le dernier match de l’Equipe nationale de football déjà, les techniciens avaient noté des défaillances au niveau de l’éclairage et nous étions en train de faire le nécessaire pour tout remettre en l’état. Depuis hier (mercredi), les techniciens sont à pied d’œuvre pour déterminer la réelle cause de l’incendie. Les travaux effectués il y a deux ans nécessitent une maintenance continue. C’est pourquoi, les techniciens font régulièrement le tour pour voir ce qu’il y a à déplorer et, au besoin, changer ce qui doit l’être. S’il y a des choses à améliorer, à chaque fois, nous faisons en sorte de le faire dans les délais, afin d’éviter le moindre impair. On n’attend pas les évènements pour faire ce travail. Les gens se focalisent en général sur la qualité du gazon, mais il n’y a pas que ça. Tous les aspects sont régulièrement pris en compte et l’entretien, la maintenance, sont un volet sur lequel nous insistons particulièrement, à la hauteur des moyens dont nous disposons.

Voir aussi

Tragédie d’un voyage en Libye : Deux amis originaires de Tamba racontent l’enfer libyen

Dans l’espoir d’avoir une vie meilleure, ils sont nombreux, ces jeunes tambacoundois, à tenter l’aventure. …