téléchargement (5)

Cécité au Sénégal- 61 ophtalmologistes pour 160 mille aveugles et 550 mille malvoyants

 Pénurie d’ophtalmos au Sénégal. Le Sénégal ne dispose seulement que de 61 ophtalmologistes «vieillissants» pour 13 millions d’habitants.

La cécité bien plus qu’une tragédie individuelle demeure une véritable pandémie et pour cause. Plus  de 165 mille aveugles et 550 mille malvoyants sont recensés au Sénégal. Tout ce beau monde est pris en charge par 61 ophtalmologues très «insuffisants», très mal répartis et vieillissants pour un maigre budget de 15 millions FCfa. Les malades de la cécité sont même contraints de courir jusqu’à Dakar où se concentrent 83 % des spécialistes.  Au moment où  dans neuf (9)  régions (Tamba, Kaffrine, Louga, Kolda, Sédhiou, Fatick, Kédougou, etc.) il n’existe même pas d’ophtalmologues. Thiès, Saint-Louis, Matam, Ziguinchor n’ont qu’un seul ophtalmologue.

Pis, la majorité des ophtalmologistes  sont à un ou deux ans de la retraite, a confié le coordonnateur du Programme de promotion de la santé oculaire. En termes d’infrastructures, le Sénégal ne dispose que de 61 unités de soins oculaires  dont les 60% sont concentrés à Dakar et Saint-Louis. Et le docteur Boubacar Sarr d’ajouter que plus de 700.000 Sénégalais souffrent directement de la santé oculaire. 85% des personnes âgées de plus de 60 ans au Sénégal présentent une cataracte, la principale cause de la cécité. Ce n’est pas tout. 24.000 personnes deviennent de nouveaux aveugles de cataracte  chaque année au Sénégal, avec seulement 13.000 interventions chirurgicales. Ainsi ne met-il pas de gants pour alerter les responsables de la Santé sur la conséquence de la progression de cette maladie.   Il estime que  l’augmentation des aveugles provoquera des conséquences socio-économiques désastreuses. Il n’ ya aucune alternative sinon la mendicité qui constitue le recours ultime de la plupart de ces handicapés pour assurer leur pain quotidien. Ce qui constitue également une perte pour la Nation qui a besoin de toutes ses forces vives pour engager la bataille de l’émergence. Plus grave, la cécité se féminise. Deux aveugles sur trois sont des femmes, a révélé le docteur Sarr. A ce niveau, on constate même que ce sont les enfants qui paient le plus lourd tribut, puisqu’ils sont le plus souvent chargés de guider les malvoyants, entraînant une sensible déperdition scolaire», soutient-il. « Pas d’enfance possible. La rue est son monde, avec un avenir incertain», déclame-t-il. La prise en compte de la santé oculaire dans les politiques de santé et dans les stratégies de développement apparaît aujourd’hui comme le défi majeur à relever au vu des conséquences socio-économiques désastreuses de la cécité», détaille M. Sarr, sans masquer ses inquiétudes.

Mouhamadou BA

Voir aussi

telechargement-15

Gamou 2016 : Al Amine plaide l’équipement de l’hôpital Abdoul Aziz Dabakh de Tivaouane

C’est une doléance formulée hier, en marge du comité régional de développement en vue du …