Accueil / POLITIQUE / Cena: La démission de Doudou Ndir réclamée

Cena: La démission de Doudou Ndir réclamée

La Coalition Taxawu Sénégal hausse le ton pour exiger la démission du président de la Commission électorale nationale autonome (CENA), Doudou Ndir, et de son équipe. Cheikh Guèye et Cie accusent la Cena de manque d’indépendance vis-à-vis de toutes les parties prenantes au processus électoral. Taxawu Dakar recevait hier, à son siège, Mame Adama Guèye, initiateur de la plateforme de sécurisation des élections.

 Les voix commencent à s’élever pour demander la démission du président de la Cena, Doudou Ndir, et de son équipe. La coalition Taxawu Sénégal ne veut plus de Doudou Ndir à la tête de cet organe de contrôle des élections. Barthélémy Dias, Cheikh Guèye et ses camarades s’interrogent sur les relations entre Macky Sall et le président de la Cena qui est jusqu’à présent en fonction, alors qu’il devait partir en retraite. Ainsi exigent-ils le départ sans délai de tous ses membres. « Il est clair que ces derniers, qui restent à leur fonction en violation de la loi, ne présentent pas les garanties d’impartialité qu’exigent leurs fonctions », a déclaré le maire de Dieuppeul, Cheikhou Gueye. Il ajoute : « Si Doudou Ndir reste toujours en fonction, c’est sans doute pour couvrir, comme lors des élections législatives de juillet 2017, la fraude que le pouvoir en place prépare ». C’est pourquoi, il demande la nomination de nouveaux membres à la Cena, qui feront preuve de probité et de neutralité pour superviser le processus électoral devant conduire à l’élection présidentielle du 24 février 2019. Ce n’est pas tout ! «Nous exigeons l’audit de la Cena, mais aussi le remplacement du président et de tous les autres membres dont le mandat est arrivé à terme», ajoute-t-il. Quid du processus électoral ? Le maire de Dieuppeul Derklé prédit une situation inédite lourde de dangers pour sa stabilité. « Le processus électoral est biaisé à cause du pouvoir qui, dans une fuite en avant échevelée, a remis en cause les acquis démocratiques historiquement consacrés », a-t-il déploré. A l’en croire, les conditions d’un scrutin transparent et sincère ne sont plus réunies pour plusieurs raisons. Il en veut pour preuve les modifications unilatérales des règles électorales, du parti pris flagrant du Ministre de l’Intérieur, les multiples manipulations du fichier électoral et la lenteur inexplicable dans la production des cartes d’électeurs.

Georges Emmanuel NDIAYE

À voir aussi

Fatoumata Niang Ba: « Notre parti est le parent pauvre de BBY »

À quelques mois de l’élection présidentielle de 2019, le leader de l’Union pour le Développement …

Karim réclame sa pièce d’identité à Aly Ngouille

Après avoir versé sa caution à la Caisse des Dépôts et Consignations, Karim Wade va …