Accueil / Education / Centre de formation professionnelle de Saint-Louis : Une démarche inclusive pour améliorer les offres de formation

Centre de formation professionnelle de Saint-Louis : Une démarche inclusive pour améliorer les offres de formation

Dans le cadre de ses activités, le Centre de formation professionnelle (Cfp) de Saint-Louis, ex-Cretef (Centre régional d’enseignement technique féminin), a organisé sa traditionnelle journée portes ouvertes. Ainsi, des membres de collectivités locales, des responsables politiques et coutumiers sont venus faire la connaissance de ce centre. Cette journée a aussi servi de cadre à l’administration de l’établissement de recueillir l’avis de la communauté. C’était une journée studieuse, présidée par Michel Faye, directeur de la Formation professionnelle. Elèves, parents, élus locaux, autorités académiques, politiques et autres se sont imprégnés des offres de formation du Cfp.  Les échanges se sont déroulés durant toute une matinée avec des élèves qui se sont intéressés à leur insertion après la formation.

Pour M. Faye, cette rencontre trouve son importance dans le fait que, dans la nouvelle approche du ministère, chaque structure doit poser des actes de nature à faire la promotion de la formation professionnelle. Poursuivant, le directeur de la Formation professionnelle a salué l’approche du Cfp de Saint-Louis dont l’efficacité se mesure dans son aptitude à avoir un bon taux d’insertion et également de suivre ses agents une fois dans le milieu du travail. Aussi, a-t-il émis son souhait de voir les collectivités locales, les partenaires privés et les structures déconcentrées de l’Etat s’investir dans la formation professionnelle.

Pour Mme Rockaya Samb Sarr,  directrice du Cfp, ces rencontres sont un moment de communion. Au-delà, il est important, pour elle, d’avoir une démarche inclusive afin de discuter des offres de formation. Cela permettra au centre d’épouser les besoins de formation des populations et de mettre du coup à jour les offres. Néanmoins, elle a souligné que le problème majeur demeure l’accès à l’emploi. Au demeurant, a souligné Mme Sarr, pour certains, le quantum horaire (900 heures par année sur les trois ans, soit 2.700 heures) est très long comme cursus. Mais, a-t-elle précisé, il faut savoir qu’il y a une nouvelle dynamique à gérer, laquelle consiste à mettre sur le marché des agents bien outillés.

Le Soleil

Share This:

À voir aussi

Education : Un lot de 8 000 manuels en langue arabe réceptionné

Le Soleil-Le ministre de l’Education nationale a réceptionné récemment un lot de manuels en langue …

BFEM 2017 : Touba-Nganda enregistre 100% de réussite

Bfem à Touba Nganda, 100/100 C’est une belle prouesse que le collège d’enseignement moyen (Cem) …